Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Hong Kong se révolte : le pouvoir de Pékin face au défi démocratique

En savoir plus

FOCUS

Irak : quand la téléréalité confronte des jihadistes de l’EI à leurs victimes

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Début des audiences de Charles Blé Goudé devant la CPI

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jacques Weber, un colosse du théâtre français

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Papa Wemba, invité du Journal de l'Afrique !

En savoir plus

REPORTERS

Vidéo : elle filme au péril de sa vie à Raqqa, fief de l'EI en Syrie

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Les sports oubliés dans le vent

En savoir plus

SUR LE NET

Instagram bloqué en Chine

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Diane von Furstenberg : "J'ai vécu l'American dream"

En savoir plus

  • En direct : suivez le match PSG - FC Barcelone

    En savoir plus

  • Des ravisseurs d'Hervé Gourdel, décapité en Algérie, ont été identifiés

    En savoir plus

  • Londres a mené ses premières frappes aériennes contre l’EI en Irak

    En savoir plus

  • Manifestations à Hong Kong : Pékin prive les Chinois d’informations sur Internet

    En savoir plus

  • Ebola : l'expérience "désespérée" d'un médecin libérien

    En savoir plus

  • Barack Obama salue un accord de sécurité "historique" avec Kaboul

    En savoir plus

  • Terrorisme : pour Marine Le Pen, les Français musulmans sont "pris au piège"

    En savoir plus

  • Ello, le réseau social qui se la joue anti-Facebook

    En savoir plus

  • Fonds "vautours" : l’Argentine défie les États-Unis sur sa dette

    En savoir plus

  • Quinze ans de prison requis contre le leader de Sharia4Belgium

    En savoir plus

  • Hong Kong toujours bloquée, l'exécutif demande la fin des manifestations

    En savoir plus

  • Irak : quand la téléréalité confronte des jihadistes de l’EI à leurs victimes

    En savoir plus

  • À Montpellier, des pluies diluviennes créent la pagaille

    En savoir plus

  • Mafalda, une héroïne éprise de paix et de justice

    En savoir plus

  • Vidéo : les Kurdes de Turquie tentent de rallier Kobani, assiégée par l’EI

    En savoir plus

Culture

Vidéo : Patrice Chéreau au cinéma, de "La chair de l'orchidée" à "Persécution"

© Archives - AFP | Patrice Chéreau au Festival de Cannes en mai 2003

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 08/10/2013

Immense homme de théâtre, le Français Patrice Chéreau, décédé lundi, était aussi un réalisateur accompli. De "La chair de l'orchidée" en 1974 à "Persécution" en 2009, il n'a cessé de bousculer les spectateurs avec des œuvres tragiques.

Décédé à Paris lundi 7 octobre, à l’âge de 68 ans, Patrice Chéreau est reconnu mondialement pour son travail de metteur en scène. Mais l’homme de théâtre était aussi un cinéaste talentueux. Au cours de sa carrière, ce fils d’artistes peintres a réalisé dix films qui, chacun à leur manière, ont marqué le cinéma français avec des thèmes dramatiques et particulièrement sombres.

En 1974, à l’âge de 31 ans, Patrice Chéreau passe pour la première fois derrière la caméra avec une transposition de "La Chair de l'Orchidée" de James Hadley Chase. Il met ensuite en scène Simone Signoret en 1978 dans "Judith Therpauve", l’histoire d’une veuve d’un grand résistant qui accepte de sauver un journal à la dérive après la guerre. Mais il faudra attendre 1984 avec "L’homme blessé" pour que le cinéaste rencontre son premier succès critique. Présenté au Festival de Cannes, ce film, avec Jean-Hugues Anglade, dresse une peinture sombre de l’homosexualité.

Quatre ans plus tard, il revient sur la Croisette avec "Hôtel de France", une transposition du "Platonov "de Tchekhov dans une époque moderne. Ce long-métrage révèle une nouvelle génération de comédiens dont Valeria Bruni-Tedeschi, Agnès Jaoui ou encore Vincent Pérez. C’est finalement en 1994 que Patrice Chéreau réalise son œuvre la plus marquante, "La Reine Margot". Dans cette fresque sanglante et tragique, il revient sur le massacre de la Saint-Barthélemy. Le film récolte une moisson de prix avec deux récompenses à Cannes (Prix du Jury et prix d’interprétation féminine), ainsi que cinq César, dont celui de la meilleure actrice pour Isabelle Adjani.

En 1998, le réalisateur connaît de nouveau le succès avec "Ceux qui m’aiment prendront le train", un regard intimiste sur la mort et une famille en crise, servi par un casting talentueux mené par Jean-Louis Trintignant, Charles Berling ou encore Dominique Blanc.

"Intimité", une passion amoureuse filmée à Londres, et interprétée en anglais, lui permet de remporter, à Berlin, l’Ours d’Or du meilleur réalisateur en 2001. Toujours au cœur d’histoires tourmentées, il filme ensuite avec "Son Frère" (2003) l’agonie d’un jeune homme atteint d’une maladie incurable.

La souffrance est également présente dans "Gabrielle" (2005), une adaptation de Joseph Conrad sur la désagrégation d'un couple de la bourgeoisie parisienne, incarné par Pascal Greggory et Isabelle Huppert. Avec "Persécution", en 2009, Patrice Chéreau signe son dernier film. Dans ce thriller psychologique, Romain Duris et Charlotte Gainsbourg vivent une passion malheureuse et paranoïaque. Sans limite, le cinéaste n’aura cependant pas réussi à réaliser une œuvre qui lui tenait à cœur, dans laquelle Al Pacino était censé incarné Napoléon, l’empereur français exilé à Sainte-Hélène.

Première publication : 08/10/2013

  • CULTURE

    Le metteur en scène Patrice Chéreau est mort à l'âge de 68 ans

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)