Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : le Nigeria n'est plus touché par l'épidémie

En savoir plus

FOCUS

Londres, capitale des ultra-riches

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

France - Allemagne : vers un accord sur l'investissement

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Le groupe Total frappé au coeur par le décès de son PDG

En savoir plus

SUR LE NET

États-Unis : des costumes "Ebola" pour Halloween critiqués en ligne

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Ce que veut la Turquie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les yeux doux d'Angela Merkel"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ebola : Jim Yong Kim, président de la Banque mondiale, appelle à la mobilisation

En savoir plus

DÉBAT

La capitale française fait-elle le pari des arts ?

En savoir plus

Asie - pacifique

La Birmanie libère 56 prisonniers politiques

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 08/10/2013

Suite à une amnistie présidentielle, le gouvernement birman a libéré mardi 56 prisonniers politiques. Depuis le dissolution de la junte en mars 2011, le régime a libéré en plusieurs vagues des centaines d'opposants, moines, journalistes et avocats.

Les autorités birmanes ont libéré mardi 8 octobre 56 prisonniers politiques, à la suite d'une amnistie présidentielle, a-t-on appris auprès de sources gouvernementales et militantes. La plupart des détenus concernés par l'amnistie de mardi sont des membres de groupes rebelles de la minorité kachin et de la minorité shan.

L'annonce de ces nouvelles libérations intervient au moment où le président birman Thein Sein a quitté la Birmanie pour assister à Brunei à un sommet de l'Association des nations d'Asie du sud-est (Asean). C'est à l'occasion de sa première visite à Londres en juillet que le président birman avait promis la libération de tous les prisonniers de conscience d'ici à la fin de l'année.

Gagner les faveurs des capitales étrangères

Depuis la dissolution de la junte en mars 2011, le régime a libéré en plusieurs vagues des centaines d'opposants, moines, journalistes et avocats. Mais il a également été accusé par les défenseurs des droits de l'Homme d'utiliser ces amnisties au compte-gouttes pour gagner les faveurs des capitales étrangères au moment d'échéances diplomatiques importantes.

Les estimations du nombre de prisonniers de conscience restant encore derrière les barreaux avant cette nouvelle vague différaient selon les sources, de 140 selon la Ligue nationale pour la démocratie de l'opposante Aung San Suu Kyi à environ 200 selon d'autres militants.

Avec dépêches

Première publication : 08/10/2013

  • BIRMANIE

    La Birmanie libère quelque 70 prisonniers politiques

    En savoir plus

  • BIRMANIE

    "Ce n'est pas parce qu'Aung San Suu Kyi est libérée que la démocratie est installée"

    En savoir plus

  • BIRMANIE

    La Birmanie coupable de "nettoyage ethnique" selon HRW

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)