Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

Nicolas Sarkozy : le début du mea culpa ?

En savoir plus

Nicolas Sarkozy, au sommet de l'échec ?

En savoir plus

Élection présidentielle : "une campagne inesthétique"

En savoir plus

Chirac : une condamnation historique ?

En savoir plus

Abolition de la prostitution : liberté ou répression ?

En savoir plus

L'immigration : un sujet électoraliste?

En savoir plus

La question du fait divers en politique

En savoir plus

Les socialistes et les Verts : après la fusion la fission !

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Niki de Saint-Phalle, une "nana" militante et engagée

En savoir plus

  • Peu importe l’issue du référendum, "l’Écosse ne sera plus jamais la même"

    En savoir plus

  • "Hollande renvoie l’image de quelqu’un de trop optimiste"

    En savoir plus

  • Livraison d'armes aux rebelles syriens : le Congrès américain doit se prononcer

    En savoir plus

  • Vladimir Evtouchenkov, le nouvel oligarque dans le viseur du Kremlin

    En savoir plus

  • Le sulfureux maire de Toronto atteint d'un cancer rare et agressif

    En savoir plus

  • Belgique : l'euthanasie d'un violeur inquiète les partisans de la mort assistée

    En savoir plus

  • L'Australie déjoue des meurtres projetés par l'État islamique

    En savoir plus

  • Ebola : la Française contaminée bientôt rapatriée à Paris

    En savoir plus

  • Air France : les pilotes maintiennent la pression au 4e jour de grève

    En savoir plus

  • Ajax - PSG : Lucas reconnaît avoir fait "une erreur"

    En savoir plus

  • Vidéo : à la rencontre des réfugiés syriens exilés en Turquie

    En savoir plus

  • Ukraine - Russie : Vladimir Poutine a-t-il remporté son bras de fer ?

    En savoir plus

  • Jack Ma et son Alibaba superstars de Wall Street

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : la presse britannique veut sauver l'Union

    En savoir plus

  • Élections en Tunisie : et revoilà les "amis" de Ben Ali

    En savoir plus

Amériques

Impasse budgétaire : Obama se dit "exaspéré" par le camp républicain

© AFP

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 03/10/2013

Au deuxième jour de fermeture partielle des services fédéraux américains, aucun accord n'a été trouvé entre républicains et démocrates sur le budget 2014. Une impasse qui "exaspère" le président américain.

Il se dit "exaspéré" par cette crise budgétaire. Au deuxième jour de la fermeture partielle des services fédéraux, Barack Obama s’en est ouvertement pris aux républicains : "Je suis exaspéré par l'idée qu'à moins de dire à 20 millions de personnes, 'vous ne pouvez pas avoir d'assurance maladie', ces types [les républicains] ne rouvriront pas le gouvernement. C'est irresponsable", a déclaré le président américain, à l’antenne de CNBC, en faisant référence à "l’Obamacare". Et d'ajouter : "Évidemment, je suis exaspéré, parce que cette crise est superflue".

Il faut dire que la crise budgétaire persistait mercredi soir aux États-Unis, après que les chefs de file du Congrès ont quitté une réunion avec Barack Obama en constatant encore leurs désaccords. "Le président a répété une nouvelle fois qu'il ne voulait pas négocier", s'est plaint le président républicain de la Chambre des représentants, John Boehner, en quittant la Maison blanche. Obama, en effet, a prévenu qu'il ne reviendrait ni sur Obamacare, ni sur le relèvement du plafond de la dette.

Risque de défaut de paiement

Les troupes de Boehner, opposées à la réforme de l'assurance-maladie promulguée par le camp démocrate, refusent de voter un budget, qui n'en supprimerait pas le financement. Ils ont en outre menacé de lier cette question à celle du relèvement du plafond de la dette, nécessaire selon le Trésor, d'ici au 17 octobre.

Le président Obama a souligné qu'une solution dépendait des républicains. "La Chambre des représentants [à majorité républicaine, ndlr] pourrait agir dès aujourd'hui pour rouvrir le gouvernement, et mettre fin aux dommages que cette paralysie provoque sur l'économie et les familles à travers le pays", a indiqué un communiqué de la Maison blanche, ajoutant que le chef de l'État américain "reste optimiste sur le fait que le bon sens prévaudra".

Faute d'un accord sur le budget au Congrès, les administrations centrales des États-Unis sont partiellement fermées depuis mardi matin 04h00 GMT. Si le Congrès ne donne pas son feu vert, les États-Unis risqueront de se retrouver en défaut de paiement à partir du 17 octobre, une situation sans précédent.

Wall Street devrait être "inquiet"

Obama a aussi affirmé que "Wall Street, cette fois, devrait être inquiet" du blocage actuel. Ses propos, diffusés juste après la clôture de la Bourse de New York, risquent d'avoir l'effet d'une douche froide sur les marchés jeudi."Lorsqu'il y a une situation dans laquelle un groupe est prêt à faire défaut sur les obligations des États-Unis [envers leurs créditeurs], alors nous avons un problème", a-t-il jugé.

Le président de la Banque centrale européenne (BCE), Mario Draghi, a manifesté son inquiétude mercredi, estimant que cette paralysie représenterait, "si elle se prolongeait, un risque pour les États-Unis et pour le monde".

Le PDG de Goldman Sachs, Lloyd Blankfein, a remarqué que "s'il existe des précédents pour une paralysie de l'État, il n'y a pas de précédent pour un défaut [...] On peut discuter à nouveau de ces questions politiques, [...] mais il ne faut pas avoir recours à la menace d'un défaut sur la dette" comme moyen de pression, a-t-il estimé.

Environ 800 000 fonctionnaires américains, sur plus de deux millions, ont été mis en congé sans solde, et toutes les administrations ont réduit leurs effectifs au minimum vital, une première depuis 1995.

Avec dépêches

Première publication : 03/10/2013

  • ÉTATS-UNIS

    "Shutdown" : les fonctionnaires au chômage forcé se consolent avec des repas gratuits

    En savoir plus

  • IMPASSE BUDGÉTAIRE

    Obama blâme la "croisade idéologique" des républicains

    En savoir plus

  • IMPASSE BUDGÉTAIRE

    Près d'un million de fonctionnaires américains en congés forcés

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)