Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE DÉBAT

Emmanuel Macron aux Etats-Unis : le président et Trump, une complicité et des désaccords

En savoir plus

LE GROS MOT DE L'ÉCO

Uberisation : naissance de l’entreprise 2.0

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Naïssam Jalal et le trio Amzik, nouveaux visages des musiques orientales

En savoir plus

L'INFO ÉCO

États-Unis-France : les taxes de la discorde

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Loi asile-immigration : "hystérisation" ou "Bérézina morale"?

En savoir plus

L’invité du jour

Jean-Claude Heudin : "L’intelligence artificielle, c’est un peu comme la force dans Star Wars"

En savoir plus

FOCUS

Cameroun : les ravages du Tramadol, drogue de synthèse prisée des jeunes

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Emmanuel Macron courtise Donald Trump, mais est-ce bien utile ?"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Herman Van Rompuy : "On ne convaincra les Européens qu'avec des résultats"

En savoir plus

EUROPE

Berlusconi appelle finalement à voter la confiance au gouvernement Letta

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 02/10/2013

L'ancien président du Conseil italien, Silvio Berlusconi, a créé la surprise mercredi en appelant les parlementaires de son parti à voter la confiance au gouvernement d'Enrico Letta, renonçant ainsi à le faire chuter.

Il a soudainement changé son fusil d'épaule. L'ancien président du conseil italien Silvio Berlusconi a créé la surprise mercredi en appelant les parlementaires de son parti à voter la confiance au gouvernement d'Enrico Letta.



"Nous avons décidé, non sans débat interne, de voter la confiance", a déclaré le Cavaliere dans une courte allocution au Sénat, quatre jours après avoir provoqué une crise politique.

La colère grondait en effet dans les rangs du PDL, le parti du Peuple et de la Liberté, depuis que Silvio Berlusconi, son chef, a contraint dimanche cinq ministres de son parti à démissionner.

Cette stratégie – fomentée par l’ex-président du Conseil, menacé d’une expulsion du Sénat et d’une levée de son immunité parlementaire après la confirmation de sa condamnation pour fraude fiscale, en août dernier – risquait de faire plonger l’Italie dans une grave crise politique. Certains analystes qualifiaient même le comportement de Berlusconi de "fou".

Prenant acte des engagements d'Enrico Letta pour réduire la pression fiscale et garantir la responsabilité des magistrats, Berlusconi a finalement appelé à voter la confiance au gouvernement qu'il souhaitait faire tomber la veille. Son allocution au Sénat a été accueillie par un silence stupéfait.
 

Première publication : 02/10/2013

  • ITALIE

    La droite italienne peut-elle se passer de Berlusconi ?

    En savoir plus

  • CRISE POLITIQUE

    Italie : Enrico Letta va demander la confiance du Parlement

    En savoir plus

  • ITALIE

    Rome tente d'éviter les élections anticipées après l'explosion de la coalition

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)