Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Hollande face à la presse : le chef de l'État a tenu sa conférence semestrielle

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

La stratégie des États-Unis face à l'organisation de l'EI

En savoir plus

FOCUS

Thaïlande : le business lucratif des mères porteuses

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Niki de Saint-Phalle, une "nana" militante et engagée

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Les incertitudes économiques d'une Écosse indépendante

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"DDay"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Kilt ou double"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : une volontaire française de MSF contaminée

En savoir plus

SUR LE NET

Iran : les jeunes internautes contournent la censure

En savoir plus

  • En direct : le "non" à l'indépendance de l'Écosse remporte 55,3 % des voix

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse: les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • À Washington, Petro Porochenko réclame et obtient plus de soutien des États-Unis

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

  • Frappes en Irak, croissance, Europe : les principales annonces de Hollande

    En savoir plus

  • Cinq casques bleus tchadiens tués dans le nord du Mali

    En savoir plus

  • Thaïlande : le business lucratif des mères porteuses

    En savoir plus

  • L'Australie, une cible de choix pour l'organisation de l'EI ?

    En savoir plus

  • Yacine Brahimi, la pépite algérienne révélée par Porto

    En savoir plus

  • Belgique : l'euthanasie d'un violeur inquiète les partisans de la mort assistée

    En savoir plus

  • Livraison d'armes aux rebelles syriens : le Congrès américain doit se prononcer

    En savoir plus

  • Vladimir Evtouchenkov, le nouvel oligarque dans le viseur du Kremlin

    En savoir plus

  • Parcours sans-faute des Bleues vers le Mondial-2015

    En savoir plus

  • Une star de la Silicon Valley rachète le château de Pommard

    En savoir plus

Afrique

Deuxième attaque des islamistes en dix jours dans le nord du Mali

© AFP

Vidéo par Serge Daniel

Texte par Dépêche

Dernière modification : 07/10/2013

Moins de dix jours après un attentat-suicide meurtrier perpétré par les islamistes à Tombouctou, une attaque à l'arme lourde s'est produite à Gao, l’autre grande ville du nord du Mali. Au moins un militaire a été blessé.

Les islamistes ont tiré lundi à l'arme lourde sur Gao, principale ville du nord du Mali, neuf jours après un attentat suicide dans l'autre grande localité de la région, Tombouctou, signe de la présence persistante de poches islamistes armées actives au Mali.

"Les islamistes ont lancé de loin des obus sur la ville de Gao. Pour le moment, je ne peux pas dire s'il y a des victimes ou pas", a déclaré à l'AFP un responsable de l'état-major de l'armée malienne à Gao sous couvert d'anonymat.

Cette information a été confirmée par des témoins et par le service de communication de l'opération militaire française Serval au Mali.

"Des troupes ont été tout de suite dépêchées vers l'endroit d'où venaient les tirs d'obus", a ajouté la source militaire malienne.

Un membre du service de communication de Serval à Bamako a déclaré à l'AFP: "Je confirme qu'il y a eu effectivement cinq explosions ce lundi à proximité de Gao. On ne sait pas encore s'il s'agit de tirs d'obus ou de roquettes. On cherche".

"Deux maisons ont été touchées en ville. Côté bilan, pour le moment, on sait qu'un militaire malien a été blessé. Nous avons dépêché sur place des hommes aux côtés des troupes maliennes", a-t-il précisé.

Selon deux habitants de la ville interrogés par l'AFP depuis Bamako, ces tirs d'obus venaient de la sortie nord de Gao, qui mène vers la localité de Bourem.

"J'ai entendu les tirs d'armes lourdes vers la sortie de Bourem. J'ai vu un militaire malien couché par terre. Je ne sais pas s'il est mort ou blessé, mais il a été touché", a déclaré Maha Touré, infirmier dont le domicile jouxte la mosquée de Gao située dans le nord de la ville.

Un autre habitant, qui circulait en moto dans le même secteur, a affirmé avoir vu des soldats maliens et français se diriger vers l'endroit d'où venaient les tirs d'obus. Les Français se déplaçaient à bord d'un véhicule blindé "lourd", selon lui.

Pas de répit pour les soldats français

Ces tirs sur Gao se produisent neuf jours après une attaque suicide à Tombouctou, l'autre grande ville du nord du Mali, qui a fait au moins deux morts parmi des civils, blessé sept soldats maliens et tué les quatre auteurs de l'attaque, selon le gouvernent malien.

Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) avait revendiqué cette attaque et affirmé que 16 soldats maliens ont été tués.

Ces actions des islamistes armés sont la preuve qu'une partie d'entre eux restent actifs dans le nord du Mali en dépit de l'intervention militaire franco-africaine initiée par la France en janvier pour les chasser de cette région qu'ils ont occupée pendant dix mois en y commettant de nombreuses exactions au nom de la charia (loi islamique).

L'armée française, qui au plus fort de son intervention a envoyé plus de 4.000 hommes au Mali, y reste présente à hauteur d'environ 3.000 soldats, avec pour objectif de les réduire à un millier d'ici à la fin de l'année.

Ils interviennent aux côtés de l'armée malienne en pleine recomposition après sa débâcle dans le Nord face aux groupes islamistes liés à Al-Qaïda et aux rebelles touareg, ainsi qu'en soutien à la force de l'ONU (Minusma), actuellement composée de quelque 6.000 hommes.

AFP

Première publication : 07/10/2013

  • MALI

    La stratégie d'Aqmi au Mali dévoilée dans un document retrouvé à Tombouctou

    En savoir plus

  • MALI

    Nouveaux incidents à Kidal, le président IBK écourte sa visite en France

    En savoir plus

  • MALI

    Hollande en visite au Mali : "Nous avons gagné cette guerre"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)