Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Mansouria Mokhefi, spécialiste de l’Algérie

En savoir plus

DÉBAT

L'Algérie d'aujourd'hui : économie, sécurité... le pays inquiet (partie 1)

En savoir plus

DÉBAT

L'Algérie d'aujourd'hui : économie, sécurité... le pays inquiet (partie 2)

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Après le 17, le 18"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

France : les prestations sociales gelées jusqu'en octobre 2015

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Après moi, le déluge"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Algérie: élection sous tension

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Veille de scrutin en Algérie

En savoir plus

DÉBAT

Nigeria : un "colosse" économique face au défi sécuritaire (partie 2)

En savoir plus

  • En direct : le président sortant Bouteflika a voté en fauteuil roulant

    En savoir plus

  • Nigeria : confusion autour du sort des 129 lycéennes enlevées par des islamistes

    En savoir plus

  • Crise ukrainienne : Poutine s'adresse aux Russes, les diplomates réunis à Genève

    En savoir plus

  • En prison depuis un an, Karim Wade bientôt fixé sur son sort

    En savoir plus

  • En images : mince espoir de retrouver des survivants du ferry en Corée du Sud

    En savoir plus

  • Coupe du Roi : le Real Madrid enfonce le FC Barcelone

    En savoir plus

  • Jacques Servier, le père du Mediator, est décédé

    En savoir plus

  • Vidéo : les Algérois partagés entre fatalisme et peur de l’avenir

    En savoir plus

  • RD Congo : qui en veut au directeur du parc des Virunga, blessé par balles ?

    En savoir plus

  • Transfert d'argent : l'Afrique perd près de 2 milliards de dollars par an

    En savoir plus

  • Daniel Cohn-Bendit fait ses adieux au Parlement européen

    En savoir plus

  • Economies : Valls demande aux fonctionnaires de "participer à l'effort commun"

    En savoir plus

  • L'aviation jordanienne détruit plusieurs véhicules blindés venant de Syrie

    En savoir plus

  • Crimes de guerre en Syrie : la France veut faire saisir la CPI

    En savoir plus

  • Anelka affirme ne pas avoir accepté l’offre du club brésilien

    En savoir plus

  • La police de New York ferme une unité secrète chargée d'espionner les musulmans

    En savoir plus

  • Démission du puissant chef des renseignements saoudiens

    En savoir plus

  • "Injustices et corruption alimentent le cycle de violences au Nigeria"

    En savoir plus

EUROPE

Italie : le gouvernement d'Enrico Letta obtient une large confiance du Sénat

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 02/10/2013

Le gouvernement de coalition d'Enrico Letta a obtenu la confiance du Sénat par 235 voix contre 70. Dans la matinée, l'ex-président du Conseil italien Silvio Berlusconi a renoncé à faire chuter le gouvernement après une fronde de membres de son parti.

Le gouvernement d’Enrico Letta pourra continuer d’assurer sa mission. Mercredi 2 octobre, il a obtenu la confiance du Sénat italien par 235 voix contre 70. Un échec de la stratégie de rupture préconisée par l’ancien président du Conseil Silvio Berlusconi, qui, dans la matinée, a soudainement changé son fusil d’épaule.

Le Cavaliere a créé la surprise mercredi en appelant les parlementaires de son parti, le Peuple de la Liberté (PDL), à voter la confiance au gouvernement d'Enrico Letta. Samedi, en représailles à une probable exclusion du Sénat et à la déchéance de son immunité parlementaire après la confirmation de sa condamnation pour fraude fiscale, il avait provoqué une crise politique en appelant les ministres du PDL à démissionner.

Le comportement "fou" de Berlusconi

En prenant cette décision sans consulter les instances dirigeantes du PDL, il a provoqué une fronde au sein de ses propres rangs. Plusieurs de ses proches avaient menacé de former une nouvelle formation politique.

Ces démissions ministérielles risquaient en effet de faire plonger l’Italie dans une grave crise politique. Certains analystes qualifiaient même le comportement de Berlusconi de "fou".

Prenant acte des engagements d'Enrico Letta pour réduire la pression fiscale et garantir la responsabilité des magistrats, Silvio Berlusconi a finalement appelé à voter la confiance au gouvernement qu'il souhaitait faire tomber la veille. Son allocution au Sénat a été accueillie par un silence stupéfait.



Avec dépêches

 

Première publication : 02/10/2013

  • ITALIE

    Berlusconi appelle finalement à voter la confiance au gouvernement Letta

    En savoir plus

  • ITALIE

    La droite italienne peut-elle se passer de Berlusconi ?

    En savoir plus

  • CRISE POLITIQUE

    Italie : Enrico Letta va demander la confiance du Parlement

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)