Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

CAP AMÉRIQUES

La lutte sans fin des peuples autochtones

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"La liberté de la presse vous appartient"

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Mille et un kebabs : à chaque pays ses secrets !

En savoir plus

DANS LA PRESSE

En Italie, l'effondrement du "pont malade"

En savoir plus

L'ENTRETIEN DE L'INTELLIGENCE ECONOMIQUE

Capitalisme addictif : l'empire du désir

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"En Tunisie, l'égalité entre hommes et femmes dans l'héritage ne fait pas l'unanimité"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Il faut empêcher Assad de se refaire une virginité sur la scène internationale"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Slimane Dazi : le livre "Indigène de la nation" est un acte politique

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le Brésil sous le choc après la mort d'une femme battue

En savoir plus

FRANCE

Pour les mères sans-papiers, le salut passe par les enfants

© Capture d'écran / FRANCE 24 | Dans le quartier de Barbès à Paris

Vidéo par Eve IRVINE , Sonia PATRICELLI

Texte par Sonia PATRICELLI

Dernière modification : 09/10/2013

Dans le cadre d’une série de reportage sur l’immigration africaine en France, des journalistes de FRANCE 24 ont rencontré Farah, une Algérienne qui peut espérer obtenir ses papiers grâce à ses enfants scolarisés en France.

Farah est arrivée d’Algérie pour offrir une meilleure éducation à ses quatre enfants. Elle travaille au noir sept jours sur sept et 12 heures d’affilée comme cuisinière dans un restaurant du quartier Barbès à Paris.

Elle compte sur ses enfants pour obtenir des papiers. Au titre de la circulaire Valls, les familles doivent prouver cinq années de présence en France et des enfants scolarisés depuis trois ans.

Le parcours de Farah illustre la vulnérabilité des personnes sans papiers. Ses patrons sont au courant : "ils payent le minimum", nous dit-elle. Quarante euros par jour.

Farah n’a pas choisi de travailler avec de faux papiers, elle n’a pas de fiches de paie, elle n’est pas déclarée.

Elle prouvera sa présence en France grâce aux loyers qu’elle paye pour son appartement et grâce à la scolarisation de tous ses enfants.

Elle nous raconte l’histoire de sa fille "qui est excellente", mais qui n’a pas de carte d’identité pour passer son bac. "Cela lui serre le cœur", nous confie-t-elle.

Première publication : 09/10/2013

  • REPORTAGE

    Des centaines de sans-papiers sillonnent l’Ile-de-France depuis un mois

    En savoir plus

  • REPORTAGE

    Sans-papiers : le travail à n'importe quel prix

    En savoir plus

  • FRANCE - IMMIGRATION

    Sans-papiers : Valls recadre l'attribution des titres de séjour

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)