Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy a "envie" mais surtout "pas le choix" de revenir en politique

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • Ligue 1 : au Parc des Princes, Lyon tient tête au Paris-SG

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

FRANCE

François Hollande attendu sur la question controversée des Roms

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 02/10/2013

Silencieux depuis le début de la polémique à propos des Roms, qui divise les membres du gouvernement, François Hollande pourrait prendre la parole mercredi lors d'un conseil des ministres qui s'annonce électrique.

François Hollande va-t-il sortir de son mutisme pour régler le différend qui oppose Manuel Valls à Cécile Duflot et provoque des remous au sein de la majorité présidentielle? Selon une source gouvernementale à l'AFP, le chef de l’État devrait s'exprimer mercredi 2 octobre en Conseil des ministres sur la question des Roms, qui tourmente les membres du gouvernement depuis une semaine. "Il est probable qu'il en parle demain au Conseil des ministres", a déclaré mardi la même source, ajoutant que "le président revient toujours sur la semaine écoulée et évoque la semaine à venir" au cours de ce rendez-vous hebdomadaire.

"Pas ici, bientôt"

Depuis que le ministre de l’Intérieur, Manuel Valls, a estimé mardi 24 septembre que les Roms avaient vocation à retourner en Roumanie ou en Bulgarie, leurs pays d'origine, en raison de leur mode de vie en "confrontation" avec celui des Français, les accrochages verbaux se sont multipliés entre le premier flic de France et Cécile Duflot, qui l’accuse d'être allé "au-delà de ce qui met en danger le pacte républicain".

Lundi à Cherbourg, François Hollande, pressé de questions sur le même sujet, avait lâché aux journalistes "pas ici, bientôt", laissant augurer une mise au point en bonne et due forme.

Peut-on penser que le président soutiendra son ministre de l’Intérieur ? Dimanche, le ministre du Budget Bernard Cazeneuve, un proche de François Hollande, a défendu au "Grand Rendez-vous" Europe 1-LeMonde-i>Télé la "fermeté" et "l'humanité" du ministre de l'Intérieur.

Qui ne dit mot consent

Nombre d’observateurs politique estiment que la pensée présidentielle n'est pas éloignée de celle de Manuel Valls. "La majorité des Roms a vocation à être raccompagnée dans son pays d’origine", a déclaré vendredi en petit comité François Hollande, selon des propos rapportés par Europe 1.

Plusieurs associations, dont Emmaüs, le Secours catholique et Médecins du monde, estiment que le silence du président valait "approbation" des positions de Manuel Valls.

Une intégration "possible" pour Ayrault

De son côté, le Premier ministre Jean-Marc Ayrault est déjà monté au créneau mardi à l'Assemblée pour tenter de mettre un terme à la polémique. Il a jugé qu'il n'y avait "pas de raison d'exacerber" la question des Roms et estimé possible "l'intégration" des tziganes d'Europe de l'Est à condition qu'ils respectent "les lois de la République".

Une intervention qui, selon Bruno Le Roux, député PS de Seine-Saint-Denis, s'adressait "à la fois [...] à ses deux ministres et en même temps aux trente autres qui demain pourraient être tentés, sur un autre sujet, d'entretenir un débat sur ce qui n'est pas la politique du gouvernement".

Première publication : 02/10/2013

  • FRANCE

    Roms : 77 % des Français soutiennent la position de Manuel Valls

    En savoir plus

  • FRANCE

    Roms : le gouvernement accusé de ne pas appliquer ses propres règles

    En savoir plus

  • IMMIGRATION

    Un nombre record de Roms expulsés en France en 2013, selon Amnesty International

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)