Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gambie : Yahya Jammeh accepte de quitter le pouvoir d'après Barrow

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "On ne doit pas jouer à se faire peur", tempère Maurice Lévy

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "Trump est un nouveau Madoff", estime Jacques Attali

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Paul Polman : "Les fruits de la globalisation doivent être distribués de façon plus juste"

En savoir plus

FOCUS

Aux États-Unis, le désarroi et la colère des opposants à Donald Trump

En savoir plus

TECH 24

Satellites : les nouveaux maîtres du ciel

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Enseigner autrement : de nouvelles méthodes pour réinventer l'école

En savoir plus

#ActuElles

Russie : les violences domestiques bientôt dépénalisées ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sabrina Ouazani, le cinéma avec le sourire

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Grands titres, débats, éditos et histoires du jour... Nos chroniqueurs passent en revue la presse française et la presse internationale. Du lundi au vendredi à 7h20 et 9h20.

Dernière modification : 10/10/2013

"Aliyev et la boule de cristal"

© France 24

Presse internationale, Jeudi 10 octobre 2013. Au menu de la revue de presse internationale, la nomination de Janet Yellen à la tête de la Fed, la poursuite du shutdown aux Etats-Unis, une grosse colère de Kim Jong-Un, et le don de prescience en Azerbaïdjan.

 

Le + : Recevez tous les matins la Revue de presse de France 24 sur votre I-Phone ou sur tout autre mobile. Et également toujours sur votre PC en devenant fan sur Facebook
 
On commence cette revue de presse internationale avec la nomination hier de Janet Yellen à la tête de la Fed, la Banque centrale américaine. C’est la première femme désignée à ce poste aux Etats-Unis.
 
Barack Obama a choisi d’innover, mais il a aussi fait le choix de la continuité de la politique de l'argent facile - c’est ce que rappelle The Wall Street Journal, qui consacre sa Une à cette nomination. «La nouvelle patronne de la Fed va maintenant devoir mener la politique de son prédecesseur Ben Bernanke dans sa phase 2»: «poursuivre l'approche particulièrement accommodante des mesures actuelles de soutien à l'économie, tout en réduisant le programme de rachat d'actifs de la Fed à un rythme modéré, de façon à ne pas effrayer les marchés ni porter préjudice à l’économie».
 
Le pouvoir dont Janet Yellen va disposer est immense - à voir avec cette Une du Independent: «C’est la femme qui va faire ou défaire l’économie globale», titre le journal, en relevant d’ailleurs que la nomination de Janet Yellen intervient quelques mois seulement après celle d’Elvira Nabiullina à la tête de la banque centrale russe.
 
On est un peu moins enthousiaste du côté du Daily Beast. Le site américain explique en substance qu’il n’y a pas grand chose de nouveau à attendre de cette nomination, «Celui ou celle qui dirige la Fed a les yeux rivés sur New York et Wall Street, et ce qui compte, c’est la volonté politique - et peu importe que ce soit Janet Yellen ou un autre qui la mette en œuvre».
 
Aux Etats-Unis le «shutdown», se poursuit. The Huffington Post s’est amusé à pointer la liste des activités jugées «essentielles» par les parlementaires: le prof de gym du Congrès, dont la salle de sport exclusivement réservée aux élus reste ouverte pendant le shutdown - pas essentiels en revanche les essais cliniques menés par l’Institut national de la santé, actuellement fermé à 75%. Essentiel, le staff de l’élu républicain Steve King, qui continue de faire travailler tous les membres de son cabinet - pas essentiel, en revanche, de payer en ce moment le prix Nobel de physique David Wineland, invité à rester chez lui.
 
On l’aura compris, l’attitude des parlementaires américains exaspère sérieusement leurs compatriotes. A voir pour terminer avec ce dessin du International Herald Tribune qui montre l’oncle Sam pris en otage. Un spectacle devenu la risée du monde entier, de l’Afghanistan à la Corée du Nord, en passant par l’Iran et la Syrie.
 
La Corée du Nord qui accuse… la Suisse de violation des droits de l’Homme. C’est une affaire lue sur le site britannique The New Statesman, qui nous apprend qu’au mois d'août dernier, Berne a mis son veto à un beau contrat qui prévoyait le livraison de remontées de ski mécaniques pour une station de ski chère au cœur du leader Kim Jong-UN. Il a fait connaître son vif mécontentement par voie.
 
A la rubrique surréaliste, sachez que l’Azerbaïdjan a publié les résultats des élections avant l’ouverture des bureaux de vote. Il s’agirait d’une bourde de la commission électorale, racontée par The Independent.
 
Retrouvez tous les matins sur France 24 la Revue de presse française (du lundi au vendredi, 6h23-7h10-10h40 heure de Paris) et la Revue de presse internationale (du lundi au vendredi à 9h10 et 13h10). Suivez également tous les week-ends en multidiffusion la Revue des Hebdos.

 

Par Hélène FRADE

COMMENTAIRE(S)

Les archives

20/01/2017 Donald Trump

"C'est parti pour le show"

Toute la presse française titre ce matin, presque sans exception, sur l’investiture de Donald Trump. Les journaux reviennent également sur le dernier débat avant le premier tour...

En savoir plus

20/01/2017 Donald Trump

"Du neuf dans un nouveau monde"

La presse mondiale revient ce matin évidemment sur l’investiture de Donald Trump. La situation en Gambie n’est toutefois pas oubliée.

En savoir plus

18/01/2017 Revue de presse internationale

"Ne l'appelez plus Theresa Maybe"

Au menu de la revue de presse internationale de ce mercredi, les commentaires des journaux anglo-saxons après le Brexit radical décidé par Londres. Les amateurs de jeux de mots...

En savoir plus

18/01/2017 Brexit

"Brexit et météo : le froid s'installe"

"Ressenti" est le mot à la Une de la revue de presse française de ce mercredi. Il y a le ressenti des journaux après le choix d'un Brexit radical décidé hier par Theresa May. Il...

En savoir plus

17/01/2017 Revue de presse internationale

"Le Royaume-Uni libéré, délivré"

Au menu de cette revue de presse internationale, mardi 17 janvier, le discours très attendu de Theresa May sur le Brexit et la réaction des Européens aux critiques de Donald...

En savoir plus