Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Tidjane Thiam, PDG de Prudential

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : accord signé pour la fin des hostilités

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Bartabas, le seigneur des chevaux

En savoir plus

FOCUS

Crimée : un été pas comme les autres

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Gwendal Rouillard, Secrétaire de la commission de la Défense et des forces armées

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Bolivie : au travail dès l'âge de 10 ans

En savoir plus

DÉBAT

Manifestation en soutien à Gaza : un rassemblement test pour le gouvernement

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Andy Serkis : l'homme à l'origine du singe

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Empathie et sympathie"

En savoir plus

Tous les jours, le regard des internautes sur l’actualité et un point tout en image sur ce qui fait le buzz sur la toile. Du lundi au vendredi, à 8h20.

SUR LE NET

SUR LE NET

Dernière modification : 10/10/2013

Italie : haro sur la loi Bossi-Fini après le drame de Lampedusa

Aujourd’hui sur le net, le sort des survivants du drame de Lampedusa suscite l’émoi des internautes italiens. Plusieurs ONG s’inquiètent de la situation en Russie à l’approche des Jeux de Sotchi. Et des géants du web se mobilisent pour réduire la fracture numérique.

Italie : haro sur la loi Bossi-Fini après le drame de Lampedusa

Une semaine après le naufrage d’un bateau qui transportait environ 500 migrants africains au large de Lampedusa, la maire de cette petite île italienne, Giusi Nicolini, continue de compter les morts sur son compte Twitter. Et face à l’émotion provoquée par cette tragédie, le Premier ministre Enrico Letta a annoncé que les victimes recevront la nationalité italienne à titre posthume.

En revanche, les survivants, à l’exception des mineurs, pourraient eux être poursuivis en justice pour immigration clandestine. Les rescapés risqueraient en effet l’expulsion vers leur pays d’origine, ainsi qu’une amende pouvant aller jusqu’à 5000 euros.

"Un bon migrant serait-il alors un migrant mort ?", se demandent de nombreux internautes italiens qui expriment leur indignation sur les réseaux sociaux. Dans leur ligne de mire : la loi Bossi-Fini qui criminalise l’immigration clandestine, mais qui instaure également un "délit de complicité" qui aurait empêché des bateaux de pêche de porter secours aux migrants en détresse.

Cet arsenal législatif très répressif a été voté en 2002 sous l’impulsion d’Umberto Bossi, alors chef du parti xénophobe de la Ligue du Nord, et de Gianfranco Fini, fondateur du parti néo-fasciste Alliance nationale. Un texte qui est aujourd’hui de plus en plus contesté. Le quotidien "La Repubblica" a ainsi lancé une pétition en ligne qui réclame son abolition pour le remplacer par une loi sur l’immigration plus respectueuse des droits de l’Homme. Un appel qui revendique pour l’heure près de 25 000 signatures.

 

JO de Sotchi : des ONG tirent la sonnette d’alarme

A moins de 4 mois des JO de Sotchi qui auront lieu en Russie du 7 au 23 février prochain, plusieurs ONG ont décidé de monter au créneau sur la Toile pour faire part de leurs craintes sur les conditions dans lesquelles va se dérouler la compétition.

C’est notamment le cas de Reporters sans frontières qui vient de publier un rapport pour dénoncer les pressions exercées par les autorités sur les médias indépendants du pays. Une enquête destinée à mettre en lumière les atteintes à la liberté d’information dans la région et le contrôle quasi-systématique des publications effectué par l’administration locale. Une situation présentée comme inadmissible par RSF qui invite donc Moscou à laisser les journalistes travailler sans encombre pendant toute la durée des JO.

Autre ONG à avoir tiré la sonnette d’alarme à propos des prochains jeux d’hiver : Amnesty International qui a lancé une campagne critiquant les atteintes aux droits de l’Homme qui se multiplient en Russie à l’approche de la compétition. Une initiative à travers laquelle elle s’attaque, entre autres, aux lois homophobes récemment votées dans le pays, aux interdictions de manifester contre le pouvoir mais également aux difficultés rencontrées par les ONG pour remplir leur mission sur place.

