Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy a "envie" mais surtout "pas le choix" de revenir en politique

    En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • Ligue 1 : au Parc des Princes, Lyon tient tête au Paris-SG

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

Afrique

Le général al-Sissi, tombeur des Frères musulmans, poussé vers la présidentielle

© AFP

Texte par Marc DAOU

Dernière modification : 02/10/2013

Une campagne à la gloire du général Abdel Fattah al-Sissi, orchestrée par le pouvoir, bat son plein depuis quelques semaines en Égypte. L'homme fort du pays est chaleureusement prié de se présenter à la prochaine présidentielle.

De facto au pouvoir en Égypte depuis le 3 juillet, date du coup d’État contre le président Mohamed Morsi, l’omnipotent et très populaire général Abdel Fattah al-Sissi ambitionne-t-il de briguer la présidence égyptienne ? S’ils voulaient préparer l’opinion égyptienne à une telle perspective, les médias et les milieux proches du pouvoir actuel ne s’y prendraient pas autrement.

Alors que l’élection est prévue pour le premier semestre de 2014, une campagne de promotion louant les qualités du général au torse bardé de médailles bat son plein depuis quelques semaines en Egypte. Les clips diffusés à la télévision, les groupes sur les réseaux sociaux et les affiches placardées dans les rues à la gloire du "tombeur des Frères musulmans" sont devenues monnaie courante dans le pays.
 
Une campagne orchestrée par le pouvoir
 
Une image à la gloire du général Sissi dans la maison d'une Égyptienne partisane du chef de l'armée. © Mehdi Chebil / FRANCE 24
"Le chef de l’armée égyptienne poussé vers la présidentielle", titrait lundi al-Ahram, le quotidien le plus connu du pays. L’article explique que les spéculations qui propulsent Abdel Fattah al-Sissi à la tête de l’État sont le fruit du pic de popularité qu’il atteint ces derniers mois. "Des talk shows et des éditoriaux plaident, depuis un mois, en faveur d’une candidature du général à la présidentielle afin de combattre la menace terroriste, à laquelle, selon eux, fait face le pays", écrit al-Ahram, qui appartient à l’État égyptien.
 
Les médias locaux font également état de la multiplication des mouvements civils de soutien au chef d'état-major de l'armée égyptienne. Comme celui baptisé "al-Sissi président", ils militent à l’unisson en faveur d’une candidature à la présidentielle. Présentés comme étant spontanés, ces mouvements ont lancé des pétitions dans le but de réunir plusieurs dizaines de millions de signatures d’Égyptiens afin de convaincre le général de se présenter. Et ce malgré lui, puisqu’il a publiquement écarté jusqu’ici une telle possibilité.
 
"Il est clair et certain que ces mouvements sont savamment, au moins partiellement, orchestrés par le pouvoir, à l’instar de la campagne menée par les médias officiels et les personnalités politiques proches des militaires en faveur d’une candidature d’al-Sissi", explique à FRANCE 24 Masri Feki, chercheur en géopolitique Université Paris VIII et auteur de "Les révoltes arabes : géopolitique et enjeux", aux Éditions Studyrama. "Toutefois cette manœuvre est inquiétante si l’ordre constitutionnel n’est pas respecté, même aux yeux de ceux qui ont soutenu le renversement du président Morsi", ajoute-t-il.
 
Al-Sissi, digne successeur de Nasser ?
 
Le chercheur égyptien estime qu’une telle campagne peut aisément trouver un puissant écho au sein de la société puisque l’homme est réellement populaire dans le pays. "Il est populaire c’est incontestable même s’il est difficile de mesurer cette popularité en dehors d’une élection, note Masri Feki. N’oublions pas qu’au Moyen-Orient, dans les pays qui apprennent la démocratie, le peuple aime voir au pouvoir un chef viril, un homme providentiel qui prend des décisions tranchantes".
 
Nombreux sont ceux en Égypte qui comparent le général al-Sissi au président le plus populaire de l’histoire égyptienne Gamal Abdel Nasser. "Les deux hommes partagent notamment le fait d’avoir lutté contre la confrérie des Frères musulmans, ce qui fait d’al-Sissi le favori du courant nassérien qui voit en lui le successeur de Nasser", précise Masri Feki.
 
Un général sans rival
 
Un poster géant du général Sissi avec le message en anglais "C'est quelqu'un à qui on peut faire confiance". © Mehdi Chebil / FRANCE 24
Selon un ancien diplomate égyptien, en poste en Europe sous Hosni Moubarak, le général al-Sissi bénéficie en plus d’une conjoncture unique. "Vu sa popularité, qu’elle soit réelle ou exagérée par les médias proches du pouvoir, le général peut se targuer de n’avoir aucun rival à sa taille, nul ne jouit de la même légitimité que lui en ce moment, explique-t-il à FRANCE 24 sous le sceau de l'anonymat. En outre, la situation interne, à savoir l’insécurité et la crise économique, joue en sa faveur, car le peuple sent qu’il a besoin d’un homme fort, ce qui tombe bien pour celui qui a revêtu l’habit du sauveur en renversant les Frères musulmans".
 
Selon le diplomate, "il sera impossible pour le nouveau président issu des urnes, à moins qu’il soit une marionnette de l’armée, de gouverner tout en sachant qu’il est guetté par l’homme le plus puissant du pays, à moins qu’il ne parvienne à écarter al-Sissi, ce qui au jour d’aujourd’hui est tout simplement inimaginable".
 
Même Amr Moussa, figure de l’opposition au pouvoir du président Morsi et ancien candidat à la présidentielle de 2012, a concédé que si jamais al-Sissi, "l’homme le plus populaire du moment" se présente à la présidentielle, il gagnera.
 
Reste à savoir si le général cèdera à la tentation en se présentant pour répondre à l’intenable "pression populaire", où s’il restera dans l’ombre en faisant élire un proche de l’armée. "L’histoire égyptienne regorge d’exemples de personnalités qui ont juré ne pas vouloir se présenter avant de finalement endosser le costume de président, et rien n’empêche le général al-Sissi de démissionner de ses fonctions militaires pour se présenter à la présidentielle", ajoute Masri Feki. "Il faudra à ce moment s’assurer qu’il a été élu à la suite d’élections étroitement surveillées, et que la nouvelle constitution soit rédigée et votée avant la présidentielle afin d’éviter tout dérapage". 
 

Première publication : 02/10/2013

  • Reportage : les Frères musulmans asphyxiés par le pouvoir égyptien

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    Les Saoudiens donnent "carte blanche" à l’armée égyptienne pour mater les Frères

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    Le général al-Sissi ne "pliera pas" devant les islamistes

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)