Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy a "envie" mais surtout "pas le choix" de revenir en politique

    En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • Ligue 1 : au Parc des Princes, Lyon tient tête au Paris-SG

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

SPORT

Cavale de sportifs africains : des Sénégalais et des Congolais privés de sortie

© Pierre René-Worms

Texte par Sylvain MORNET

Dernière modification : 09/10/2013

Les dernières disparitions d'athlètes africains lors des Jeux de la Francophonie à Nice ont fait couler beaucoup d’encre. Trop pour les gouvernements congolais et sénégalais qui ont décidé de prendre des mesures draconiennes.

Après les désertions, les sanctions. La République démocratique du Congo (RDC) et le Sénégal ont décidé de lutter contre la disparition de leurs sportifs lors de compétitions disputées à l’étranger. En effet, lors des derniers Jeux de la Francophonie organisés à Nice le mois dernier, nombre de sportifs et de dirigeants africains avaient profité de l’événement pour disparaître dans la nature. Un phénomène qui, en soit, n’a rien de nouveau, mais qui en revanche n’a pas toujours été suivi de sanctions. Ce temps est désormais révolu pour le Sénégal et la RDC.

JO - 2012

À Nice, 25 membres de la délégation congolaise s'étaient éclipsés. Le ministre des Sports et de la Culture, Banza Mukalay, a donc décidé de sévir envers les fédérations qui n’ont pas su retenir leurs athlètes. Il leur reproche d’avoir non seulement souillé l’image du pays, mais aussi d’avoir porté atteinte à son honneur. Dès lors, les Congolais qui pratiquent l’athlétisme, le basket-ball, le cyclisme, la lutte libre, la lutte traditionnelle et le tennis de table sont interdits de sortie de territoire pour une durée de deux ans !

La Fédération de football (Fécofa) a quant à elle écopé d’une simple mise en garde, malgré la disparition de quatre Léopards juniors lors des Jeux de la Francophonie. Pas de problème en revanche pour les handballeuses congolaises qui devraient être autorisées à participer au Championnat du monde qui aura lieu du 7 au 22 décembre en Serbie.

"Nous ne pouvons plus servir d’agence d’immigration clandestine"

Avant la RDC, le Sénégal avait été le premier pays à réagir à ces désertions d’athlètes. Le ministre des Sports a ainsi interdit à cinq fédérations d’envoyer des athlètes en Europe pendant un an. Les Fédérations de judo, de karaté, de handisport, de lutte et de canoë-kayak sont concernées.

Des sportifs sénégalais privés de compétitions à l'étranger : les explications de notre correspondant à Dakar, Babacar Fall
(02:30)

"Nous ne pouvons plus servir d’agence d’immigration clandestine", affirme sur RFI Souleymane Boune Daouda Diop, directeur de la Haute compétition au ministère des Sports et de la Vie associative. "Nous mettons à disposition de ces athlètes les moyens de défendre les couleurs nationales. À l’arrivée, ils disparaissent dans la nature. D’abord, nous perdons beaucoup d’investissements, ensuite cela dévalorise l’image de marque du pays."

Dans le monde sportif sénégalais, tout le monde n’est pas d’accord avec cette mesure, notamment la championne du monde du 400 mètres en 2001, Amy Mbacké Thiam, qui pointe du doigt la politique sportive du Sénégal. "L’État doit revoir sa politique sportive et mettre les sportifs dans de bonnes conditions pour les maintenir dans leur pays d’origine, confie ainsi à RFI l’athlète de 36 ans. Il faut accompagner les sportifs, les encadrer et puis assurer leur avenir, car ce qui inquiète les sportifs c’est leur après-carrière."

Le gouvernement sénégalais a semble-t-il entendu le message. "Si un athlète préfère la clandestinité à son statut de sportif de haut niveau au Sénégal, c’est parce que nous devons revoir notre politique sportive de haut niveau et c’est ce que nous allons faire, promet ainsi Souleymane Boune Daouda Diop. Il faut donner au sport de haut niveau des moyens pour que l’athlète puisse vivre de son activité." Une rencontre est ainsi prévue entre le gouvernement et le comité olympique sénégalais le 30 octobre.

Première publication : 08/10/2013

  • NICE

    Disparitions de sportifs en série aux Jeux de la Francophonie

    En savoir plus

  • JEUX DE LA FRANCOPHONIE

    Les basketteuses ivoiriennes en or malgré la défection de trois joueuses

    En savoir plus

  • JEUX DE LA FRANCOPHONIE

    Le Congo-Brazzaville, star des 7e Jeux de la Francophonie

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)