Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Tidjane Thiam, PDG de Prudential

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : accord signé pour la fin des hostilités

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Bartabas, le seigneur des chevaux

En savoir plus

FOCUS

Crimée : un été pas comme les autres

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Gwendal Rouillard, Secrétaire de la commission de la Défense et des forces armées

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Bolivie : au travail dès l'âge de 10 ans

En savoir plus

DÉBAT

Manifestation en soutien à Gaza : un rassemblement test pour le gouvernement

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Andy Serkis : l'homme à l'origine du singe

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Empathie et sympathie"

En savoir plus

  • Ce que l'on sait sur la disparition du vol AH5017 d’Air Algérie

    En savoir plus

  • Vol AH5017 : l'hypothèse d'un tir de missile sol-air "quasiment impossible"

    En savoir plus

  • Gaza : 15 Palestiniens tués dans une école de l'ONU

    En savoir plus

  • Washington accable la Russie, l’UE renforce ses sanctions contre Moscou

    En savoir plus

  • Tour de France : le Chinois Cheng Ji, lanterne rouge et fier de l'être

    En savoir plus

  • Vol AH5017 d'Air Algérie : Paris n'exclut "aucune hypothèse"

    En savoir plus

  • Gaza : Israël et le Hamas loin d’être prêts à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Le Kurde Fouad Massoum élu président de l'Irak

    En savoir plus

  • En images : à Alep, les cratères d'obus deviennent des piscines pour enfants

    En savoir plus

  • La Soudanaise condamnée à mort pour apostasie est arrivée en Italie

    En savoir plus

  • France : UBS mise en examen pour blanchiment de fraude fiscale

    En savoir plus

  • Un match entre Lille et le Maccabi Haifa interrompu par des pro-palestiniens

    En savoir plus

  • Arizona : condamné à mort, il agonise deux heures sur la table d'exécution

    En savoir plus

  • Levée de la suspension des vols américains et européenns vers Tel-Aviv

    En savoir plus

  • Tour de France : ces forçats qui ont forgé la réputation du Tourmalet

    En savoir plus

  • Sénégal : risque de famine en Casamance

    En savoir plus

  • L'ONU ouvre une enquête sur l'offensive israélienne à Gaza

    En savoir plus

FRANCE

Affaire Bettencourt : Sarkozy libéré de son principal boulet judiciaire

© AFP

Vidéo par France 2

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 07/10/2013

Les juges en charge de l’affaire Bettencourt ont conclu, lundi, que les éléments de preuves retenus contre Nicolas Sarkozy dans l’affaire Bettencourt étaient trop ténus pour renvoyer l’ex-président devant une juridiction pour "abus de faiblesse".

Nicolas Sarkozy peut respirer de nouveau. Après plusieurs mois de procédure dans l’affaire Bettencourt, marquées par des accusations "d’abus de faiblesse", l’ancien chef de l’État a finalement obtenu un non-lieu, lundi 7 octobre, selon les informations du journal "Sud-Ouest". Les deux juges d’instruction du dossier, Jean-Michel Gentil et Valérie Noël, ont estimé que les éléments de preuves étaient trop ténus pour renvoyer Nicolas Sarkozy sur les bancs du tribunal correctionnel de Bordeaux.

"En décidant d’un non-lieu, la justice vient de me déclarer innocent dans le dossier Bettencourt, a écrit l'intéressé sur sa page Facebook en soirée lundi. Deux ans et demi d’enquête. Trois juges. Des dizaines de policiers. 22 heures d’interrogatoires et de confrontations. Quatre perquisitions. Des centaines d’articles mettant en cause ma probité durant la campagne présidentielle. C’était donc le prix à payer pour que la vérité soit enfin établie."

"On ne gagne jamais à calomnier"

Et l'ancien président de la République d'ajouter : "Aux responsables politiques qui durant ces longs mois ont utilisé cette 'affaire' et participé à cultiver le soupçon, je veux rappeler combien la présomption d’innocence est un principe fondamental. On ne gagne jamais à calomnier. On ne fait qu’abaisser la démocratie."

Nicolas Sarkozy était poursuivi pour abus de faiblesse de l'héritière de L'Oréal qui, selon une expertise, est en état de démence sénile depuis 2006. Les juges ont alors cherché à prouver que Nicolas Sarkozy avait profité de cet état pour soutirer de l'argent à Liliane Bettencourt pour sa campagne électorale de 2007.

Karachi, Tapie.... les autres affaires en cours

La chambre de l'instruction de la cour d'appel de Bordeaux avait pourtant validé fin septembre l'instruction menée par les juges bordelais chargés du dossier et notamment l'expertise médicale au cour de l'affaire. Nicolas Sarkozy s'était ensuite pourvu en cassation contre cette décision mais les magistrats instructeurs ont pris leur décision de non-lieu avant l'arrêt de cette juridiction.

À l'exception de l’ancien président et de l'avocat fiscaliste Fabrice Goguel, les dix autres personnes mises en examen dans ce dossier, dont Éric Woerth, François-Marie Banier, Stéphane Courbit et Patrice de Maistre devraient comparaître en revanche dès 2014, poursuit le journal "Sud-Ouest".

La décision de lundi est bienvenue pour Nicolas Sarkozy, pressé de mettre un terme à cette affaire suffisamment longtemps avant la prochaine élection présidentielle, en 2017. Tous les ennuis judiciaires ne sont pas pour autant dissipés pour l'ancien président : son nom reste cité dans plusieurs affaires: Karachi, Tapie, Kadhafi et les sondages de l'Élysée...

Avec dépêches
 

Première publication : 07/10/2013

  • JUSTICE

    Affaire Bettencourt : Nicolas Sarkozy et Eric Woerth se pourvoient en cassation

    En savoir plus

  • JUSTICE

    Affaire Bettencourt : Nicolas Sarkozy reste mis en examen

    En savoir plus

  • MÉDIAS

    Affaire Bettencourt : Mediapart retire les enregistrements, d'autres sites les publient

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)