Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle : Le Gabon suspendu à la décision de la Cour Constitutionnelle

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Attentats aux États-Unis: la peur du terrorisme ravivée (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Mort d'un homme noir tué par la police aux États-Unis: racisme ou dérapage ? (partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Quelle politique mener à l'égard des réfugiés en Europe ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Budget de l'État 2017 : le grand bluff ?

En savoir plus

TECH 24

La dictature des algorithmes

En savoir plus

FOCUS

Adulé ou conspué : Jeremy Corbyn, une figure qui divise le Labour au Royaume-Uni

En savoir plus

#ActuElles

Pénélope Bagieu raconte en BD l'histoire de 15 héroïnes culottées

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Djihad" ou l'art comme rempart à l'extrémisme

En savoir plus

Culture

Alain Delon "approuve" la montée en puissance du FN

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 09/10/2013

L’acteur franco-suisse de 78 ans a déclaré dans la presse helvétique que le “ras-le-bol” des citoyens face à l’inaction politique avait conduit à une poussée “édifiante” du FN. Poussée qu’il dit “comprendre” et “approuver”.

La percée du Front national, il “l’approuve, la pousse et la comprend parfaitement bien”. Alain Delon, dans une interview publiée mercredi par le quotidien suisse “Le Matin”, a fait part de son soutien au parti d’extrême droite français.

Pour l’acteur franco-suisse, la montée en puissance “édifitante” du FN et du MCG (Mouvement citoyens genevois - parti régionaliste et populiste) est nourrie par un "ras-le-bol" généralisé face aux politiques actuelles. “Les gens veulent de l’action, ils veulent autre chose. Ils ont connu une France différente sous de Gaulle ou même Mitterrand. Voilà pourquoi le Front national, comme le MCG à Genève, prend une place très importante”, estime-t-il.

Jusqu’à présent, Le Pen père et fille “se battaient un peu seuls”, selon l’acteur septuagénaire. “Là, pour la première fois, ils ne sont plus seuls. Ils ont les Français avec eux. C’est important”, affirme-t-il. Selon un sondage Ifop pour le "Nouvel Observateur" publié mercredi 9 octobre, le FN arrive pour la première fois en tête des intentions de vote pour les élections européennes de 2014.

Jean Roucas et Brigitte Bardot

Cette sortie pro-FN du comédien aux cents films n’est pas sans rappeler celle d’un autre mythe du cinéma français : Brigitte Bardot. En avril 2012, B.B. avait annoncé qu'elle voterait, au premier tour de la présidentielle, pour Marine Le Pen, une "femme admirable" selon elle, qui est parvenue à "dédiaboliser" le FN.

Plus récemment, en septembre, c’est l'humoriste marseillais Jean Roucas, rendu célèbre dans les années 1980-1990 par le "Bébête Show" sur TF1, qui a officialisé son soutien au FN en s’affichant aux côtés de Marine Le Pen, lors de l'université d'été du parti.

Mariage gay et adoption

Outre son soutien aux frontistes, le quotidien helvète est également revenu sur les récentes délarations d’Alain Delon quant à l’ouverture du mariage aux couples de même sexe. Vraisemblablement agacé, celui-ci a répondu que la presse avait mal interprété ses propos. “J’ai dit que je m’en foutais du mariage. Je suis contre l’adoption des enfants. Point”, souligne-t-il toutefois souhaitant couper court à la conversation.

À l’aube de son 78e anniversaire, l’ancien sex-symbol apparaît désabusé. “ Ce monde ne me plaît plus depuis les années 2000. Je vis un peu en marge de tout ça [...] Le cinéma ne me manque pas, j’ai tout eu et j’ai tout connu. Comme dans la vie. Je peux donc partir tranquille”, conclut-il son entretien.

Avec dépêches

Première publication : 09/10/2013

  • POLITIQUE

    Le FN premier parti de France, selon un sondage du "Nouvel Observateur"

    En savoir plus

  • CINÉMA

    Les pépins de santé d'Alain Delon ravivent la hargne de ses détracteurs

    En savoir plus

  • FRANCE

    Jean-Marie Le Pen sera candidat aux élections européennes de 2014

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)