Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Gaza: les larmes d'un responsable de l'ONU

En savoir plus

DÉBAT

"Fonds vautours" en Argentine : et après le défaut de paiement ?

En savoir plus

DÉBAT

Boko Haram : une menace incontrôlable ?

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Quelle diplomatie économique pour la France ? Avec Hubert Védrine et Pascal Lamy

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée : cohue meurtrière lors d'un concert à Conakry

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Crash du vol AH5017 : Hommage à 2 cinéastes disparus

En savoir plus

FOCUS

Birmanie : la transition démocratique piétine

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les people et le conflit israélo-palestinien

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Matshidiso Moeti, ancienne Directrice régionale adjointe de l'OMS pour l'Afrique

En savoir plus

  • John Kerry arrache un cessez-le-feu de 72 heures à Gaza

    En savoir plus

  • En images : rassemblement pro-Israël à Paris sous haute protection policière

    En savoir plus

  • Carte : l’opération Barkhane de l’armée française au Sahel

    En savoir plus

  • Devant les juges, Karim Wade se considère "prisonnier politique"

    En savoir plus

  • Free veut racheter T-mobile, poids lourd de la téléphonie américaine

    En savoir plus

  • Ebola : l’OMS débloque 100 millions de dollars

    En savoir plus

  • Gaza : un responsable de l'ONU fond en larmes en direct

    En savoir plus

  • Royaume-Uni : HSBC ferme les comptes de plusieurs clients musulmans

    En savoir plus

  • Ils ont fait plier l'Argentine : qui sont ces fonds "vautours" ?

    En savoir plus

  • La dissolution de la Ligue de défense juive à l’étude

    En savoir plus

  • Israël mobilise de nouveaux réservistes et obtient des munitions américaines

    En savoir plus

  • Avec "Lucy", Luc Besson domine le box-office américain

    En savoir plus

  • MH17 : les enquêteurs de l'OSCE accèdent au site du crash

    En savoir plus

  • Vidéo : reportage au cœur des tunnels creusés par le Hamas à Gaza

    En savoir plus

  • La clôture frontalière, nouvelle pomme de discorde entre le Maroc et l’Algérie

    En savoir plus

  • Moscou condamné à verser 1,86 milliard d'euros aux ex-actionnaires de Ioukos

    En savoir plus

  • Mort de Paul Jean-Ortiz, conseiller diplomatique de François Hollande

    En savoir plus

FRANCE

À Calais, les migrants syriens ont quitté la passerelle du terminal ferry

© Capture d'écran FRANCE 24

Vidéo par Audrey RACINE , Johan BODIN

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 04/10/2013

La plupart des migrants syriens qui occupaient la passerelle du terminal ferry de Calais ont quitté les lieux et pris la direction du centre-ville. Depuis mercredi, ils réclamaient aux autorités françaises le droit de passer en Angleterre.

La majeure partie des clandestins syriens qui occupaient depuis mercredi 2 octobre une passerelle d'accès au terminal ferry de Calais (Pas-de-Calais) ont finalement quitté les lieux vendredi en fin d’après midi. Près d’une cinquantaine de migrants sont partis en direction du centre-ville alors qu'une quinzaine d'autres sont toutefois restés sur place, témoigne une journaliste de l'AFP.

Depuis mercredi, une soixantaine de Syriens avaient en effet pris leurs quartiers sur une passerelle du terminal ferry de Calais. Une quarantaine d'entre eux avaient même entamé une grève de la faim, réclamant des autorités françaises qu’elles organisent leur passage vers le Royaume-Uni. Les migrants estiment en effet qu'ils bénéficieront de meilleures conditions d'accueil outre-Manche.

Le préfet du Pas-de-Calais Denis Robin, qui avait avoué faire face à une "impasse", leur avait proposé de présenter une demande d’asile en France pour débloquer la situation, arguant qu’il ne pouvait "pas décider de leur accès en Grande-Bretagne".

Finalement, le Royaume-Uni a proposé d’"examiner au cas par cas" la situation des migrants qui seraient en mesure de revendiquer un lien de parenté avec une personne résidant sur le territoire britannique. Le préfet du Pas-de-Calais a pour sa part proposé que les services de l'Office français de l'immigration et de l'intégration (OFII) mènent le travail d'analyse "au cas par cas" des dossiers syriens pour déterminer s'ils ont des liens familiaux au Royaume-Uni. "Pour ceux qui le souhaitent, on est capable dès ce (vendredi) soir de leur offrir un hébergement, de mobiliser les équipes de l'OFII si certains d'entre eux faisaient état d'une présence familiale en Angleterre", a ainsi annoncé le préfet.

"J'ai déjà essayé dix fois de passer, je réessaierai"


"Les migrants ont pris en compte nos propositions, ils ont compris qu'il y avait une autre voie possible. Certains demandent un hébergement dès ce soir, d'autres vont attendre un ou deux jours, mais le contact est passé et les promesses seront tenues. On va traiter ces situations dans le respect du droit français", a précisé le préfet.

Mariam Guerey, une salariée du Secours catholique dans le Pas-de-Calais, a précisé que deux familles avaient accepté d'être hébergées à Arras, "sans pour autant demander le droit d'asile".

Cependant, même si l’annonce britannique semble avoir désamorcé la situation, l’optimisme n’est pas forcément de mise. " Je n'accepterai pas l'hébergement ni le droit d'asile parce que la procédure est trop longue et je veux aller le plus vite possible en Angleterre. J'ai déjà essayé dix fois de passer, je réessaierai", confie Zakarya, 45 ans. "Pour la première fois, les autorités britanniques nous ont écoutés, mais ce n'est pas ce que j'attendais comme réponse. Mais je suis certain que l'action d'aujourd'hui (...) servira pour les prochains", tempère-t-il néanmoins.

Depuis début 2013, 700 demandes d’asile provenant de migrants syriens ont été déposées en France, selon des chiffres publiés par l’Ofpra (Office français de protection des réfugiés et apatrides). Dans 95 % des cas, en raison de la guerre civile qui frappe le pays, ces Syriens obtiennent la possibilité de résider sur le territoire français, précise l’organisme.

Avec dépêches


 

Première publication : 04/10/2013

  • MIGRANTS SYRIENS

    "Plutôt rentrer en Syrie que demander l'asile à la France"

    En savoir plus

  • FRANCE

    À Calais, des migrants syriens prêts à mourir pour gagner l’Angleterre

    En savoir plus

  • FRANCE

    Témoignage : "Pour nous c'est mourir ici à Calais ou bien aller en Angleterre"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)