Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Teddy Riner : "Je suis allé chercher ma deuxième médaille d’or avec les tripes"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Rio c'est parti, Lille c'est fini !

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Mort d'Adama Traore : la troisième autopsie n'aura pas lieu

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Burkini : le Conseil d'état tranche, le débat politique continue

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

L'offensive turque en Syrie - Arrêté anti-burkini suspendu

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Les secrets de l'Hôtel des Invalides

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Fiscalité, épargne, travail : les promesses économiques du candidat Sarkozy

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Le patriotisme économique prôné par Montebourg peut-il fonctionner ?

En savoir plus

FOCUS

Présidentielle au Gabon : bataille électorale à Port-Gentil

En savoir plus

FRANCE

Cantonale de Brignoles : l'extrême droite rafle près de 50% des voix, la gauche éliminée

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 07/10/2013

L’extrême droite a obtenu 49,5 % des voix, divisées entre le FN et un frontiste dissident, lors du premier tour de la cantonale partielle de Brignoles, dimanche dans le Var. La gauche, éliminée dès le premier tour, appelle à faire barrage au FN.

L’extrême droite obtenant près de la moitié des votes, la gauche éliminée au premier tour sur fond d’abstention record. Le cauchemar de nombreux caciques du Parti socialiste – et de la droite républicaine - est devenu réalité à Brignoles, dans le Var, lors de l'élection cantonale partielle du dimanche 6 octobre.

Le candidat FN Laurent Lopez s’est imposé avec 40,4% des voix, loin devant la candidate UMP Catherine Delzers (20,8%) et le candidat communiste, soutenu par le Parti socialiste, Laurent Carratala (14,6%). Si l’on ajoute le score du FN à celui du frontiste dissident Jean-Paul Dispard, arrivé quatrième avec 9,1% des voix, l’extrême droite obtient donc 49,5% des voix dans ce canton pourtant emporté par la gauche en 2012.

Un résultat qui sonne comme un coup de semonce pour le PS et l’UMP à 150 jours des élections municipales. Le Front national, qui s’efforce de se débarrasser de son étiquette d’extrême droite, s’est aussitôt réjoui de ce résultat dans un communiqué soulignant "sa capacité à rassembler nos compatriotes autour de son candidat, tandis que les partis du système sont littéralement boudés et défiés". Le PS et le Parti communiste ont quant à eux appelé à faire "à faire barrage au FN".

Avec dépêches

Première publication : 07/10/2013

  • FRANCE

    Université d’été : le Front national se prépare à peser aux municipales

    En savoir plus

  • FRANCE

    Municipales 2014 : François Fillon rouvre le débat à droite sur le Front national

    En savoir plus

  • EXTRÊME DROITE

    Manuel Valls annonce la dissolution de l'Oeuvre française et des Jeunesses nationalistes

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)