Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Israël - Hamas : à qui profite la guerre ? (partie 1)

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Gérard Mestrallet, président de Paris Europlace et PDG de GDF Suez

En savoir plus

SUR LE NET

Mondial 2014 : le match Allemagne-Brésil inspire le Net

En savoir plus

FOCUS

Le scandale des bébés du "péché" traumatise l'Irlande

En savoir plus

DÉBATS POLITIQUES EN FRANCE

Littérature , histoire et pouvoir

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Frédéric Tissot, ancien consul général de France à Erbil

En savoir plus

FOCUS

La charia a-t-elle sa place dans le droit britannique?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Rwanda : les juges français mettent fin à l'instruction sur la mort de l'ex-président Habyarimana

En savoir plus

DÉBAT

Soudan du Sud : l'avenir sombre d'un pays jeune de trois ans (partie 2)

En savoir plus

  • Ces missiles que le Hamas utilise pour "terroriser" Israël

    En savoir plus

  • Obama face à la "crise humanitaire" des mineurs clandestins au Texas

    En savoir plus

  • Google Glass lance la “première application de télékinésie”

    En savoir plus

  • Le scandale des bébés du "péché" traumatise l'Irlande

    En savoir plus

  • Le conflit israélo-palestinien change le sens de l'application Yo

    En savoir plus

  • Allemagne : le chef des services secrets américains expulsé

    En savoir plus

  • Vidéo : ramadan sous tension pour les musulmans de Pékin

    En savoir plus

  • L'Argentine rejoint l'Allemagne en finale du Mondial

    En savoir plus

  • Un concours lancé en Suisse pour dépoussiérer l'hymne national

    En savoir plus

  • "Gaza est sur le fil du rasoir", l’ONU appelle à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Lunettes danoises de François Hollande : les opticiens français voient rouge

    En savoir plus

  • Chikungunya aux Antilles : "une épidémie majeure" pour Marisol Touraine

    En savoir plus

  • "Le gouvernement de Netanyahou instrumentalise l’assassinat des trois Israéliens"

    En savoir plus

  • Tueur à gage et flèche empoisonnée : les mystères de la tuerie de Chevaline

    En savoir plus

  • Tour de France : Chris Froome, vainqueur du Tour 2013, abandonne

    En savoir plus

EUROPE

Barroso et Letta accueillis à Lampedusa par des huées

© Capture d'écran

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 09/10/2013

Le président de la Commission européenne, José Manuel Barroso, et le chef du gouvernement italien, Enrico Letta, se sont rendus mercredi à Lampedusa, six jours après le naufrage d’un bateau de migrants qui a fait plus de 300 morts.

"Honte !", "Assassins !" À leur arrivée à Lampedusa, ce mercredi 9 octobre, le président de la Commission européenne, José Manuel Barroso, et le président du Conseil italien, Enrico Letta, ont essuyé les insultes d’un petit groupe d’habitants de l’île italienne.

Les manifestants ont brandi des photos de migrants tout en huant la délégation, qui comprenait également la commissaire chargée des Affaires intérieures, Cecilia Malmström, et du vice-Premier ministre italien et ministre de l'Intérieur, Angelino Alfano.

Invité sur la petite île italienne sur initiative du maire de la localité, José Manuel Barroso a promis que des efforts seraient faits afin de régler la crise migratoire qui touche la région. Une aide d'urgence d'un montant de 30 millions d'euros va ainsi être allouée afin d’améliorer les conditions de vie des migrants. Actuellement, ils sont près de 900 à être hébergés dans des locaux dont la capacité est de 250 places, une situation qui a suscité des critiques de la part des Nations unies et d'autres organisations humanitaires ces derniers jours.

"Ces centaines de cercueils gravés dans ma mémoire"

Les responsables italiens et européens se sont également recueillis devant les corps de 289 migrants, pour la plupart érythréens, qui furent repêchés en mer après le naufrage de jeudi dernier qui a fait entre 300 et 390 morts. “L'image de ces centaines de cercueils ne s'effacera jamais de ma mémoire", a déclaré José Manuel Barroso, devant la presse, visiblement ému.

Enrico Letta, de son côté, a annoncé que des funérailles nationales seraient organisées pour les victimes du naufrage, qui s'est produit à environ un kilomètre des côtes. Il a reconnu que les conditions de vie dans le centre d'accueil de Lampedusa n'étaient pas dignes d'un pays civilisé.

Les deux hommes et leur délégation ont également rencontré les garde-côtes, les ONG et les personnalités locales ainsi qu'un groupe de réfugiés.

30 000 migrants en Italie depuis le début de l’année

Mardi, Cecilia Malmström avait appelé les États membres de l'UE à mettre en place une vaste opération de "sécurité et de sauvetage" de migrants en Méditerranée. Les États membres étant appelés à fournir des navires, des avions et surtout de l'argent pour permettre à Frontex, l'agence de surveillance des frontières européennes, de mener à bien cette mission.

En matière d'asile en revanche, une modification de l'accord de Dublin II, qui impose actuellement aux pays d'arrivée des demandeurs de traiter les demandes, est exclue, les pays du Nord de l'Europe y étant opposés.

L'île de Lampedusa, qui compte moins de 6 000 habitants, reproche au gouvernement de ne pas avoir de politique d'accueil cohérente et à l'Europe de ne pas être suffisamment solidaire. Plus de 30 000 migrants ont gagné le territoire italien depuis le début de l'année, selon un décompte établi la semaine passée. Environ 7 500 d'entre eux fuyaient la guerre civile en Syrie, 7 500 étaient des réfugiés politiques érythréens et 3 000 tentaient d'échapper aux violences en Somalie.

Avec dépêches

Première publication : 09/10/2013

  • REPORTAGE

    La Libye dépassée par le flux de migrants africains vers l’Europe

    En savoir plus

  • MÉDIAS

    Depuis Paris, Radio Erena informe l'Érythrée du drame de Lampedusa

    En savoir plus

  • Lampedusa: l'hypocrisie européenne

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)