Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif : de Sarajevo à Guantanamo, l’itinéraire des six d’Algérie

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle en Côte d'Ivoire : le soutien de Bédié est une "trahison" selon Bertin

En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse: les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

  • Euro-2020 : la finale de l'"Euro pour l’Europe" à Wembley

    En savoir plus

  • Corruption : amende record pour le géant pharmaceutique GSK

    En savoir plus

Afrique

Capture d'Abou Anas al-Libi, un chef d'Al-Qaïda qui valait 5 millions de dollars

© AFP

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 06/10/2013

Les forces spéciales américaines ont mené samedi un raid en Libye, au cours duquel Abou Anas al-Libi, un des leaders présumés d'Al-Qaïda, accusé d'être impliqué dans des attentats en 1998 a été capturé.

Le gouvernement libyen affirme n'avoir pas été mis au courantt de la capture en Libye d'Abou Anas al-Libi, un leader présumé d'Al-Qaïda, par des forces américaines. Dans un communiqué publié ce dimanche, Tripoli ajoute avoir demandé des explications à Washington sur cette opération.

"Le gouvernement libyen suit les informations sur l'enlèvement d'un des citoyens libyens recherché par les autorités des Etats-Unis (...) Dès qu'il a entendu l'information, le gouvernement libyen a contacté les autorités américaines pour leur demander des explications à ce sujet", indique le gouvernement de transition dans ce document.

Les États-Unis "ne cesseront jamais" la traque des auteurs présumés d'actes de terrorisme. Cette déclaration prononcée, dimanche 6 octobre, par le secrétaire d'État John Kerry intervient après le raid des forces spéciales américaines en Libye au cours duquel a été capturé Abou Anas al-Libi, un des leaders présumés d'Al-Qaïda.

Un homme traqué par Washington depuis plus de quinze ans et qui figurait parmi les personnalités les plus recherchées par le FBI. Abou Anas al Liby, de son vrai nom Nazih Abdul Hamed Al-Raghie qui aurait 49 ans, est accusé par les Américains d’être impliqué dans les attentats d’août 1998, contre les ambassades des États-Unis à Nairobi (Kenya) et à Dar es Salam (Tanzanie). Deux attentats, revendiqués par Al-Qaïda, qui ont fait 224 morts. Il devrait rapidement être transféré aux États-Unis pour y être jugé.
 
Avant de rallier le réseau d'Al-Qaïda, Abou Anas al-Libi, était membre du Groupe islamique de combat libyen (Gicl), qui avait pour objectif de renverser le régime de Mouammar Kadhafi et de le remplacer par un État islamique radical.
 
En septembre 2012, CNN avait rapporté que cet homme avait été aperçu à Tripoli, en Libye, où, selon une source proche des services de renseignement américains, il serait arrivé au cours du printemps 2011 pendant le soulèvement contre Mouammar Kadhafi.
 
Toujours selon CNN, les services de renseignement occidentaux craignaient alors qu'Abou Anas al Liby ait été chargé de constituer un réseau d'Al-Qaïda en Libye mais ils s'étaient abstenus de le capturer en raison de l'instabilité dans ce pays.

 
Avec dépêches

 

Première publication : 06/10/2013

  • TERRORISME

    Opération commando des forces spéciales américaines en Somalie et en Libye

    En savoir plus

  • TERRORISME

    Une conférence téléphonique entre chefs d'Al-Qaïda interceptée par les services secrets américains

    En savoir plus

  • IRAK

    Un nouveau chef d'Al-Qaïda en Irak s'affiche à visage découvert sur YouTube

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)