Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 25 juillet (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 25 juillet (Partie 1)

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Vol AH 5017 : l'équipage aurait changé de direction à cause de la météo

En savoir plus

TECH 24

Objets : tous connectés !

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Centenaire de la Grande Guerre : retour sur la bataille de Verdun

En savoir plus

FOCUS

Ces réfugiés syriens dont de nombreux Turcs ne veulent plus

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Paris fête l'été !

En savoir plus

REPORTERS

L’essor du tourisme "100 % halal"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Crash du vol AH5017 : "Série Noire"

En savoir plus

  • Vol d'Air Algérie : la seconde boîte noire a été retrouvée

    En savoir plus

  • Les enfants migrants ne pourront pas rester aux États-Unis, prévient Obama

    En savoir plus

  • Manifestation pro-Gaza interdite : l'appel au calme de Manuel Valls

    En savoir plus

  • Exposition sur la Grande Guerre à Paris : les derniers poilus vous saluent

    En savoir plus

  • Didier Drogba officialise son retour à Chelsea

    En savoir plus

  • Trêve de douze heures à Gaza, les négociations se poursuivent à Paris

    En savoir plus

  • La manifestation pro-palestinienne prévue samedi à Paris interdite

    En savoir plus

  • En images : la zone du crash du vol AH5017 au Mali

    En savoir plus

  • Tour de France : le Chinois Cheng Ji, lanterne rouge et fier de l'être

    En savoir plus

  • Un soldat libanais rejoint le Front Al-Nosra

    En savoir plus

  • Crash du vol AH5017 : "J'ai perdu mon jeune frère et toute sa famille"

    En savoir plus

  • Tour de France : Navardauskas décroche une première victoire pour la Lituanie

    En savoir plus

  • Cinq Palestiniens tués lors du "Jour de colère" en Cisjordanie

    En savoir plus

  • Tour de France : "Jicé" Péraud, routard sur le tard, à la conquête des cols

    En savoir plus

  • En Ukraine, le conflit militaire se double d'une crise politique

    En savoir plus

  • En images : les damnés de Gaza

    En savoir plus

  • BNP Paribas écope de 60 millions d'euros d'amende aux États-Unis

    En savoir plus

  • Washington accable la Russie, l’UE renforce ses sanctions contre Moscou

    En savoir plus

  • L’essor du tourisme "100 % halal"

    En savoir plus

EUROPE

Naufrage à Lampedusa : 83 nouveaux corps repêchés

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 07/10/2013

Depuis dimanche, les sauveteurs ont repêché 83 nouveaux corps de migrants morts après le naufrage survenu près de Lampedusa. Cécile Kyenge, la ministre de l'Intégration, dénonce l'"absurdité" des lois italiennes en matière d'immigration.

Les plongeurs ont remonté dimanche 6 octobre 83 nouveaux corps de migrants morts jeudi dernier dans un naufrage survenu près de l'île de Lampedusa, ce qui porte à 194 le bilan officiel provisoire d'un drame dont les autorités redoutent qu'il ait fait entre 300 et 360 morts.

Seuls 155 des 480 à 520 Érythréens et Somaliens entassés sur un bateau de pêche parti clandestinement de Misrata, en Libye, ont pu être sauvés. Les survivants sont tous érythréens sauf le pilote du navire, un Tunisien âgé de 35 ans qui a été arrêté.

Les plongeurs ont décrit des scènes de cauchemar au fond de l'eau: des corps pris au piège dans l'épave, serrés les uns contre les autres, ou éparpillés sur le fond sablonneux.

L'"absurdité" des lois  sur l’immigration

Devant l'ampleur du drame, les appels à une modification des politiques européennes en matière d'immigration se multiplient. Cécile Kyenge, ministre italienne de l'Intégration, originaire de la République démocratique du Congo (RDC), a assisté dimanche à l'arrivée des corps dans le petit port. Elle a appelé à ce qu'il n'y ait "plus jamais de telles tragédies". Des politiques de "prévention" sont nécessaires, a-t-elle dit.

Dans une interview au "Corriere della Sera" où elle a annoncé un triplement (de 8 000 à 24 000) des places pour l'accueil des immigrés, elle a prôné des politiques d'immigration moins "punitives" en Italie et dans l'Union européenne. Car, selon elle, les "flux migratoires ont changé": il s'agit davantage de réfugiés de guerre que de migrants économiques. La ministre a dénoncé "l'absurdité" d'une loi italienne qui considère comme des "suspects" d'immigration clandestine des gens qui fuient des conflits. Elle a, par ailleurs, annoncé des discussions au niveau interministériel sur cette question. Mais le dossier ne fait pas consensus dans le gouvernement gauche-droite d'Enrico Letta.

"L'Italie ne peut pas [...] tout assumer sur ses épaules"

L'Italie, qui fait face à un nouvel afflux exceptionnel de migrants (30 000 depuis le début de l'année, quatre fois plus qu'en 2012), a obtenu que la question de l'immigration figure à l'ordre du jour d'une réunion ministérielle européenne à Luxembourg mardi.

Enrico Letta, qui a annoncé la visite mercredi sur l'île du président de la Commission européenne José Manuel Barroso, a insisté sur l'actuelle porosité des frontières libyennes. "Notre problème s'appelle Libye. Tout a changé en deux ans, nous irons là-bas pour faire adopter des règles plus strictes", a déclaré le chef du gouvernement italien à la chaîne de télévision Sky TG24.

Rome souhaite aussi que la question soit discutée lors du prochain sommet européen, les 24 et 25 octobre à Bruxelles. L'UE doit aider davantage l'Italie, qui "ne peut pas être le premier pays [d'entrée des migrants africains] et tout assumer sur ses épaules", a estimé le président du conseil italien.

Selon le chef de la diplomatie française Laurent Fabius, Paris proposera probablement de mettre la question à l'ordre du jour du sommet européen.

Avec dépêches

Première publication : 07/10/2013

  • ITALIE

    Lampedusa : après la tragédie, la polémique sur les secours

    En savoir plus

  • ITALIE

    Lampedusa : les recherches suspendues en raison du mauvais temps

    En savoir plus

  • UNION EUROPÉENNE

    Naufrage à Lampedusa : la politique migratoire de l'UE pointée du doigt

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)