Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Yémen : couvre-feu à Sanaa, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Nigeria : assaut mortelle de Boko Haram à Mainok, dans le nord du pays

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France battue par le Brésil en demi-finales

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : la PAF interpelle deux adolescentes à Marseille

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison Blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

Amériques

Obama : "la réputation des États-Unis souffre du 'shutdown'"

© Capture d'écran | Barack Obama le 8 octobre 2013

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 08/10/2013

Le président américain a de nouveau appelé ses adversaires républicains à voter un budget ainsi qu'un relèvement du plafond de la dette, et écarter ainsi la "menace" que l'actuel impasse budgétaire fait peser sur l'économie du pays.

Au huitème jour de l’impasse budgétaire américaine, Barack Obama a convoqué la presse à la Maison Blanche afin de mettre une pression supplémentaire aux républicains. Le président américain a prévenu que l'image et la réputation des États-Unis souffraient du blocage entre parlementaires républicains et démocrates sur le budget 2014 à l'origine du "shutdown" affectant l'administration fédérale. "À chaque fois que nous faisons ces choses, notre réputation dans le monde en pâtit. Nous avons l'air de ne pas savoir où nous allons", a estimé le dirigeant, précisant que cette situation l’avait contraint à renoncer à une tournée en Asie cette semaine.

Les dirigeants étrangers "ne font pas seulement attention à ce que je dis, lance le président. Ils font aussi attention à ce que fait le Congrès. Et en fin de compte, ça dépendra du président de la Chambre, John Boehner", a expliqué Barack Obama qui demande à ses adversaire d’arrêter leurs “menaces” pour que le dialogue puisse reprendre et que le vote ait lieu.

Car, selon lui, les républicains utilisent cette situation de paralysie budgétaire pour obtenir des victoires politiques au chantage.

 

Le chef de l’État américain a toutefois cherché à rassurer les créanciers étrangers de son pays, en affirmant que les États-Unis "ont toujours payé leurs factures et le feront à nouveau."

Mais en plus de la paralysie partielle de l'État fédéral, s'ajoute le risque que les États-Unis ne parviennent pas à relever le plafond légal de leur dette. Il appelle donc John Boehner à autoriser un relèvement afin de prouver aux partenaires internationaux que la qualité du crédit des États-Unis est toujours bonne. Une demande qui intervient peu après l’avertissement lancé ce mardi par Olivier Blanchard, chef économiste au Fonds monétaire international (FMI), selon qui un défaut de la dette américaine pourrait avoir des conséquences dramatiques.

Au-delà du 17 octobre, et faute d'un relèvement de ce plafond (actuellement à 16 700 milliards de dollars) par le Congrès, la première économie mondiale ne pourra plus emprunter sur les marchés obligataires ni rembourser certains créanciers.

Avec dépêches

Première publication : 08/10/2013

  • SHUTDOWN

    La Chine et le Japon appellent Washington à sortir de la paralysie budgétaire

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    Bloqué par la crise budgétaire, Obama annule sa tournée en Asie

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Impasse budgétaire : Obama se dit "exaspéré" par le camp républicain

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)