Des obstacles de plus en plus importants explique ce blog qui rappelle que depuis 2012, les ONG qui bénéficient de financements étrangers sont obligées de s’inscrire volontairement sur un registre spécifique. Une mesure qui permet aux autorités russes d’enquêter comme bon leur semblent sur ces organisations qui, en cas de manquement à leur obligation, peuvent être interdites d’activité à l’image de cette association de défense de l’environnement du Caucase du nord connue pour avoir révélé plusieurs scandales de corruption dans le cadre de la préparation des JO et qui s’est malgré tout vue signifier l’ordre, en début de semaine, de mettre la clé sous la porte.

 

Les géants du web contre la fracture numérique

Dans les pays en développement, un accès Internet reste un luxe que beaucoup ne peuvent s’offrir. C’est en partant de ce constat que des géants du web comme Google, Facebook et Microsoft ont décidé de s’associer avec la "World Wide Web Foundation" au sein de "l’Alliance pour un Internet abordable". Objectif : faire baisser le prix des connexions sous la barre des 5% des revenus moyens dans chaque pays en y stimulant la concurrence et l’innovation dans le secteur des télécommunications.

 

Tendance du jour sur les réseaux sociaux

En utilisant l’expression #ProudlyBroughtByANC pour vanter sur Twitter les accomplissements de l’ANC, le parti au pouvoir en Afrique du Sud depuis 1994, son porte-parole, Jackson Mthembu, ne s’attendait sans doute pas à une telle réaction des internautes locaux. En effet, loin d’être admiratifs du bilan de leur gouvernement, des citoyens ont choisi de détourner le fameux hashtag pour énumérer les nombreux problèmes auxquels le pays doit encore faire face comme la corruption. Des critiques visant l’ANC qui pourraient se multiplier dans les mois à venir alors que des élections générales dans le pays sont prévues l’an prochain.

 

Vidéo du jour

Pour faire la promotion de la sortie sur les écrans américains le 18 octobre du remake du film Carrie qui raconte l’histoire d’une jeune femme dotée de pouvoirs télékinésiques, la production du film a piégé les clients d’un café de New York en leur faisant croire qu’ils assistaient à un phénomène paranormal. Une expérience réalisée en caméra cachée que les victimes ne sont sans doute pas prêtes d’oublier et qui ne manquera pas d’amuser les internautes qui pourront la découvrir dans son intégralité sur les sites de partage.

Par Electron Libre

COMMENTAIRE(S)

Les archives

24/07/2014 Réseaux sociaux

Gaza : Tsahal et le Hamas s'affrontent aussi en ligne

Au sommaire de cette édition : le conflit à Gaza entre le Hamas et l’armée israélienne se déroule aussi en ligne ; aux Etats-Unis, la pratique du « coal rolling » prend de...

En savoir plus

23/07/2014 Réseaux sociaux

Des internautes juifs et arabes se mobilisent pour la paix

Au sommaire de cette édition : des internautes juifs et arabes se mobilisent pour la paix à Gaza ; une vidéo d’un enfant libanais frappant un jeune syrien choque la Toile ; et un...

En savoir plus

22/07/2014 Réseaux sociaux

Crash du vol MH17 : attention aux arnaques en ligne

Au sommaire de cette édition : des escrocs en ligne cherchent à tirer profit du crash du vol MH17 ; une partie du web australien dénonce la suppression de la taxe carbone ; et...

En savoir plus

21/07/2014 Réseaux sociaux

La Toile salue la mémoire des victimes du vol MH17

Au sommaire de cette édition : la Toile rend hommage aux victimes du vol MH17 abattu en Ukraine ; un opérateur Internet américain subit les foudres du web ; et une vidéo résume...

En savoir plus

19/07/2014 Réseaux sociaux

La bataille fait rage entre YouTube et les labels indépendants

Adèle, Shaka Ponk, Artic Monkeys... Des artistes que vous ne trouverez peut-être plus sur YouTube. Leurs producteurs n'acceptent pas le nouveau contrat de rémunération proposé...

En savoir plus