Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE DÉBAT

Disparition de Shimon Peres : que reste-t-il des accords d'Oslo ? (partie 1)

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Mondial de l'auto : place aux voitures électriques et autonomes

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Alep : bombardements russes, coups de menton américains"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La réconciliation est une œuvre de persévérance"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Côte d'Ivoire : le projet de nouvelle Constitution adopté en Conseil des ministres

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

"Guerre et paix" : l'épitaphe de la Toile pour Shimon Peres

En savoir plus

LE DÉBAT

Disparition de Shimon Peres : que reste-t-il des accords d'Oslo ? (partie 2)

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Colombie : le chef des Farc demande pardon aux victimes du conflit

En savoir plus

L'ENTRETIEN DE L'INTELLIGENCE ECONOMIQUE

Biomimétisme : quand la technologie s'inspire de la nature

En savoir plus

FRANCE

Sans-papiers : le travail à n'importe quel prix

© Capture d'écran / FRANCE 24

Texte par Sonia PATRICELLI

Dernière modification : 08/10/2013

Dans le cadre d’une série de reportages sur l’immigration africaine en France, des journalistes de FRANCE 24 sont allés à la rencontre de personnes travaillant en France avec de faux papiers.

Tous les migrants illégaux que nous avons rencontrés travaillent… légalement ou au noir. Dans ce reportage, nous nous intéressons aux sans-papiers qui ont choisi de travailler avec de faux papiers.

En principe, l’employeur a l’obligation de vérifier leur identité. Mais les sans-papiers travaillent le plus souvent dans des secteurs où le personnel fait défaut : aide à la personne, BTP, hôtellerie.

L’employeur peut être de bonne foi et ne pas savoir qu’il emploie une personne sans papier. Il peut également fermer les yeux.

Il semble aussi que le système encourage le travail avec de faux documents. La circulaire Valls de novembre 2012 demande aux migrants de produire huit fiches de paye sur les deux dernières années pour prétendre à un titre de séjour !

Les migrants se font donc embaucher avec de faux papiers mais ils ont ensuite un vrai contrat de travail, de vraies fiches de salaire et doivent régler des impôts. Ils enfreignent la loi pour se retrouver ensuite dans la légalité.

Rappelons que le trafic ou l’usage de faux papiers en France est puni de cinq ans de prison et 80 000 euros d’amende. Mohamed a décidé de courir le risque, cet Algérien, arrivé avec un visa de tourisme, est proche d’obtenir un titre de séjour…

Autre découverte de ce reportage, nous sommes étonnés par la simplicité avec laquelle nous pouvons nous procurer de faux papiers… pour 200 euros.

Première publication : 08/10/2013

  • REPORTAGE

    Des centaines de sans-papiers sillonnent l’Ile-de-France depuis un mois

    En savoir plus

  • FRANCE - IMMIGRATION

    Sans-papiers : Valls recadre l'attribution des titres de séjour

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)