Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

L'invité: Colonel Badjeck, porte-parole du ministère de la défense camerounais

En savoir plus

MODE

Paris, Haute Couture automne-hiver 2014-2015.

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Vers une offensive terrestre sur Gaza ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Israël-Gaza : l'application mobile Yo a peut-être enfin trouvé son utilité

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 1)

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

En savoir plus

#ActuElles

Suède : un modèle de parité ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

UE - USA : la guerre économique est-elle déclarée ?

En savoir plus

  • Alejandro Sabella, un "Mister Nobody" au sommet du foot argentin

    En savoir plus

  • Gaza : des frappes israéliennes "sans précédent" depuis le début du conflit

    En savoir plus

  • Sahara occidental : le torchon brûle entre Rabat et Alger

    En savoir plus

  • La Russie menace l'Ukraine "de conséquences irréversibles"

    En savoir plus

  • Nigeria : le chef de Boko Haram soutient al-Baghdadi, le "calife" de l'EIIL

    En savoir plus

  • Les Brésiliens, supporters malgré eux, de leurs bourreaux allemands

    En savoir plus

  • Fin de Serval au Mali, lancement de l’opération "Barkhane" au Sahel

    En savoir plus

  • Combats entre milices libyennes autour de l'aéroport de Tripoli

    En savoir plus

  • Nouvelle humiliation pour le Brésil battu par les Pays-Bas (3-0)

    En savoir plus

  • "Wissous plage" : l’interdiction du port du voile suspendue par la justice

    En savoir plus

  • Après une opération commando à Gaza, Tsahal intensifie ses frappes

    En savoir plus

  • Présidentielle afghane : les candidats s'accordent sur un audit des votes

    En savoir plus

  • "Boules puantes" et règlements de compte : la débandade de l’UMP

    En savoir plus

  • Au Caire, juifs, chrétiens et musulmans célèbrent ensemble la rupture du jeûne

    En savoir plus

  • Vidéo : à Casablanca, trois immeubles s'effondrent sur leurs habitants

    En savoir plus

  • Tour de France 2014 : le Français Blel Kadri remporte la 8e étape

    En savoir plus

  • Décès de Tommy Ramone, le dernier survivant des Ramones

    En savoir plus

  • En mal de soutien, Vladimir Poutine rencontre Fidel Castro à Cuba

    En savoir plus

  • Brève alerte au tsunami après un fort séisme au Japon

    En savoir plus

  • Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

    En savoir plus

FRANCE

À Calais, les migrants syriens ont quitté la passerelle du terminal ferry

© Capture d'écran FRANCE 24

Vidéo par Audrey RACINE , Johan BODIN

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 04/10/2013

La plupart des migrants syriens qui occupaient la passerelle du terminal ferry de Calais ont quitté les lieux et pris la direction du centre-ville. Depuis mercredi, ils réclamaient aux autorités françaises le droit de passer en Angleterre.

La majeure partie des clandestins syriens qui occupaient depuis mercredi 2 octobre une passerelle d'accès au terminal ferry de Calais (Pas-de-Calais) ont finalement quitté les lieux vendredi en fin d’après midi. Près d’une cinquantaine de migrants sont partis en direction du centre-ville alors qu'une quinzaine d'autres sont toutefois restés sur place, témoigne une journaliste de l'AFP.

Depuis mercredi, une soixantaine de Syriens avaient en effet pris leurs quartiers sur une passerelle du terminal ferry de Calais. Une quarantaine d'entre eux avaient même entamé une grève de la faim, réclamant des autorités françaises qu’elles organisent leur passage vers le Royaume-Uni. Les migrants estiment en effet qu'ils bénéficieront de meilleures conditions d'accueil outre-Manche.

Le préfet du Pas-de-Calais Denis Robin, qui avait avoué faire face à une "impasse", leur avait proposé de présenter une demande d’asile en France pour débloquer la situation, arguant qu’il ne pouvait "pas décider de leur accès en Grande-Bretagne".

Finalement, le Royaume-Uni a proposé d’"examiner au cas par cas" la situation des migrants qui seraient en mesure de revendiquer un lien de parenté avec une personne résidant sur le territoire britannique. Le préfet du Pas-de-Calais a pour sa part proposé que les services de l'Office français de l'immigration et de l'intégration (OFII) mènent le travail d'analyse "au cas par cas" des dossiers syriens pour déterminer s'ils ont des liens familiaux au Royaume-Uni. "Pour ceux qui le souhaitent, on est capable dès ce (vendredi) soir de leur offrir un hébergement, de mobiliser les équipes de l'OFII si certains d'entre eux faisaient état d'une présence familiale en Angleterre", a ainsi annoncé le préfet.

"J'ai déjà essayé dix fois de passer, je réessaierai"


"Les migrants ont pris en compte nos propositions, ils ont compris qu'il y avait une autre voie possible. Certains demandent un hébergement dès ce soir, d'autres vont attendre un ou deux jours, mais le contact est passé et les promesses seront tenues. On va traiter ces situations dans le respect du droit français", a précisé le préfet.

Mariam Guerey, une salariée du Secours catholique dans le Pas-de-Calais, a précisé que deux familles avaient accepté d'être hébergées à Arras, "sans pour autant demander le droit d'asile".

Cependant, même si l’annonce britannique semble avoir désamorcé la situation, l’optimisme n’est pas forcément de mise. " Je n'accepterai pas l'hébergement ni le droit d'asile parce que la procédure est trop longue et je veux aller le plus vite possible en Angleterre. J'ai déjà essayé dix fois de passer, je réessaierai", confie Zakarya, 45 ans. "Pour la première fois, les autorités britanniques nous ont écoutés, mais ce n'est pas ce que j'attendais comme réponse. Mais je suis certain que l'action d'aujourd'hui (...) servira pour les prochains", tempère-t-il néanmoins.

Depuis début 2013, 700 demandes d’asile provenant de migrants syriens ont été déposées en France, selon des chiffres publiés par l’Ofpra (Office français de protection des réfugiés et apatrides). Dans 95 % des cas, en raison de la guerre civile qui frappe le pays, ces Syriens obtiennent la possibilité de résider sur le territoire français, précise l’organisme.

Avec dépêches


 

Première publication : 04/10/2013

  • MIGRANTS SYRIENS

    "Plutôt rentrer en Syrie que demander l'asile à la France"

    En savoir plus

  • FRANCE

    À Calais, des migrants syriens prêts à mourir pour gagner l’Angleterre

    En savoir plus

  • FRANCE

    Témoignage : "Pour nous c'est mourir ici à Calais ou bien aller en Angleterre"

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)