Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Rentrée des classes en France : le système éducatif français est-il mauvais élève ?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Un accord pour rétablir le Parlement du Lesotho

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Affaire Kayumba : quatre accusés reconnus coupables de tentative de meurtre

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Abbas Araghchi, vice-ministre iranien des Affaires étrangères

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Sarkozy le retour?

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Le meilleur des Observateurs cette année !

En savoir plus

FOCUS

L'État islamique déclare la guerre de l'eau en Irak

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Peine perdue" d'Olivier Adam, la trentaine à la dérive

En savoir plus

REPORTERS

Pakistan : Imran Khan, des terrains de cricket à la politique

En savoir plus

  • L'EI revendique dans une vidéo la décapitation d'un second journaliste américain

    En savoir plus

  • Steven Sotloff, un passionné du monde arabe tombé entre les griffes de l'EI

    En savoir plus

  • Vidéo : un convoi de l'armée ukrainienne détruit dans l'est de l'Ukraine

    En savoir plus

  • Pôle emploi : Rebsamen se défend de vouloir "stigmatiser" les chômeurs

    En savoir plus

  • Ligue 1 : Falcao fait ses valises, à quoi joue Monaco?

    En savoir plus

  • Europe : Moscovici, un sous-commissaire pour la France ?

    En savoir plus

  • Les photos volées de Jennifer Lawrence sont aussi gênantes pour Apple

    En savoir plus

  • Nord-Mali : quatre casques bleus tués par l'explosion d'une mine près de Kidal

    En savoir plus

  • En images : Falcao, James, Di Maria, Suarez... les plus gros transferts de l’été

    En savoir plus

  • "Peine perdue" d'Olivier Adam, la trentaine à la dérive

    En savoir plus

  • Un député tunisien échappe à une tentative d'assassinat

    En savoir plus

  • Le président du Yémen annonce un "gouvernement d'union nationale"

    En savoir plus

  • L'Otan menace de déployer une force de réaction rapide en Europe de l'Est

    En savoir plus

  • VTC : la justice interdit à Uber d'exercer en Allemagne

    En savoir plus

  • L’armée irakienne poursuit son offensive, l’EI recule

    En savoir plus

  • À Saint-Nazaire, les Mistral voguent vers leur destin russe

    En savoir plus

FRANCE

À Calais, les migrants syriens ont quitté la passerelle du terminal ferry

© Capture d'écran FRANCE 24

Vidéo par Audrey RACINE , Johan BODIN

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 04/10/2013

La plupart des migrants syriens qui occupaient la passerelle du terminal ferry de Calais ont quitté les lieux et pris la direction du centre-ville. Depuis mercredi, ils réclamaient aux autorités françaises le droit de passer en Angleterre.

La majeure partie des clandestins syriens qui occupaient depuis mercredi 2 octobre une passerelle d'accès au terminal ferry de Calais (Pas-de-Calais) ont finalement quitté les lieux vendredi en fin d’après midi. Près d’une cinquantaine de migrants sont partis en direction du centre-ville alors qu'une quinzaine d'autres sont toutefois restés sur place, témoigne une journaliste de l'AFP.

Depuis mercredi, une soixantaine de Syriens avaient en effet pris leurs quartiers sur une passerelle du terminal ferry de Calais. Une quarantaine d'entre eux avaient même entamé une grève de la faim, réclamant des autorités françaises qu’elles organisent leur passage vers le Royaume-Uni. Les migrants estiment en effet qu'ils bénéficieront de meilleures conditions d'accueil outre-Manche.

Le préfet du Pas-de-Calais Denis Robin, qui avait avoué faire face à une "impasse", leur avait proposé de présenter une demande d’asile en France pour débloquer la situation, arguant qu’il ne pouvait "pas décider de leur accès en Grande-Bretagne".

Finalement, le Royaume-Uni a proposé d’"examiner au cas par cas" la situation des migrants qui seraient en mesure de revendiquer un lien de parenté avec une personne résidant sur le territoire britannique. Le préfet du Pas-de-Calais a pour sa part proposé que les services de l'Office français de l'immigration et de l'intégration (OFII) mènent le travail d'analyse "au cas par cas" des dossiers syriens pour déterminer s'ils ont des liens familiaux au Royaume-Uni. "Pour ceux qui le souhaitent, on est capable dès ce (vendredi) soir de leur offrir un hébergement, de mobiliser les équipes de l'OFII si certains d'entre eux faisaient état d'une présence familiale en Angleterre", a ainsi annoncé le préfet.

"J'ai déjà essayé dix fois de passer, je réessaierai"


"Les migrants ont pris en compte nos propositions, ils ont compris qu'il y avait une autre voie possible. Certains demandent un hébergement dès ce soir, d'autres vont attendre un ou deux jours, mais le contact est passé et les promesses seront tenues. On va traiter ces situations dans le respect du droit français", a précisé le préfet.

Mariam Guerey, une salariée du Secours catholique dans le Pas-de-Calais, a précisé que deux familles avaient accepté d'être hébergées à Arras, "sans pour autant demander le droit d'asile".

Cependant, même si l’annonce britannique semble avoir désamorcé la situation, l’optimisme n’est pas forcément de mise. " Je n'accepterai pas l'hébergement ni le droit d'asile parce que la procédure est trop longue et je veux aller le plus vite possible en Angleterre. J'ai déjà essayé dix fois de passer, je réessaierai", confie Zakarya, 45 ans. "Pour la première fois, les autorités britanniques nous ont écoutés, mais ce n'est pas ce que j'attendais comme réponse. Mais je suis certain que l'action d'aujourd'hui (...) servira pour les prochains", tempère-t-il néanmoins.

Depuis début 2013, 700 demandes d’asile provenant de migrants syriens ont été déposées en France, selon des chiffres publiés par l’Ofpra (Office français de protection des réfugiés et apatrides). Dans 95 % des cas, en raison de la guerre civile qui frappe le pays, ces Syriens obtiennent la possibilité de résider sur le territoire français, précise l’organisme.

Avec dépêches


 

Première publication : 04/10/2013

  • MIGRANTS SYRIENS

    "Plutôt rentrer en Syrie que demander l'asile à la France"

    En savoir plus

  • FRANCE

    À Calais, des migrants syriens prêts à mourir pour gagner l’Angleterre

    En savoir plus

  • FRANCE

    Témoignage : "Pour nous c'est mourir ici à Calais ou bien aller en Angleterre"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)