Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le gouvernement israélien utilise la mort de James Foley pour sa communication

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Une rentrée politique sous tension

En savoir plus

#ActuElles

Réfugiés de Centrafrique: préserver son honneur et sa dignité

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

RDC : L'opposant Tshisekedi en convalescence à Bruxelles

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : manifestations contre la France au PK5

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Émeutes de Ferguson : Obama face à la question raciale

En savoir plus

TECH 24

Transports du futur : quand la réalité dépasse la fiction

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Philippe Ramette fait son éloge de la contemplation

En savoir plus

DÉBAT

UE - États-Unis - Russie : le double-jeu des sanctions

En savoir plus

  • 2e division blindée : "Nous étions des frères"

    En savoir plus

  • Meurtre de James Foley : Washington n'exclut pas de frapper l'EI en Syrie

    En savoir plus

  • Le convoi russe atteint Lougansk malgré les protestations occidentales

    En savoir plus

  • Un nouveau gouvernement de large ouverture formé en Centrafrique

    En savoir plus

  • Vidéo : après la reprise du barrage de Mossoul, les Kurdes déminent la zone

    En savoir plus

  • Doublé historique des Français au 100 m libre, Manaudou décroche l'or

    En savoir plus

  • Ahmet Davutoglu, l'homme qui ne fait aucune ombre à Erdogan

    En savoir plus

  • Quelles options pour l’administration Obama contre l’EI en Syrie ?

    En savoir plus

  • Irak : près de 70 morts dans l'attaque d'une mosquée sunnite

    En savoir plus

  • Les éliminatoires de la CAN-2015 perturbées par le virus Ebola

    En savoir plus

  • Le Hamas exécute des "collaborateurs" présumés d'Israël à Gaza

    En savoir plus

  • Yémen : "Si la transition est abandonnée, alors le pays se disloquera"

    En savoir plus

  • Mélenchon prend du recul mais ne quitte pas la vie politique

    En savoir plus

  • RD Congo : interrogations après des décès dus à une fièvre hémorragique

    En savoir plus

  • 22 août 1914 : le jour le plus meurtrier de l'histoire de France

    En savoir plus

  • Mohamed Deif, plus que jamais ennemi juré d'Israël

    En savoir plus

Amériques

Impasse budgétaire : Obama se dit "exaspéré" par le camp républicain

© AFP

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 03/10/2013

Au deuxième jour de fermeture partielle des services fédéraux américains, aucun accord n'a été trouvé entre républicains et démocrates sur le budget 2014. Une impasse qui "exaspère" le président américain.

Il se dit "exaspéré" par cette crise budgétaire. Au deuxième jour de la fermeture partielle des services fédéraux, Barack Obama s’en est ouvertement pris aux républicains : "Je suis exaspéré par l'idée qu'à moins de dire à 20 millions de personnes, 'vous ne pouvez pas avoir d'assurance maladie', ces types [les républicains] ne rouvriront pas le gouvernement. C'est irresponsable", a déclaré le président américain, à l’antenne de CNBC, en faisant référence à "l’Obamacare". Et d'ajouter : "Évidemment, je suis exaspéré, parce que cette crise est superflue".

Il faut dire que la crise budgétaire persistait mercredi soir aux États-Unis, après que les chefs de file du Congrès ont quitté une réunion avec Barack Obama en constatant encore leurs désaccords. "Le président a répété une nouvelle fois qu'il ne voulait pas négocier", s'est plaint le président républicain de la Chambre des représentants, John Boehner, en quittant la Maison blanche. Obama, en effet, a prévenu qu'il ne reviendrait ni sur Obamacare, ni sur le relèvement du plafond de la dette.

Risque de défaut de paiement

Les troupes de Boehner, opposées à la réforme de l'assurance-maladie promulguée par le camp démocrate, refusent de voter un budget, qui n'en supprimerait pas le financement. Ils ont en outre menacé de lier cette question à celle du relèvement du plafond de la dette, nécessaire selon le Trésor, d'ici au 17 octobre.

Le président Obama a souligné qu'une solution dépendait des républicains. "La Chambre des représentants [à majorité républicaine, ndlr] pourrait agir dès aujourd'hui pour rouvrir le gouvernement, et mettre fin aux dommages que cette paralysie provoque sur l'économie et les familles à travers le pays", a indiqué un communiqué de la Maison blanche, ajoutant que le chef de l'État américain "reste optimiste sur le fait que le bon sens prévaudra".

Faute d'un accord sur le budget au Congrès, les administrations centrales des États-Unis sont partiellement fermées depuis mardi matin 04h00 GMT. Si le Congrès ne donne pas son feu vert, les États-Unis risqueront de se retrouver en défaut de paiement à partir du 17 octobre, une situation sans précédent.

Wall Street devrait être "inquiet"

Obama a aussi affirmé que "Wall Street, cette fois, devrait être inquiet" du blocage actuel. Ses propos, diffusés juste après la clôture de la Bourse de New York, risquent d'avoir l'effet d'une douche froide sur les marchés jeudi."Lorsqu'il y a une situation dans laquelle un groupe est prêt à faire défaut sur les obligations des États-Unis [envers leurs créditeurs], alors nous avons un problème", a-t-il jugé.

Le président de la Banque centrale européenne (BCE), Mario Draghi, a manifesté son inquiétude mercredi, estimant que cette paralysie représenterait, "si elle se prolongeait, un risque pour les États-Unis et pour le monde".

Le PDG de Goldman Sachs, Lloyd Blankfein, a remarqué que "s'il existe des précédents pour une paralysie de l'État, il n'y a pas de précédent pour un défaut [...] On peut discuter à nouveau de ces questions politiques, [...] mais il ne faut pas avoir recours à la menace d'un défaut sur la dette" comme moyen de pression, a-t-il estimé.

Environ 800 000 fonctionnaires américains, sur plus de deux millions, ont été mis en congé sans solde, et toutes les administrations ont réduit leurs effectifs au minimum vital, une première depuis 1995.

Avec dépêches

Première publication : 03/10/2013

  • ÉTATS-UNIS

    "Shutdown" : les fonctionnaires au chômage forcé se consolent avec des repas gratuits

    En savoir plus

  • IMPASSE BUDGÉTAIRE

    Obama blâme la "croisade idéologique" des républicains

    En savoir plus

  • IMPASSE BUDGÉTAIRE

    Près d'un million de fonctionnaires américains en congés forcés

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)