Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Un projet d'attentat jihadiste déjoué contre la Commission européenne à Bruxelles

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Yémen : couvre-feu à Sanaa, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Nigeria : assaut mortelle de Boko Haram à Mainok, dans le nord du pays

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France battue par le Brésil en demi-finales

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : la PAF interpelle deux adolescentes à Marseille

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison Blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

Afrique

Mali : les islamistes du Mujao dynamitent un pont au sud de Gao

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 08/10/2013

Au lendemain d'une attaque perpétrée à l'arme lourde par des islamistes à Gao, un pont a été dynamité mardi dans la localité de Bentia, non loin de la frontière avec le Niger. Le Mujao a revendiqué l'attentat.

Des islamistes du Mouvement pour l'unicité et le djihad en Afrique de l'Ouest (Mujao) ont dynamité mardi 8 octobre un pont dans une localité du nord du Mali située au sud de Gao, près de la frontière avec le Niger, a appris l'AFP de sources civile et policière.

"Au nom de tous les moujahidine, nous revendiquons les attaques contre les mécréants à Gao, et l'attaque contre le pont qui doit servir à transporter en terre d'islam les ennemis de l'islam", a déclaré dans un message à l'AFP Abou Walid Sahraoui, porte-parole du Mujao.

"Notre ennemi est la France"

"Les attaques contre les ennemis de l'islam vont continuer", a-t-il ajouté. "Nous n'avons rien contre les civils. Notre ennemi est la France qui travaille avec l'armée du Mali, du Niger, du Sénégal, de la Guinée, du Togo, contre les musulmans".

"Tôt ce matin, trois islamistes ont débarqué à moto, dans une petite localité malienne située à la frontière nigérienne, dans laquelle se trouvent deux petits ponts, un ancien et un nouveau, qui permettent de traverser le fleuve Niger", précise Serge Daniel, le correspondant de FRANCE 24 à Bamako. "L’intention des islamistes étaient de dynamiter les deux ponts. Deux déflagrations ont été entendues mais un seul pont a été détruit", explique le journaliste.

Lundi, des islamistes avaient déjà tiré à l'arme lourde sur Gao, principale ville du nord du Mali, soit neuf jours après un attentat-suicide dans l'autre grande localité de la région, Tombouctou, signe de la présence persistante de poches islamistes armées actives au Mali.

Des islamistes toujours actifs

Ces actions des islamistes armés sont la preuve qu'une partie d'entre eux restent actifs dans le nord du Mali, en dépit de l'intervention militaire franco-africaine initiée par la France en janvier pour les chasser de cette région qu'ils ont occupée pendant dix mois en y commettant de nombreuses exactions au nom de la charia (loi islamique).

L'armée française, qui au plus fort de son intervention a envoyé plus de 4 000 hommes au Mali, y reste présente à hauteur d'environ 3 000 soldats, avec pour objectif de les réduire à un millier d'ici à la fin de l'année. Ils interviennent aux côtés de l'armée malienne en pleine recomposition après sa débâcle dans le Nord face aux groupes islamistes liés à Al-Qaïda et aux rebelles touareg, ainsi qu'en soutien à la force de l'ONU (Minusma), actuellement composée de quelque 6 000 hommes.

"La stratégie des islamistes est claire : face à l’implacable dispositif militaire français et africain, il faut faire de la guérilla, commettre des attentats, et on le voit, ils ont encore des armes", conclut Serge Daniel.

Avec dépêches

Première publication : 08/10/2013

  • TERRORISME

    Deuxième attaque des islamistes en dix jours dans le nord du Mali

    En savoir plus

  • MALI

    La stratégie d'Aqmi au Mali dévoilée dans un document retrouvé à Tombouctou

    En savoir plus

  • MALI

    Les Touareg du MNLA reprennent les négociations de paix avec Bamako

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)