Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libération de Karim Wade : une décision dénoncée par des militants anti-corruption

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Condamnation de Moïse Katumbi : l'opposition dénonce un "harcèlement"

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dans les coulisses des palaces parisiens

En savoir plus

LE DÉBAT

Le Royaume-Uni quitte l'Union Européenne, un pays et une Europe sous le choc

En savoir plus

TECH 24

Fintech : quand les startups font trembler la banque

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 2)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 1)

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Refaire passer le chef de l’État par une primaire ne me paraît pas logique »

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Nous sommes arrivés à un moment où il n’y a plus de débat démocratique ni de dialogue social »

En savoir plus

EUROPE

Berlusconi appelle finalement à voter la confiance au gouvernement Letta

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 02/10/2013

L'ancien président du Conseil italien, Silvio Berlusconi, a créé la surprise mercredi en appelant les parlementaires de son parti à voter la confiance au gouvernement d'Enrico Letta, renonçant ainsi à le faire chuter.

Il a soudainement changé son fusil d'épaule. L'ancien président du conseil italien Silvio Berlusconi a créé la surprise mercredi en appelant les parlementaires de son parti à voter la confiance au gouvernement d'Enrico Letta.



"Nous avons décidé, non sans débat interne, de voter la confiance", a déclaré le Cavaliere dans une courte allocution au Sénat, quatre jours après avoir provoqué une crise politique.

La colère grondait en effet dans les rangs du PDL, le parti du Peuple et de la Liberté, depuis que Silvio Berlusconi, son chef, a contraint dimanche cinq ministres de son parti à démissionner.

Cette stratégie – fomentée par l’ex-président du Conseil, menacé d’une expulsion du Sénat et d’une levée de son immunité parlementaire après la confirmation de sa condamnation pour fraude fiscale, en août dernier – risquait de faire plonger l’Italie dans une grave crise politique. Certains analystes qualifiaient même le comportement de Berlusconi de "fou".

Prenant acte des engagements d'Enrico Letta pour réduire la pression fiscale et garantir la responsabilité des magistrats, Berlusconi a finalement appelé à voter la confiance au gouvernement qu'il souhaitait faire tomber la veille. Son allocution au Sénat a été accueillie par un silence stupéfait.
 

Première publication : 02/10/2013

  • ITALIE

    La droite italienne peut-elle se passer de Berlusconi ?

    En savoir plus

  • CRISE POLITIQUE

    Italie : Enrico Letta va demander la confiance du Parlement

    En savoir plus

  • ITALIE

    Rome tente d'éviter les élections anticipées après l'explosion de la coalition

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)