Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Emmanuel Macron recadre un édutiant qui l'appelle "Manu"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Inondations en Côte d'Ivoire, au moins 18 morts à Abidjan

En savoir plus

LE DÉBAT

Migrants : l'Europe à l'épreuve

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Marine Le Pen : "Jean-Marie Le Pen va mieux"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Marine Le Pen : "Le parlement européen est dans une démarche d'agression, tous nos droits ont été violés"

En savoir plus

FOCUS

VIH en Chine : la jeunesse particulièrement exposée

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Ingrid Chauvin et Jimmy Jean-Louis, stars du petit écran

En savoir plus

L’invité du jour

Chef Simon : "Ce n’est plus notre corps qui décide de ce que l’on va manger, mais notre cerveau"

En savoir plus

LE DÉBAT

Colombie : la paix avec les Farc en danger ?

En savoir plus

Afrique

Capture d'Abou Anas al-Libi, un chef d'Al-Qaïda qui valait 5 millions de dollars

© AFP

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 06/10/2013

Les forces spéciales américaines ont mené samedi un raid en Libye, au cours duquel Abou Anas al-Libi, un des leaders présumés d'Al-Qaïda, accusé d'être impliqué dans des attentats en 1998 a été capturé.

Tripoli demande des explications à Washington

Le gouvernement libyen affirme n'avoir pas été mis au courantt de la capture en Libye d'Abou Anas al-Libi, un leader présumé d'Al-Qaïda, par des forces américaines. Dans un communiqué publié ce dimanche, Tripoli ajoute avoir demandé des explications à Washington sur cette opération.

"Le gouvernement libyen suit les informations sur l'enlèvement d'un des citoyens libyens recherché par les autorités des Etats-Unis (...) Dès qu'il a entendu l'information, le gouvernement libyen a contacté les autorités américaines pour leur demander des explications à ce sujet", indique le gouvernement de transition dans ce document.

Les États-Unis "ne cesseront jamais" la traque des auteurs présumés d'actes de terrorisme. Cette déclaration prononcée, dimanche 6 octobre, par le secrétaire d'État John Kerry intervient après le raid des forces spéciales américaines en Libye au cours duquel a été capturé Abou Anas al-Libi, un des leaders présumés d'Al-Qaïda.

Un homme traqué par Washington depuis plus de quinze ans et qui figurait parmi les personnalités les plus recherchées par le FBI. Abou Anas al Liby, de son vrai nom Nazih Abdul Hamed Al-Raghie qui aurait 49 ans, est accusé par les Américains d’être impliqué dans les attentats d’août 1998, contre les ambassades des États-Unis à Nairobi (Kenya) et à Dar es Salam (Tanzanie). Deux attentats, revendiqués par Al-Qaïda, qui ont fait 224 morts. Il devrait rapidement être transféré aux États-Unis pour y être jugé.
 
Avant de rallier le réseau d'Al-Qaïda, Abou Anas al-Libi, était membre du Groupe islamique de combat libyen (Gicl), qui avait pour objectif de renverser le régime de Mouammar Kadhafi et de le remplacer par un État islamique radical.
 
En septembre 2012, CNN avait rapporté que cet homme avait été aperçu à Tripoli, en Libye, où, selon une source proche des services de renseignement américains, il serait arrivé au cours du printemps 2011 pendant le soulèvement contre Mouammar Kadhafi.
 
Toujours selon CNN, les services de renseignement occidentaux craignaient alors qu'Abou Anas al Liby ait été chargé de constituer un réseau d'Al-Qaïda en Libye mais ils s'étaient abstenus de le capturer en raison de l'instabilité dans ce pays.
opérations américaines en afrique : quelle légitimité légale ?
 
Avec dépêches

 

Première publication : 06/10/2013

  • TERRORISME

    Une conférence téléphonique entre chefs d'Al-Qaïda interceptée par les services secrets américains

    En savoir plus

  • TERRORISME

    Opération commando des forces spéciales américaines en Somalie et en Libye

    En savoir plus

  • IRAK

    Un nouveau chef d'Al-Qaïda en Irak s'affiche à visage découvert sur YouTube

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)