Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libération de Karim Wade : une décision dénoncée par des militants anti-corruption

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Condamnation de Moïse Katumbi : l'opposition dénonce un "harcèlement"

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dans les coulisses des palaces parisiens

En savoir plus

LE DÉBAT

Le Royaume-Uni quitte l'Union Européenne, un pays et une Europe sous le choc

En savoir plus

TECH 24

Fintech : quand les startups font trembler la banque

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 2)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 1)

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Refaire passer le chef de l’État par une primaire ne me paraît pas logique »

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Nous sommes arrivés à un moment où il n’y a plus de débat démocratique ni de dialogue social »

En savoir plus

Moyen-orient

Les journalistes français Nicolas Hénin et Pierre Torres otages en Syrie

© Benoit Schaeffer | Pierre Torres à gauche, Nicolas Hénin à droite

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 09/10/2013

Leurs familles n'avaient jusqu'à présent pas communiqué sur leur enlèvement. Mais le Premier ministre Jean-Marc Ayrault a révélé mercredi que deux autres journalistes français étaient retenus en Syrie depuis juin : Nicolas Hénin et Pierre Torres.

Interrogé mercredi 9 octobre sur le sort des otages enlevés le 6 juin dernier en Syrie, reporter d'Europe 1 Didier François et le photographe Edouard Elias, le Premier ministre Jean-Marc Ayrault a révélé que deux autres Français étaient également retenus dans le pays.

Alors que les familles de Nicolas Henin et de Pierre Torrès, disparus le 22 juin dans la ville de Raqqa dans le nord de la Syrie, avaient préféré jusque là garder le silence pour faciliter les négociations, le chef du gouvernement les a devancées et a lâché les noms de ces deux journalistes sur l’antenne d’Europe 1.

Nicolas Hénin, 37 ans, est le responsable du bureau de l’agence de presse Solas Films en Afrique et au Moyen-Orient depuis sept ans. Diplomé de l’Institut pratique de journalisme de Paris (IPJ), il a couvert cette région comme correspondant pour Arte, Le Point ou encore  Radio France.

Le photographe Pierre Torres, 29 ans, a couvert la révolution libyenne et  effectuait son second séjour en Syrie.

Une mobilisation des familles

Pris de court par cette annonce du Premier ministre, les proches de ces deux otages, qui ne comptaient communiquer à ce sujet que dimanche 13 octobre lors du Prix Bayeux des correspondants de guerre, se sont finalement exprimés dès mercredi.

"Cela fait plus de trois mois, bientôt quatre, qu’il a été enlevé, nous sa famille ses amis, trouvons ce temps très long pour nous et surtout pour lui. Nous avons décidé aujourd’hui d’adresser un message à Nicolas, à ses ravisseurs et à toute autorité ou personne qui puisse exercer une influence sur ceux qui le détiennent et intercéder en faveur de sa libération", a ainsi déclaré Pierre-Yves Hénin, le père de Nicolas, sur FRANCE 24.

"Nous savons bien que la situation de Nicolas n’est qu’un grain de sable face à l’immensité du drame qui frappe le peuple syrien, mais ce grain de sable c’est le nôtre et nous y tenons", a-t-il ajouté.

Dans un communiqué, les proches des deux journalistes ont précisé qu’ils avaient reçu une preuve de vie au mois d’août, mais qu’ils avaient pas de précision sur leur lieu et leurs conditions de détention. "Il n’y a pas de revendication connue à ce jour. Divers groupes armés se disputent le contrôle de la ville de Raqqa et il n’est pas certain que les deux journalistes soient encore dans cette ville", peut-on lire dans ce document. 

Au cours des derniers mois, les familles de Nicolas Hénin et de Pierre Tores avaient choisi de garder le silence en "espérant un dénouement rapide". Mais après cette attente, elles souhaitent désormais "leur adresser un message et leur dire qu’ils sont mobilisés pour obtenir rapidement leur libération". Les proches de ces deux journalistes s’associent désormais à l’action du comité "Otages en Syrie", également mobilisé pour la libération de Didier François et Edouard Elias.

Première publication : 09/10/2013

  • MÉDIAS

    Journée de mobilisation pour les deux journalistes français otages en Syrie

    En savoir plus

  • SYRIE

    Domenico Quirico, le journaliste libéré de Syrie qui bouscule l’image de la rébellion

    En savoir plus

  • LIBAN

    Imbroglio sur le sort et l'identité des otages libanais en Syrie

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)