Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

EXPRESS ORIENT

Vidéo : en Israël, les ventes d'armes à feu en forte hausse

En savoir plus

SUR LE NET

Ferguson : le web réagit à l'annonce du grand jury

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Burkina Faso : le ministre de la Culture contraint à la démission

En savoir plus

DÉBAT

L’affaire Ferguson, triste miroir de la société américaine?

En savoir plus

DÉBAT

Nucléaire iranien : l'impossible accord ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Je ne crois pas que ça va me hanter"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Exclusif : Pour Essebsi, "Ennahda a organisé la campagne de Marzouki"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Quand les anti-IVG accusaient la rescapée Simone Veil de promouvoir le "génocide""

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Exclusif : Marzouki met en garde les Tunisiens contre la "tentation extrémiste"

En savoir plus

FRANCE

Affaire Karachi : trois magistrats autorisés à enquêter sur Sarkozy

© AFP. | Nicolas Sarkozy.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 03/10/2013

La Cour d'appel de Paris autorise trois juges à se pencher sur le rôle de Nicolas Sarkozy dans l'affaire Karachi. Les magistrats devront déterminer si l'ex-chef de l'État s'est rendu complice d'une violation du secret de l'instruction.

Trois juges d'instruction ont été autorisés par la Cour d'appel de Paris à enquêter sur Nicolas Sarkozy, a appris, jeudi 3 octobre, l'AFP de sources proches du dossier.

L'ancien président de la République française est soupçonné de s'être rendu complice d'une violation du secret de l'instruction en marge du volet financier de l'affaire Karachi.

Comprendre l'affaire Karachi en quelques clics

Le 18 juin 2012, des familles de victimes de l'attentat de Karachi avaient porté plainte contre Nicolas Sarkozy s'appuyant sur la publication d'un communiqué de l'Élysée en septembre 2011. Dans ce document, la présidence de la République affirmait que "s'agissant de l'affaire dite de Karachi, le nom du chef de l'État n'apparaît dans aucun des éléments du dossier".

"Violation du secret de l'instruction"

Les familles avaient alors estimé que ce texte laissait entendre que la présidence de la République et certains conseillers de l'Élysée avaient eu personnellement accès à des éléments du dossier et à des pièces de la procédure. Une situation qui constituerait une violation du secret de l'instruction.

Trois juges d'instruction avaient décidé d'instruire cette plainte contre l'avis du parquet de Paris. Le ministère public avait décidé de faire appel, invoquant le principe constitutionnel de l'"irresponsabilité" du chef de l'État.

Cet appel avait été examiné à huis clos le 30 mai dernier par la chambre de l'instruction de la cour d'appel de Paris. Le parquet général s'était alors opposé à l'enquête. Cependant, la cour d'appel a confirmé l'ordonnance des juges d'instruction, ce jeudi.

"Double désaveu"

"C'est un double désaveu pour le procureur de la République de Paris et pour le parquet général et c'est une victoire pour les familles des victimes qui souhaitent demander des comptes à Nicolas Sarkozy", a expliqué à l'AFP Me Olivier Morice, avocat des familles plaignantes.

"M. Sarkozy devra s'expliquer devant des juges d'instruction pour des faits de violation du secret de l'instruction, du secret professionnel, et de recel, qui lui sont reprochés", a-t-il conclu.

À ce jour, Nicolas Sarkozy n'est pas judiciairement mis en cause dans le dossier Karachi.

Avec dépêches

Première publication : 03/10/2013

  • AFFAIRE KARACHI

    Financement de la campagne de 1995 : deux proches de Balladur mis en examen

    En savoir plus

  • FRANCE

    Affaire Karachi : Ziad Takieddine renvoyé en correctionnelle

    En savoir plus

  • FRANCE

    Présidentielle de 1995 : Édouard Balladur suspecté de détournement de fonds

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)