Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Tidjane Thiam, directeur général de Prudential

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

La Caravane, l'autre Tour de France

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : accord signé pour la fin des hostilités

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Bartabas, le seigneur des chevaux

En savoir plus

FOCUS

Crimée : un été pas comme les autres

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Gwendal Rouillard, Secrétaire de la commission de la Défense et des forces armées

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Bolivie : au travail dès l'âge de 10 ans

En savoir plus

DÉBAT

Manifestation en soutien à Gaza : un rassemblement test pour le gouvernement

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Andy Serkis : l'homme à l'origine du singe

En savoir plus

  • En direct : "Aucune hypothèse écartée pour le crash de l'avion d'Air Algérie" déclare Hollande

    En savoir plus

  • Crash du vol AH5017 : "Il est exclu de retrouver des survivants"

    En savoir plus

  • Cisjordanie : un Palestinien tué par l'armée israélienne

    En savoir plus

  • BNP Paribas écope de 60 millions d'euros d'amende aux États-Unis

    En savoir plus

  • Tour de France : "Jicé" Péraud, routard sur le tard, à la conquête des cols

    En savoir plus

  • Vol AH5017 : l'hypothèse d'un tir de missile sol-air "quasiment impossible"

    En savoir plus

  • Ce que l'on sait sur la disparition du vol AH5017 d’Air Algérie

    En savoir plus

  • Gaza : 15 Palestiniens tués dans une école de l'ONU

    En savoir plus

  • Washington accable la Russie, l’UE renforce ses sanctions contre Moscou

    En savoir plus

  • Tour de France : le Chinois Cheng Ji, lanterne rouge et fier de l'être

    En savoir plus

  • Gaza : Israël et le Hamas loin d’être prêts à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Le Kurde Fouad Massoum élu président de l'Irak

    En savoir plus

  • En images : à Alep, les cratères d'obus deviennent des piscines pour enfants

    En savoir plus

  • La Soudanaise condamnée à mort pour apostasie est arrivée en Italie

    En savoir plus

  • France : UBS mise en examen pour blanchiment de fraude fiscale

    En savoir plus

  • Un match entre Lille et le Maccabi Haifa interrompu par des pro-palestiniens

    En savoir plus

  • Arizona : condamné à mort, il agonise deux heures sur la table d'exécution

    En savoir plus

  • Levée de la suspension des vols américains et européenns vers Tel-Aviv

    En savoir plus

EUROPE

À Assise, le pape François dénonce "l'indifférence" après le drame de Lampedusa

© AFP

Texte par Amara MAKHOUL-YATIM

Dernière modification : 04/10/2013

Depuis Assise, sur les terres de Saint-François dont il a choisi de porter le nom, le pape a dénoncé "l'indifférence à l'égard de ceux qui fuient l'esclavage, la faim pour trouver la liberté, et trouvent la mort", comme à Lampedusa jeudi.

La visite est qualifiée d'historique. Sept mois après son élection, le pape François a marché, vendredi 4 octobre, dans les pas du saint dont il choisi de porter le nom à Assise, en Ombrie dans le centre de l'Italie.

Peu après sa désignation en mars, l'ex-archevêque de Buenos Aires avait souhaité "une Église pauvre pour les pauvres", suscitant beaucoup d'attentes à travers le monde. Cette visite revêt ainsi une dimension symbolique. En le menant sur les terres de Saint-François-d'Assise, connu pour son engagement auprès des pauvres, elle est l'occasion pour le premier pape originaire d'un pays du Sud d'expliquer son choix d'incarner une Église pauvre.

Dans "la salle du dépouillement", le pape a appelé les chrétiens à suivre le modèle de pauvreté initié par Saint-François en combattant "la mondanité, une lèpre, un cancer de la société, qui tue la personne, qui tue l'Église". C'est dans cette salle que celui qui allait devenir Saint-François-d'Assise s'était dépouillé en 1207 de ses vêtements devant son père, un riche marchand, pour indiquer que les biens terrestres étaient destinés par Dieu aux plus pauvres.

"Une journée de pleurs"

Visiblement ému, le souverain pontife a dénoncé "l'indifférence à l'égard de ceux qui fuient l'esclavage, la faim pour trouver la liberté, et trouvent la mort comme hier [jeudi 3 octobre] à Lampedusa".

"Aujourd'hui est une journée de pleurs", a-t-il dit en allusion à la journée de deuil décrétée en Italie pour le naufrage qui a coûté la vie à quelque 300 migrants.

François, qui avait qualifié, jeudi, le drame de "honte", avait déjà tempêté en juillet lors de sa première visite hors de Rome sur cette île, contre la "mondialisation de l'indifférence" face à des gens qui fuient la guerre et la misère.

Comme il a pris l'habitude de le faire, le souverain pontife, qui était accompagné des huit cardinaux dont il s'est entouré pour le conseiller, s'est exprimé de manière improvisée, renonçant à lire les versions de deux discours préparés pour ce déplacement.

Cette spontanéité a de nouveau ému l'assemblée venue à sa rencontre pour découvrir ce pape qui a imposé un style qu'il souhaite fait d'ouverture, de simplicité et d'écoute. Entre 60 000 et 100 000 fidèles étaient présents dans la ville du "Poverello". Ceux qui n'avaient pu entrer dans la vieille ville suivaient les cérémonies sur huit écrans géants.

Avec dépêches

Première publication : 04/10/2013

  • RELIGION

    Le pape François ouvre la réflexion sur les divorcés remariés dans l'Église

    En savoir plus

  • BRÉSIL

    JMJ : la visite réussie du pape des pauvres au pays de la théologie de la libération

    En savoir plus

  • RELIGION

    Le pape François souhaite "une Église pauvre, pour les pauvres"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)