Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE DÉBAT

One Planet Summit : Sans les Etats-Unis, qui va payer pour le climat ?

En savoir plus

FOCUS

En Espagne, le Tage est en danger

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La "très grande mélancolie" de Lamia Ziadé

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Trump, la Lune, Mars, et au-delà"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

La finance verte peut-elle (vraiment) aider la planète ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"L'exploration du monde, c'est la nature humaine"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Mali : 160 pompiers tentent de sauver le marché de Bamako

En savoir plus

LE DÉBAT

Laurent Wauquiez : quel projet pour la droite ?

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Sahel : "L'ennemi a évolué, mais nous aussi", selon l'amiral Isnard

En savoir plus

Economie

Télétravail : seul sur une île, un entrepreneur français joue les Web-Robinson

© http://www.webrobinson.fr

Texte par Stéphanie TROUILLARD

Dernière modification : 04/10/2013

Afin de promouvoir le télétravail, un chef d'entreprise lillois va passer 40 jours sur une île déserte d'Indonésie avec pour seul compagnon son ordinateur. À des milliers de kilomètres de la France, cet entrepreneur va continuer à gérer sa société.

À 54 ans, Gauthier Toulemonde s’apprête à vivre un rêve de gosse. Le 8 octobre, ce chef d’entreprise de la région lilloise, dans le nord de la France, va s’envoler pour une petite île déserte d’Indonésie sur laquelle il va rester en solitaire pendant 40 jours. "Plus le jour du départ se rapproche, plus je suis impatient, confie-t-il à FRANCE 24. Cela a toujours été une espèce de lubie. Mes parents m’avaient offert une mappemonde et j’essayais de repérer les îles au trésor. Il y a eu ensuite Jules Verne, le commandant Cousteau ou encore James Bond. La fascination pour les îles ne m’a jamais quitté".

Mais pas question de se dorer la pilule au soleil ou de passer la journée à se baigner, Gauthier Toulemonde ne part pas en vacances à l’autre bout du monde. Propriétaire de deux magazines spécialisés ("Timbres magazine" et "L’Activité immobilière"), il va poursuivre son activité professionnelle durant sa quarantaine. Avec cette aventure, l'entrepreneur entend en effet valoriser le télétravail : "J’aurais pu partir en Bretagne, cela aurait été plus simple, mais cela n’aurait intéressé personne. L’Indonésie fait au contraire rêver les gens et va me permettre de montrer que si on peut gérer une équipe à 10 000 kilomètres de distance, on peut aussi le faire de beaucoup plus près, explique-t-il. Le télétravail n’est pas encore très prisé en France, alors que cela permet pourtant de limiter les temps de transport, de réduire les émissions de CO2 ou encore la fatigue".

Une quarantaine technologique

Pour continuer à s’occuper de sa société qui compte neuf salariés, Gauthier Toulemonde aura à sa disposition quatre petits panneaux solaires, un ordinateur et un téléphone satellitaire. Cet équipement lui permettra de se connecter environ huit heures par jour à Internet. Question nourriture, il ne pourra pas en revanche compter sur la technologie. Ce Web-Robinson, comme il se surnomme, va devoir se transformer en aventurier : "J’aurais bien-sûr des rations de survie, ce n’est pas un plan "Koh Lanta" [l'émission de téléréalité, NDLR], mais il faudra que je pêche pour agrémenter mon quotidien. C’est un peu dangereux, car il y a la barrière de corail et du courant".

Autre difficulté, la saison des pluies qui frappe l’Indonésie à cette période de l’année. Même s’il va pouvoir récupérer de l’eau potable grâce aux précipitations, il craint les tempêtes qui pourraient endommager son matériel. L’île, dont il préfère garder le nom secret en raison des menaces de piraterie dans la région, présente aussi un environnement particulièrement hostile. Gauthier Toulemonde va devoir cohabiter avec de nombreux rats, serpents, scorpions ou autres sympathiques bestioles. "Mais ce qui me fait le plus peur, c’est de ne pas réussir à gérer les problèmes informatiques ou solaires. Je ne pourrai compter que sur moi-même. J’imagine aussi que dans deux semaines, j’aurai peut-être une sensation de solitude", ajoute ce quinquagénaire intrépide, qui sera à cinq heures de bateau du village le plus proche.

Pour vaincre l’isolement, l’entrepreneur pourra en tout cas s’appuyer sur son blog qu’il alimentera quotidiennement de photos et d'articles. Gauthier Toulemonde veut avant tout partager son expérience : "Si un jour, on veut créer d’autres Web-Robinson, ils auront toutes les infos pratiques !"

Le blog du webrobinson


 

Première publication : 03/10/2013

COMMENTAIRE(S)