Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

États-Unis, Cuba: "Somos todos americanos"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

De plus en plus de réfugiés affluent au Niger

En savoir plus

DÉBAT

États-Unis - Cuba : un tournant historique

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Le dalaï-lama vante le "réalisme" du président chinois Xi Jinping

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Eau argentée" : la guerre en Syrie au cinéma

En savoir plus

FOCUS

Grands lacs : LRA, une guérilla affaiblie mais toujours menaçante

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Sanctions occidentales : "La Russie sortira renforcée", assure Lavrov

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

La Libye au cœur des discussions du Forum de Dakar

En savoir plus

SUR LE NET

Australie : la Toile solidaire de la commmunauté musulmane

En savoir plus

Amériques

Canada : décès de Paul Desmarais, homme d’affaires et d’influence

© AFP | Paul Desmarais et Nicolas Sarkozy

Texte par Anne-Diandra LOUARN

Dernière modification : 09/10/2013

Le milliardaire canadien Paul Desmarais est décédé mercredi à l'âge de à 86 ans. Une nouvelle qui trouve un fort écho jusqu’en Europe où il a monté une très influente holding et tissé de forts liens, notamment avec la classe politique.

Il était de ces entrepreneurs milliardaires partis de rien. Le Canadien Paul Desmarais s’est éteint à l’âge de 86 ans, entouré de ses proches, dans la région de Charlevoix au Canada, a annoncé sa famille, mercredi 9 octobre. La fortune personnelle de ce Franco-Ontarien installé au Québec est évaluée à environ 4,5 milliards de dollars (3,3 milliards d’euros).

Homme d’affaires hors pair et philanthrope, réputé conservateur, Paul Desmarais a débuté sa carrière dans les années 1950 en redressant la compagnie d’autobus chancelante léguée par son père. Depuis, sa petite affaire est devenue Power Corporation (acquise en 1968), un groupe très rentable et tentaculaire, touchant à des secteurs aussi variés que l’assurance, l’investissement et les médias.

“Pour arriver à ses fins, il a construit un réseau exceptionnel de contacts et de liens dans le monde des affaires, de la politique et de la culture, partout dans le monde”, explique l’éditorialiste économique de Radio Canada, Gérald Fillion. “En Europe, il a fait des affaires avec les Bettencourt, Arnaud, Dassault et surtout Albert Frère, grand patron de la sidérurgie belge”, précise-t-il. Associés dans la holding Groupe Bruxelles Lambert (GBL) dès les années 1980, les deux comparses investissent dans plusieurs entreprises françaises comme GDF Suez, Total, Pernod Ricard, ou Lafarge et deviennent, ensemble, deux incontournables du capitalisme français.

Au Fouquet’s avec Sarkozy en 2007

C’est également via Albert Frère qu’il rencontre en 1995 un certain Nicolas Sarkozy qui ne manqua pas, d’ailleurs, de le convier quelques années plus tard, en 2007, au Fouquet’s pour célébrer sa victoire à la présidentielle française. “Si je suis président aujourd’hui, c’est grâce en grande partie aux conseils, à l’amitié et à la loyauté de Paul Desmarais”, a déclaré Nicolas Sarkozy, peu après, en le décorant du grade le plus élevé de la Légion d’Honneur, la Grand-Croix.

Marié et père de quatre enfants, Paul Desmarais avait cédé Power Corp depuis 1996 à son fils Paul Jr, tout en gardant un œil attentif sur l’évolution de la compagnie. Son influence devrait également continuer à se faire sentir au sein de sa holding européenne : Albert Frère et lui avaient scellé, l’année dernière, un pacte d’association jusqu'en 2029.

Les funérailles de Paul Desmarais seront tenues dans la plus stricte intimité au cours des prochains jours.

Première publication : 09/10/2013

COMMENTAIRE(S)