Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Abdelaziz Bouteflika réélu pour un quatrième mandat

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Aquilino Morelle : Un "caillou" dans la chaussure de François Hollande

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Crise ukrainienne : vers une nouvelle guerre du gaz ?

En savoir plus

#ActuElles

Carrière envers et contre tout ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

50 milliards d'économies : un plan d'austérité qui ne dit pas son nom ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La rigueur version Valls

En savoir plus

TECH 24

Les Google Glass déjà mal vues

En savoir plus

  • Reportage interactif : Cambodge, les sacrifiés du sucre

    En savoir plus

  • Abdelaziz Bouteflika, le président fantôme

    En savoir plus

  • Grande Guerre : les animaux, ces grands oubliés des tranchées

    En savoir plus

  • Corée du Sud : le capitaine s'explique après le naufrage du ferry

    En savoir plus

  • Les séparatistes de l'est de l'Ukraine rejettent l'accord conclu à Genève

    En savoir plus

  • L'embryon numérique, la nouvelle technologie pour faire un bébé parfait

    En savoir plus

  • Sans surprise, Bouteflika réélu président de l'Algérie avec 81,53 % des voix

    En savoir plus

  • Découverte de la première planète jumelle de la Terre

    En savoir plus

  • Prijedor : les survivants contre l’oubli

    En savoir plus

  • Coupe de la Ligue : le PSG pour sauver sa saison, Lyon pour la bonifier

    En savoir plus

  • Manuel Valls au Vatican pour les canonisations de Jean-Paul II et Jean XXIII

    En savoir plus

  • Hollande ne se représentera pas en 2017 si le chômage ne baisse pas

    En savoir plus

  • Le virus Ebola présent en Guinée et au Liberia est issu d'une nouvelle souche

    En savoir plus

  • La Russie "ne souhaite pas se faire déborder par le mouvement qu’elle a suscité"

    En savoir plus

  • Aquilino Morelle, conseiller politique de François Hollande, démissionne

    En savoir plus

  • Au moins 12 morts dans l'avalanche la plus meurtrière de l'Everest

    En savoir plus

  • En Inde, des votes à vendre

    En savoir plus

  • Mort de Gabriel Garcia Marquez, géant de la littérature sud-américaine

    En savoir plus

Amériques

Après les États-Unis, le Canada épinglé pour avoir espionné le Brésil

© AFP

Texte par Anne-Diandra LOUARN

Dernière modification : 07/10/2013

Des documents confidentiels publiés par Edward Snowden indiquent que le Canada a surveillé le ministère brésilien des Mines et de l'Énergie. La présidente Dilma Rousseff, qui crie à l’espionnage industriel, demande des explications à Ottawa.

Les États-Unis ne sont désormais plus les seuls à s’être empêtrés dans une affaire d’espionnage avec le Brésil. Leur grand voisin du nord a fait usage de techniques similaires pour surveiller les communications du ministère brésilien des Mines et de l'Énergie, selon des documents des services de renseignement canadien (CSTC) dévoilés dimanche 6 octobre par Globo, la chaîne de télévision la plus importante du Brésil.

Edward Snowden, un ancien informaticien américain âgé de 30 ans, est recherché par les États-Unis pour avoir révélé aux médias l'ampleur de la surveillance exercée par les services de renseignement américains, l'Agence nationale de sécurité (NSA).

Snowden a passé plus d'un mois dans la zone de transit de l'aéroport de Moscou avant de bénéficier de l'asile politique en Russie où il se trouve toujours.

À l’origine de la fuite, un certain... Edward Snowden. Ces documents qu’a publiés l’ancien analyste américain réfugié en Russie montrent un schéma détaillé des communications du ministère, comprenant les appels téléphoniques, les courriers électroniques et les navigations sur Internet.

Dans une rafale de messages publiés sur son compte Twitter lundi, la présidente du Brésil, Dilma Rousseff, a fait part de sa colère. “Cette situation est inadmissible entre des pays qui se prétendent partenaires. Nous condamnons fermement cette cyber-guerre”, a-t-elle lâché. Avant d’ajouter quelques minutes plus tard : "Il est urgent que les États-Unis et ses alliés mettent fin à ces actions d'espionnage une fois pour toutes." La chef de l’État a demandé au Canada que des explications sur cette affaire lui soient fournies.

Silence radio du côté d’Ottawa

Mais Ottawa ne semble pas enclin à s’exécuter : “Nous ne commentons pas les activités de collecte de renseignements à l'étranger", a déclaré à l'AFP Julie Dimambro, porte-parole du ministère canadien de la Défense, dont relève le CSTC.

La mission du centre consiste notamment à "acquérir et utiliser l'information provenant de l'infrastructure mondiale d'information dans le but de fournir du renseignement étranger, en conformité avec les priorités du gouvernement du Canada", est-il précisé sur le site du CSTC.

Selon Globo, le programme d'espionnage canadien, nommé Olympia, épiait les communications du ministère afin de vérifier les contacts que le Brésil pouvait entretenir "avec d'autres groupes que Petrobras [le géant public pétrolier], au Brésil ou à l'étranger". L'un des documents signale d’ailleurs des appels du ministère vers d'autres pays, en Amérique latine mais aussi en Afrique du Sud et au Moyen-Orient, ainsi que vers l'Organisation latino-américaine de l'énergie (Olade).

Encore plus édifiant, les documents montrés par Globo comportaient également des conseils sur la manière d'améliorer l'espionnage au Brésil, suggérant même que l'agence canadienne de renseignement travaille avec le groupe TAO, nom de code d'une unité d'espionnage d'élite américaine.

Lutte anti-terroriste contre espionnage industriel

Ces révélations surviennent quelques semaines après que la presse brésilienne a publié des documents des services secrets américains. Cette fois-ci, ce sont les communications de la présidente brésilienne Dilma Rousseff qui ont été espionnées ainsi que celles de ses collaborateurs proches et de millions de Brésiliens.

Également dans le viseur des espions américains : de nombreuses entreprises telles que Petrobras, qui semble décidemment attirer toutes les convoitises... Depuis cette affaire, les relations entre les deux pays se sont quelque peu dégradées et la présidente brésilienne a même reporté sa visite prévue début octobre à Washington.

Pour se défendre, Washington avait nié les accusations d’espionnage industriel assurant que la surveillance n’avait été exercée que dans le cadre de la lutte contre le terrorisme.

Un argument difficilement utilisable pour Ottawa au vu de la nature de l’espionnage et des “nombreux intérêts que le Canada a au Brésil, en particulier dans le domaine minier”, a souligné à Globo dimanche soir le ministre des Mines et de l'Énergie, Edilson Lobao, qui a qualifié cette affaire de “grave”.

Avec dépêches

Première publication : 07/10/2013

  • INTERNET

    Comment la NSA fait fi de la confidentialité des communications sur le Net

    En savoir plus

  • NATIONS UNIES

    Espionnage : à l’ONU, Dilma Rousseff fustige "l'affront" des États-Unis

    En savoir plus

  • SCANDALE DES ÉCOUTES

    Prism : les chefs d'État brésilien et mexicain espionnés par la NSA

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)