Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Algérie : un Français enlevé par un groupe lié à l'organisation de l'EI

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Couple franco-allemand : la cigale et la fourmi ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Nicole Garcia, actrice et réalisatrice accomplie

En savoir plus

FOCUS

L'Afrique à Paris !

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

La route rebelle de Nouvelle-Caledonie et les étudiants reconstruisent Tripoli

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Graham Watson, président du Parti des Libéraux et Démocrates pour l'Europe

En savoir plus

ICI L'EUROPE

UE : avec Pierre Moscovici, un changement de cap économique ?

En savoir plus

DÉBAT

Manuel Valls à Berlin : prendre exemple sur le modèle allemand ?

En savoir plus

  • Arrestation à Orly de trois jihadistes présumés, dont le mari de Souad Merah

    En savoir plus

  • Les lycéennes et collégiennes turques autorisées à porter le voile islamique

    En savoir plus

  • Poucettes, matraques à pointes : le marché de la torture "made in China"

    En savoir plus

  • Droit à l'avortement : le gouvernement espagnol recule sur son projet de loi

    En savoir plus

  • Les États-Unis frappent le cœur de l’EI en Syrie

    En savoir plus

  • L'armée israélienne abat un avion de chasse syrien au-dessus du Golan

    En savoir plus

  • La justice autorise l'adoption d'enfants nés d'une PMA à l'étranger

    En savoir plus

  • Les Kurdes syriens réfugiés à Erbil prêts à repartir au combat contre l'EI

    En savoir plus

  • Rapt du Français en Algérie : qui se cache derrière les "Soldats du califat" ?

    En savoir plus

  • Prison à vie pour Ilham Tohti : "Ils ont créé un 'Mandela ouïghour'"

    En savoir plus

  • L'armée tue deux Palestiniens accusés de la mort des adolescents israéliens

    En savoir plus

  • Le président chinois, principal absent du sommet sur le climat

    En savoir plus

  • L'Afrique à Paris !

    En savoir plus

  • Présidentielle tunisienne : le point sur les candidats

    En savoir plus

  • Un million de bébés européens nés grâce à Erasmus

    En savoir plus

  • Le report du projet de Transavia Europe ne suffit pas aux pilotes d'Air France

    En savoir plus

Afrique

Ouverture du "dialogue national" entre Ennahda et l’opposition

© FRANCE 24 | Le chef d'Ennahda, Rached Ghannouchi.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 21/11/2013

Le "dialogue national" tunisien a été solennellement lancé, samedi, entre islamistes au pouvoir et opposants pour une durée d'un mois. Ces négociations doivent permettre de résoudre la profonde crise politique qui paralyse le pays.

Le"dialogue national" réunissant les islamistes au pouvoir, leurs alliés et l’opposition, censés négocier la sortie d'une profonde crise politique, s’est ouvert samedi 5 octobre à Tunis.        

"Je veux vous remercier d'entrer dans ce dialogue car vous ouvrez la porte de l'espoir pour les Tunisiens et Tunisiennes", a déclaré au début de la réunion Houcine Abassi, le secrétaire général du Syndicat UGTT et principal médiateur de la crise.
             
"La Tunisie passe par une crise politique, économique, sociale sans précédent qui nécessite des mesures audacieuses", a-t-il ajouté devant le président Moncef Marzouki, le Premier ministre islamiste Ali Larayedh et une assemblée d'élus, de responsables de partis.
             
Selon la feuille de route établie par les médiateurs, le gouvernement doit s'engager à démissionner dès la formation d'un nouveau cabinet d'indépendants dans un délai maximum de trois semaines.
             
Le dialogue a toutefois débuté avec plusieurs heures de retard après un nouveau désaccord entre les deux camps, provoqué par un refus de la coalition dirigée par le parti islamiste Ennahda de signer formellement cette feuille de route. Cette dernière prévoit aussi l'adoption de la Constitution d'ici un mois. Aucune indication n'a été donnée dans l'immédiat sur la manière dont la dispute avait été réglée.
             
Signe du climat politique délétère, le chef d'Ennahda, Rached Ghannouchi, a vivement critiqué l'opposition sur Twitter. "Après un retard dû au chantage de dernière minute de l'opposition, coup d'envoi du dialogue national", a-t-il écrit sur le réseau social.
             
La vie politique tunisienne est paralysée depuis le 25 juillet et l'assassinat du député d'opposition Mohamed Brahmi. Après deux mois de médiation, partisans et opposants des islamistes ont accepté de négocier une solution consensuelle à la crise.

 

Première publication : 05/10/2013

  • TUNISIE

    Divisions au sein d’Ennahda sur la formation d'un gouvernement apolitique

    En savoir plus

  • TUNISIE

    En Tunisie, Ennahda et le syndicat UGTT tiendront des pourparlers le 12 août

    En savoir plus

  • TUNISIE

    Tunisie : Ennahda se dit prêt à négocier avec le syndicat UGTT

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)