Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Libye : terre d'accueil des jihadistes?

En savoir plus

DÉBAT

Conférence à Paris sur l'Irak : quelle réponse face à l'organisation de l'EI ? (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Conférence à Paris sur l'Irak : quelle réponse face à l'organisation de l'EI ? (Partie 1)

En savoir plus

FOCUS

La ville libanaise d'Arsal face aux jihadistes de l'EI

En savoir plus

À L’AFFICHE !

CharlElie Couture, l’immortel de la chanson française

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Les Noirs Africains attaqués à Tanger et le harcélement filmé au Caire

En savoir plus

BILLET RETOUR

Abbottabad peut-elle tourner la page Ben Laden ?

En savoir plus

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

Culture : Bruxelles contre les artistes ?

En savoir plus

  • Près de 500 migrants portés disparus après un naufrage en Méditerranée

    En savoir plus

  • Air France : la grève devrait s'intensifier mardi

    En savoir plus

  • PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

    En savoir plus

  • Centrafrique : l'ONU prend en charge le maintien de la paix

    En savoir plus

  • Projet de loi anti-jihadiste : la France suit l’exemple du Royaume-Uni

    En savoir plus

  • Microsoft achète Minecraft, le jeu qui valait 2,5 milliards de dollars

    En savoir plus

  • Netflix débarque en France : le test de France 24

    En savoir plus

  • Le parti de Gbagbo claque la porte de la commission électorale

    En savoir plus

  • Fifa : Sepp Blatter et son entourage de nouveau soupçonnés de corruption

    En savoir plus

  • Le Medef et son million d'emplois en cinq ans, un effet d'annonce ?

    En savoir plus

  • François Hollande : "Il n'y a pas de temps à perdre" face à l’EI

    En savoir plus

  • La ville libanaise d'Arsal face aux jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Le footballeur français Nicolas Anelka signe un contrat en Inde

    En savoir plus

  • Coalition contre l'EI : premiers vols de reconnaissance français en Irak

    En savoir plus

  • Le procès de la tempête Xynthia s'ouvre en Vendée

    En savoir plus

Afrique

Lampedusa : les recherches suspendues en raison du mauvais temps

© AFP

Vidéo par Philomène REMY

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 05/10/2013

Deux jours après le naufrage d'un navire de migrants africains près de Lampedusa qui a fait 300 victimes, les recherches ont été interrompues samedi en raison des mauvaises conditions météorologiques.

Les recherches pour retrouver de nouvelles victimes du naufrage d'un bateau de migrants africains près de l'île italienne de Lampedusa, survenu jeudi 3 octobre, ont été suspendues en raison d’une mer agitée qui rend la tâche des sauveteurs trop périlleuse.

"Malgré la persistance de mauvaises conditions en mer, nos gars sont prêts à plonger de nouveau si une occasion se présente et qu'ils peuvent le faire en toute sécurité", a fait savoir Filippo Marini, porte-parole de la garde-côtes italienne.

Des migrants érythréens et somaliens

Jusqu'à présent, 111 corps ont été ramenés à terre. Les secours s'attendent à en trouver une centaine d'autres. Les plongeurs ont en effet "vu des corps sur le fond et à l'intérieur" du bateau de pêche qui gît à 40 mètres de profondeur, à environ 550 mètres de la côte.

Le bateau, qui transportait principalement des Érythréens et des Somaliens, a chaviré jeudi matin après que du fioul a pris feu. L'incendie a provoqué un mouvement de panique parmi les passagers qui se sont tous précipités sur le même bord.

Un ferry est arrivé vendredi à Lampedusa avec à son bord un camion chargé d'une centaine de cercueils et quatre fourgons mortuaires. Une journée de deuil national a été décrétée le même jour par le gouvernement italien et une minute de silence a été observée dans les écoles à la mémoire des victimes.

À Lampedusa, à mi-chemin entre la Sicile et la Tunisie, magasins, restaurants et stations-service sont restés fermés. Après une messe dans la soirée en mémoire des victimes, des centaines de personnes ont pris part à une marche silencieuse à travers la ville, à la lueur des bougies.

"Une journée pour pleurer"

En déplacement à Assise, le pape François a condamné vendredi "un monde sauvage [...] qui ne se soucie pas de tous ceux qui ont dû fuir la pauvreté et la faim, qui ont dû fuir pour rechercher la liberté et trouver bien souvent la mort, comme cela s'est passé hier à Lampedusa".

Le pape argentin, apôtre d'une "Eglise pauvre pour les pauvres", a ajouté : "Aujourd'hui, c'est une journée pour pleurer".

La petite île est l'un des principaux points d'entrée des migrants qui affrontent la Méditerranée à bord d'embarcations surchargées et peu sûres pour tenter de débarquer sur les rivages de l'Europe, en quête d'une vie meilleure.

Selon le Haut commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR), un demi-millier de candidats à l'émigration clandestine se sont noyés en 2012 lors de la traversée entre la Tunisie et la Sicile. Le flux de migrants a gonflé ces derniers temps avec les nombreux Syriens qui fuient la guerre civile.

Avec dépêches

Première publication : 05/10/2013

  • IMMIGRATION

    Quand la presse italienne milite pour le Nobel de la paix à Lampedusa

    En savoir plus

  • UNION EUROPÉENNE

    Naufrage à Lampedusa : la politique migratoire de l'UE pointée du doigt

    En savoir plus

  • ITALIE

    À Assise, le pape François dénonce "l'indifférence" après le drame de Lampedusa

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)