Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif : de Sarajevo à Guantanamo, l’itinéraire des six d’Algérie

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle en Côte d'Ivoire : le soutien de Bédié est une "trahison" selon Bertin

En savoir plus

FOCUS

Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

En savoir plus

MODE

Fashion week : promenade pour un objet d’exception

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Leïla Bekhti

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

François Hollande : un sursaut possible ?

En savoir plus

DÉBAT

Hollande face à la presse : le chef de l'État a tenu sa conférence semestrielle

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

La stratégie des États-Unis face à l'organisation de l'EI

En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de la Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse: les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Euro-2020 : la finale de l'"Euro pour l’Europe" à Wembley

    En savoir plus

  • Corruption : amende record pour le géant pharmaceutique GSK

    En savoir plus

  • Le Paris des Arts de Leïla Bekhti

    En savoir plus

  • Après le "non" de l’Écosse, la Catalogne prépare son propre référendum

    En savoir plus

  • Ebola : l'infirmière française contaminée reçoit un traitement expérimental

    En savoir plus

EUROPE

Espagne : trois Femen s'invitent à l'Assemblée pour défendre le droit à l'IVG

© Capture d'écran El Pais

Texte par Charlotte BOITIAUX

Dernière modification : 09/10/2013

Trois Femen espagnoles, dont Lara Alcazar, la leader du mouvement dans le pays, ont perturbé une séance parlementaire pour défendre le droit à l’avortement menacé par une nouvelle législation particulièrement restrictive.

Du haut du balcon de l’Assemblée nationale espagnole, elles ont hurlé leur opposition au projet de réforme de l’avortement discuté ce mercredi 9 octobre. Accrochées à la balustrade, trois Femen espagnoles ont perturbé pendant quelques minutes la séance parlementaire sous les regards mi-offusqués mi-interrogateurs des députés présents.

Seins nus et poing levé, les trois jeunes femmes ont coupé la parole au ministre conservateur de la Justice, Alberto Ruiz-Gallardon, fer de lance d’un projet de réforme de l’IVG. "L’avortement est sacré", ont-elles scandé pendant que le service d’ordre peinait à les atteindre pour les expulser. Parmi elles, se trouvait Lara Alcazar, l’actuelle leader des Femen espagnoles qui a revendiqué cette action sur le compte Twitter de l'organisation.

La raison de leur courroux : le projet du ministre de la Justice qui souhaite revenir sur l'actuelle loi sur l'avortement, entrée en vigueur en 2010 sous le gouvernement socialiste de José Luis Rodriguez Zapatero – et qui permet d'avorter librement jusqu'à la quatorzième semaine de gestation.

Mais Gallardon ne souhaite pas s'arrêter là. Le ministre de la Justice défend en effet l’idée de criminaliser à nouveau l'avortement, même dans les cas les plus tragiques, comme la malformation fœtale. "Le handicap ne peut pas conduire à un traitement inégal et à une réduction des droits. Or cette non-discrimination doit s'appliquer aussi aux conçus et non-nés", avait-il déclaré dans la presse le 28 avril.

Retour à l’âge franquiste

Cette nouvelle loi serait même plus restrictive encore que celle de 1985 - qui dépénalisa l'avortement -  et qui autorisait les interruptions volontaires de grossesse en cas de malformations de fœtus ou de viol. C’est un retour à l’âge franquiste, "à l’époque où les femmes n’avaient aucun droit sur leur corps", s’est inquiétée la socialiste Carmen Martinez Ten.

Pour de nombreuses associations féministes, ce retour en arrière prôné par Gallardon est d’autant plus surprenant qu’il cible un débat qui semblait enterré. Même au sein du Parti populaire (droite), on s’inquiète de ce revirement réactionnaire.

Certes, Alberto Ruiz-Gallardon satisfait l’Église et la frange catholique la plus radicale, estimée à quelque 10 % de la population. Mais pas davantage. L’Espagne, au contraire, semble avoir accepté la loi de 2010. Selon un sondage publié en avril dans le quotidien El Pais, 75 % des Espagnols pensent que les femmes ont le droit de décider librement de poursuivre ou non leur grossesse.

Si une nouvelle législation devait voir le jour, l'Espagne monterait sur le podium des pays de l'Union européenne (UE) les plus restrictifs en matière d'avortement. Aujourd'hui, seules l'Irlande et Malte interdisent l'avortement pour malformation du fœtus.

Avec dépêches

Première publication : 09/10/2013

  • FRANCE

    Les Femen, des "blasphématrices" contre vents et marées

    En savoir plus

  • TUNISIE

    Non-lieu pour Amina, la Femen jugée pour "avoir dénoncé la torture en prison"

    En savoir plus

  • FRANCE

    Polémique : le nouveau timbre Marianne inspiré d’une Femen

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)