Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

La Toile divisée à propos de Darren Wilson

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Adèle Haenel, nouveau visage du cinéma français

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : le Cameroun ferme ses frontières avec le Nigeria

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Moins d'un Français sur deux est imposable

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Vers une police sous surveillance ?

En savoir plus

DÉBAT

Syrie, la guerre oubliée

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Irak : au coeur des monts Sinjar

En savoir plus

DÉBAT

Centrafrique : comment sortir de l'impasse ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"L'écureuil et le serpent"

En savoir plus

  • Gaza : pourquoi les négociations sur un cessez-le-feu permanent sont un cauchemar ?

    En savoir plus

  • Fabius veut coordonner avec l'Iran la lutte contre l'État islamique

    En savoir plus

  • Ce qu'il faut retenir de la vidéo de la décapitation de James Foley par l'EI

    En savoir plus

  • Darius, ce jeune Rom lynché en juin et SDF en août

    En savoir plus

  • Heurts à Bangui entre soldats français et individus armés

    En savoir plus

  • Vidéo : après une nuit plus calme, la situation reste tendue à Ferguson

    En savoir plus

  • Hollande : "La situation internationale est la plus grave depuis 2001"

    En savoir plus

  • Gaza : la trêve une nouvelle fois rompue, Israël vise un chef du Hamas

    En savoir plus

  • La Fifa interdit au FC Barcelone de recruter

    En savoir plus

  • Au bord de l'éruption, le volcan islandais Bardarbunga menace le trafic aérien

    En savoir plus

  • Quand l’Égypte sermonne Washington sur les émeutes de Ferguson

    En savoir plus

  • RDC : le retour tant espéré des réfugiés angolais dans leur pays

    En savoir plus

  • Reportage : les combattants kurdes reprennent le barrage de Mossoul

    En savoir plus

  • Présidentielle 2017 : Alain Juppé candidat à la primaire de l'UMP

    En savoir plus

  • Glissements de terrain meurtriers à Hiroshima

    En savoir plus

FRANCE

Témoignage : "Pour nous c'est mourir ici à Calais ou bien aller en Angleterre"

© AFP

Texte par Amara MAKHOUL-YATIM

Dernière modification : 04/10/2013

Un groupe d’une soixantaine de migrants syriens occupe l’accès au terminal ferry de Calais. Ils réclament le droit d’aller en Angleterre. Une quarantaine d'entre eux a entamé une grève de la faim. L’un d’eux livre à FRANCE 24 son témoignage.

Mohamed Al Kayed fait partie de la soixantaine de migrants syriens qui depuis mercredi 3 octobre occupent l’accès au terminal ferry de Calais. Tous veulent gagner le Royaume-Uni pour y déposer une demande d’asile. Ils sont déterminés et quarante d’entre eux ont même entamé une grève de la faim. Mohamed est l’un d’eux. Joint au téléphone par FRANCE 24, il raconte son parcours et les difficultés rencontrées depuis qu’il a quitté la Syrie il y a un an.

"Je viens de Deraa, là où tout a commencé en mars 2011 [le mouvement de révolte

contre Bachar al-Assad, NDLR]. J’ai fui la Syrie depuis un an déjà pour aller d’abord en Jordanie, puis en Égypte, ensuite en Grèce, en Serbie, au Monténégro et en Italie avant d’arriver en France. Durant mon périple, j’ai passé deux mois à marcher. Je suis épuisé.

Mais tout cela n’est rien comparé à ce que nous vivons ici à Calais, mes compatriotes et moi. La police française nous traque véritablement. Partout où nous allons ils viennent nous chasser. À chaque fois qu’on a trouvé un lieu, ils nous ont expulsé. Nous dormions dans les rues, mais même cela ils nous empêchent de le faire. Ils nous ont même mis en garde à vue pendant 16 heures. Pour pouvoir sortir, ils nous ont fait signer des documents que nous ne comprenions pas car la plupart d’entre nous parlent anglais mais pas français. Ensuite, des interprètes nous ont expliqué que c’était des avis d’expulsion : pour ma part, selon les autorités françaises, je dois retourner en Syrie d’ici une semaine ! Nos conditions de vie sont inhumaines, on n’a pas d’endroit pour se laver ou même pour aller aux toilettes. J’ai honte de parler de ça mais c’est notre quotidien.

Nous on est pas là pour rester en France, ce qu’on veut c’est aller au Royaume-Uni. On a tous de la famille ou des amis là-bas. Pour ma part, mon père et mon frère sont à Londres où ils ont obtenu le statut de réfugié en moins d’un mois. Ils y sont allés clandestinement depuis Calais, comme je tente de le faire aussi. On a bien essayé d’obtenir un visa en règle auprès de l’ambassade britannique en Jordanie, en vain. On n’accorde que rarement des visas aux jeunes Syriens.

Aujourd’hui deux possibilités s’offrent à nous : mourir ici à Calais, ou bien aller en Angleterre. Nous interpellons les autorités britanniques pour qu’elles étudient notre cas. Nous voulons aussi lancer un appel aux représentants de la Coalition nationale syrienne (CNS) [la principale instance d’opposition] en France. N’est-ce pas eux qui sont censés nous représenter ? Où sont-ils ? Ne peuvent-ils rien faire pour nous ? Plaider notre cause auprès des autorités françaises ? Nous n’avons pas d’endroit où aller, et nous sommes traités comme des chiens ici ! Nous n’avons pas fui une dictature pour être réprimés de nouveau ! "
 

Première publication : 03/10/2013

  • SYRIE

    Le dur parcours des demandeurs d’asile syriens en France

    En savoir plus

  • SYRIE

    Sept millions de Syriens en attente d'une aide humanitaire

    En savoir plus

  • IMMIGRATION

    Un bateau de migrants syriens s'échoue en Sicile, au moins six morts

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)