Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Surpopulation, discrimination… Les prisons américaines à l’heure de la réforme

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Des polémiques françaises : Valls chante Marianne aux seins nus, Macron quitte Bercy

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

L'attente des résultats de la présidentielle se prolonge dans l'appréhension à Libreville

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCO

La campagne électorale menace-t-elle la reprise ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

L'écrivain Yasmina Khadra, amoureux de Cuba

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Dilma Roussef : discours émouvant, mais sans plus

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Présidentielle 2017 : "des patrons sans illusion"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Dissimulation fiscale : Apple pourrait écoper d’une amende record

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Jean-Pierre Chevènement embourbé dans les gaffes

En savoir plus

Afrique

L'opposition réclame l'annulation des législatives guinéennes

© RFI | Sydia Touré, Lansana Kouyaté et Cellou Dalein Diallo

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 05/10/2013

Alors que le pouvoir a revendiqué la victoire aux législatives guinéennes du 28 septembre avant la publication des résultats définitifs, l'opposition a demandé l'annulation du scrutin en raison de "fraudes massives" et appelé à manifester.

L'opposition guinéenne a exigé vendredi 4 octobre l'annulation du premier tour des élections législatives organisé samedi dernier, entaché, selon elle, de nombreuses irrégularités, et elle a menacé de faire descendre ses partisans dans la rue.

Le pouvoir a, pour sa part, revendiqué la "majorité" au Parlement avant même la publication des résultats complets du scrutin que la Commission électorale nationale indépendante (Céni) continue d'égrener au compte-gouttes. Une situation qui fait craindre de graves troubles dans le pays.

"Fraude généralisée" 

"L'opposition exige l'annulation pure et simple du scrutin en raison de l'importance des fraudes constatées et du caractère partial du scrutin", indique une déclaration commune des principaux partis d'opposition lue à la presse à Conakry.

L'opposition affirme, en outre, que par cette "fraude généralisée" et "massive", l'objectif du pouvoir du président Alpha Condé "est d'attribuer à la majorité présidentielle une victoire indue".

"Le pouvoir et la Céni persistent à publier des résultats électoraux qui ne reflètent nullement la réalité des urnes", ajoute le texte qui parle de "hold up électoral".

Kiridi Bangoura, secrétaire général à la présidence ayant rang de ministre, a peu après assuré que le pouvoir aura la "majorité" dans le futur Parlement.

"Rester mobilisés et se tenir prêts"

"Nous savons que nous allons avoir une majorité dans la prochaine assemblée. Nous ne donnons pas les résultats, mais nous connaissons la tendance", a-t-il déclaré, ajoutant: "tous les partis ont ces informations, c'est sans doute pour ça qu'aujourd'hui ils (les opposants) demandent l'annulation du scrutin".

L'opposition de son côté "n'exclut pas de recourir à toute forme légale de protestation, y compris des manifestations sur toute l'étendue du territoire". Elle a "invité ses sympathisants à rester mobilisés et à se tenir prêts" dans l'attente d'un "mot d'ordre de manifestation dans les prochains jours".

Les manifestations de l'opposition en Guinée tournent régulièrement au bain de sang: depuis le début de l'année, une cinquantaine de personnes ont été tuées et des centaines blessées pendant des marches à Conakry pour exiger des législatives "libres et transparentes".

Ex-colonie française, la Guinée a depuis son indépendance en 1958 une histoire marquée par des violences politiques et militaires.

Avec dépêches

 

Première publication : 05/10/2013

  • GUINÉE

    La Guinée, sous tension, attend les résultats des législatives

    En savoir plus

  • ÉLECTIONS LÉGISLATIVES

    Forte participation aux législatives guinéennes

    En savoir plus

  • ÉLECTIONS LÉGISLATIVES

    Guinée : des législatives sur fond de rumeur de coup d'État

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)