Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

FRANCE

"Shutdown" : le cimetière américain d'Omaha Beach ferme ses portes

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 02/10/2013

La paralysie qui frappe le gouvernement fédéral américain a des conséquences au-delà des frontières des États-Unis, puisque les cimetières militaires américains sont contraintes de fermer, notamment celui d'Omaha Beach en Normandie.

Les conséquences du "shutdown" aux États-Unis dépassent les frontières américaines. Les cimetières militaires américains sont contraints de fermer leurs portes, comme nombre d'institutions du gouvernement fédéral américain.

Or, certains de ces lieux de sépultures, gérés par l'American Battle Monuments (ABMC) qui s'occupe des sites où sont enterrés les Américains morts pendant les deux guerres mondiales, se trouvent en France.

"En raison de l'absence de financement pour son fonctionnement, les cimetières et les monuments de l'ABMC sont fermés temporairement", peut-on lire sur le site internet de l'agence américaine.

"L'ABMC reprendra son activité normale lorsque de nouvelles mesures budgétaires seront adoptées au Congrès et promulguées par le président des États-Unis", indique également le message.

Inquiétude des commerçants locaux

Plusieurs cimetières, dont celui de Suresnes (Hauts-de-Seine) arboraient un écriteau précisant en anglais et en français : "en raison de la fermeture du gouvernement des États-Unis, ce site est fermé au public".

A Saint-Laurent-sur-Mer (Calvados), près du cimetière américain de Colleville-sur-mer dont les 9 300 croix surplombent Omaha Beach et attirent plus d'un million de visiteurs par an, une restauratrice qui a souhaité conserver l'anonymat s'inquiète de cette fermeture inopinée.

"Aujourd'hui il y avait du monde. J'ai eu 80 à 90 personnes. Tout le monde ne parlait que de la fermeture. Les gens ne savaient pas. Même les guides ont amené les touristes. Mais demain si le cimetière est toujours fermé, cela risque d'avoir des répercussions sur notre activité", a-t-elle expliqué à l'AFP.

Dans les cimetières américains de l'est de la France, dont celui de Saint-Avold (Moselle) qui compte plus de 10 000 tombes, personne ne répondait au téléphone.

Au cimetière militaire de la Somme à Bony (Aisne), un employé a confirmé à l'AFP que les cimetières américains étaient "tous fermés" et que les employés "restent à la maison, mais ils seront payés car nous sommes sous la loi française". "Oui, ce sont des vacances gratuites", a-t-il plaisanté.

Christopher Palmer, un porte-parole de l'ambassade américaine à Paris, a confirmé l'information, en précisant toutefois que l'ambassade et les services consulaires restaient ouverts.

Avec dépêches

Première publication : 02/10/2013

  • IMPASSE BUDGÉTAIRE

    Près d'un million de fonctionnaires américains en congés forcés

    En savoir plus

  • IMPASSE BUDGÉTAIRE

    Vote du budget 2014 : le Congrès américain prolonge le blocage

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)