Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

James Foley : la victime d'une profession exploitée à ses risques et périls

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

James Foley : "sur la piste de l'égorgeur"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Dette argentine : la réplique de la justice américaine

En savoir plus

DÉBAT

UE - États-Unis - Russie : le double-jeu des sanctions

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Saint-Louis : la mort en 15 secondes

En savoir plus

DÉBAT

Irak : comment lutter contre l'organisation de l'État islamique ?

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile boycotte la vidéo de l'exécution de James Foley

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Nos étoiles contraires", sortez vos mouchoirs !

En savoir plus

FOCUS

La bataille du salaire minimum aux États-Unis

En savoir plus

  • Le "convoi humanitaire" russe est passé en territoire ukrainien

    En savoir plus

  • RD Congo : interrogations après des décès dus à une fièvre hémorragique

    En savoir plus

  • Selon le Pentagone, neutraliser l'EI passe par une intervention en Syrie

    En savoir plus

  • Mélenchon prend du recul mais ne quitte pas la vie politique

    En savoir plus

  • 22 août 1914 : le jour le plus meurtrier de l'histoire de France

    En savoir plus

  • Duel Manaudou-Gilot sur 100 m, point d’orgue de l'Euro-2014 des Bleus

    En savoir plus

  • Vol MH17 : les victimes malaisiennes rapatriées à Kuala Lumpur

    En savoir plus

  • Mohamed Deif, plus que jamais ennemi juré d'Israël

    En savoir plus

  • Ebola : les deux Américains traités au sérum ZMapp sont guéris

    En savoir plus

  • Sans surprise, Erdogan choisit Davutoglu au poste de Premier ministre turc

    En savoir plus

  • Ligue 1 : Brandao suspendu provisoirement après son coup de tête

    En savoir plus

  • Riposte contre l’EI en Irak : "On assiste à un jeu très cynique"

    En savoir plus

  • Ebola : "Moi, je refuse de faire un vol vers Conakry"

    En savoir plus

  • La Tunisie et l'Égypte ferment leurs frontières aériennes avec la Libye

    En savoir plus

  • À Bangui, plusieurs centaines de manifestants réclament le départ des soldats français

    En savoir plus

FRANCE

"Shutdown" : le cimetière américain d'Omaha Beach ferme ses portes

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 02/10/2013

La paralysie qui frappe le gouvernement fédéral américain a des conséquences au-delà des frontières des États-Unis, puisque les cimetières militaires américains sont contraintes de fermer, notamment celui d'Omaha Beach en Normandie.

Les conséquences du "shutdown" aux États-Unis dépassent les frontières américaines. Les cimetières militaires américains sont contraints de fermer leurs portes, comme nombre d'institutions du gouvernement fédéral américain.

Or, certains de ces lieux de sépultures, gérés par l'American Battle Monuments (ABMC) qui s'occupe des sites où sont enterrés les Américains morts pendant les deux guerres mondiales, se trouvent en France.

"En raison de l'absence de financement pour son fonctionnement, les cimetières et les monuments de l'ABMC sont fermés temporairement", peut-on lire sur le site internet de l'agence américaine.

"L'ABMC reprendra son activité normale lorsque de nouvelles mesures budgétaires seront adoptées au Congrès et promulguées par le président des États-Unis", indique également le message.

Inquiétude des commerçants locaux

Plusieurs cimetières, dont celui de Suresnes (Hauts-de-Seine) arboraient un écriteau précisant en anglais et en français : "en raison de la fermeture du gouvernement des États-Unis, ce site est fermé au public".

A Saint-Laurent-sur-Mer (Calvados), près du cimetière américain de Colleville-sur-mer dont les 9 300 croix surplombent Omaha Beach et attirent plus d'un million de visiteurs par an, une restauratrice qui a souhaité conserver l'anonymat s'inquiète de cette fermeture inopinée.

"Aujourd'hui il y avait du monde. J'ai eu 80 à 90 personnes. Tout le monde ne parlait que de la fermeture. Les gens ne savaient pas. Même les guides ont amené les touristes. Mais demain si le cimetière est toujours fermé, cela risque d'avoir des répercussions sur notre activité", a-t-elle expliqué à l'AFP.

Dans les cimetières américains de l'est de la France, dont celui de Saint-Avold (Moselle) qui compte plus de 10 000 tombes, personne ne répondait au téléphone.

Au cimetière militaire de la Somme à Bony (Aisne), un employé a confirmé à l'AFP que les cimetières américains étaient "tous fermés" et que les employés "restent à la maison, mais ils seront payés car nous sommes sous la loi française". "Oui, ce sont des vacances gratuites", a-t-il plaisanté.

Christopher Palmer, un porte-parole de l'ambassade américaine à Paris, a confirmé l'information, en précisant toutefois que l'ambassade et les services consulaires restaient ouverts.

Avec dépêches

Première publication : 02/10/2013

  • IMPASSE BUDGÉTAIRE

    Près d'un million de fonctionnaires américains en congés forcés

    En savoir plus

  • IMPASSE BUDGÉTAIRE

    Vote du budget 2014 : le Congrès américain prolonge le blocage

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)