Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DANS LA PRESSE

"En Tunisie, l'égalité entre hommes et femmes dans l'héritage ne fait pas l'unanimité"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Il faut empêcher Assad de se refaire une virginité sur la scène internationale"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Slimane Dazi : le livre "Indigène de la nation" est un acte politique

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le Brésil sous le choc après la mort d'une femme battue

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Emmanuel Ramazani Shadary, le dauphin qui ne fait pas l'unanimité

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le Sénat argentin rejette la légalisation de l'avortement

En savoir plus

LE DÉBAT

Proche-Orient : un nouvel affrontement est-il imminent entre Israël et le Hamas ?

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Cannabis : le casse-tête de la légalisation

En savoir plus

LE DÉBAT

Présidentielle en République démocratique du Congo : Kabila se retire

En savoir plus

EUROPE

Les JO de Sotchi 2014 seront sous espionnage numérique intensif

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 24/02/2015

Les services de renseignement russes ont imposé la mise en place d’un système d’interception des communications téléphoniques et électroniques dans la région de Sotchi, où auront lieu les Jeux olympiques d’hiver de 2014, selon "The Guardian".

Un programme Prism sous stéroïde pour les Jeux olympiques de Sotchi. C’est ainsi que le quotidien britannique "The Guardian" qualifie le système de surveillance des communications mis en place par les autorités russes dans la station balnéaire de la mer Noire où auront lieu les JO d’hiver de 2014, dans un article publié dimanche 6 octobre.

Selon des documents obtenus par des journalistes russes, l’Agence de renseignement fédérale russe (FSB) a obtenu l’installation d’équipements à Sotchi facilitant l’interception des communications téléphoniques et des données Internet transitant par les réseaux locaux.

Les militants des droits homosexuels sous surveillance

En examinant les appels d’offres aux entreprises de télécommunications russes, les journalistes Andrei Soldatov et Irina Borogan ont découvert que "des changements essentiels avaient été apportés aux réseaux de téléphonie et de wifi" afin de permettre le filtrage de toute communication par le programme Sorm. Ce dernier permettrait aux grandes oreilles de Moscou de filtrer le trafic par mots-clés dans tous les emails, messageries instantanées et autres données échangées sur les réseaux sociaux transitant par l’infrastructure russe.

Le quotidien britannique suggère que cette amélioration des systèmes d’interception ne serait pas motivée uniquement par le risque terroriste. Rappelant les polémiques autour de la récente loi interdisant la "propagande homosexuelle", "The Guardian" estime que les autorités seront tentées d’utiliser ce programme d’espionnage afin de tuer dans l’œuf toute velléité d’organiser des manifestations en faveur des droits pour les gays.

Première publication : 07/10/2013

  • RUSSIE

    Trente militants de Greenpeace inculpés de "piraterie" par la justice russe

    En savoir plus

  • DROITS DE L'HOMME

    Amnesty veut perturber le relais de la flamme olympique en Russie

    En savoir plus

  • MONDIAUX D'ATHLÉTISME

    À Moscou, une athlète suédoise contrainte de dissimuler son soutien à la cause gay

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)