Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

France - migrants illégaux : l'impasse calaisienne

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État Islamique : l'Iran réaffirme son soutien à l'Irak : à quel prix ?

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Entretien exclusif avec José Manuel Barroso, président de la Commission européenne

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Magic in the moonlight" : la magie opère dans le dernier Woody Allen

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Total, premier groupe pétrolier en Afrique, a perdu son PDG Christophe de Margerie

En savoir plus

FACE À FACE

Martine Aubry, la gauche et ses frondeurs

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Ces étrangers qui partent combattre avec les Kurdes en Irak et en Syrie

En savoir plus

DÉBAT

La sentence de Pistorius est-elle "satisfaisante" ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Prisonnier Pistorius"

En savoir plus

FRANCE

Cantonale de Brignoles : l'extrême droite rafle près de 50% des voix, la gauche éliminée

© AFP

Vidéo par France 3

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 07/10/2013

L’extrême droite a obtenu 49,5 % des voix, divisées entre le FN et un frontiste dissident, lors du premier tour de la cantonale partielle de Brignoles, dimanche dans le Var. La gauche, éliminée dès le premier tour, appelle à faire barrage au FN.

L’extrême droite obtenant près de la moitié des votes, la gauche éliminée au premier tour sur fond d’abstention record. Le cauchemar de nombreux caciques du Parti socialiste – et de la droite républicaine - est devenu réalité à Brignoles, dans le Var, lors de l'élection cantonale partielle du dimanche 6 octobre.

Le candidat FN Laurent Lopez s’est imposé avec 40,4% des voix, loin devant la candidate UMP Catherine Delzers (20,8%) et le candidat communiste, soutenu par le Parti socialiste, Laurent Carratala (14,6%). Si l’on ajoute le score du FN à celui du frontiste dissident Jean-Paul Dispard, arrivé quatrième avec 9,1% des voix, l’extrême droite obtient donc 49,5% des voix dans ce canton pourtant emporté par la gauche en 2012.

Un résultat qui sonne comme un coup de semonce pour le PS et l’UMP à 150 jours des élections municipales. Le Front national, qui s’efforce de se débarrasser de son étiquette d’extrême droite, s’est aussitôt réjoui de ce résultat dans un communiqué soulignant "sa capacité à rassembler nos compatriotes autour de son candidat, tandis que les partis du système sont littéralement boudés et défiés". Le PS et le Parti communiste ont quant à eux appelé à faire "à faire barrage au FN".

Avec dépêches

Première publication : 07/10/2013

  • FRANCE

    Université d’été : le Front national se prépare à peser aux municipales

    En savoir plus

  • FRANCE

    Municipales 2014 : François Fillon rouvre le débat à droite sur le Front national

    En savoir plus

  • EXTRÊME DROITE

    Manuel Valls annonce la dissolution de l'Oeuvre française et des Jeunesses nationalistes

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)