Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Au Burundi, le leader de l'opposition, qui avait appelé au boycott, élu vice-président de l'assemblée

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Calais: la porte mortelle vers "l'Eldorado"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Faut-il copier la Silicon Valley ?

En savoir plus

FOCUS

Au Bangladesh, les assassinats de libres-penseurs se multiplient

En savoir plus

L'ENTRETIEN

François Morin : "28 banques ont la capacité de déstabiliser le système monétaire et financier mondial"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Gaza, Baalbeck, Tombouctou... La résistance par l’art

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

États-Unis : nouvelle controverse sur le port d'armes, après plusieurs tueries

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

#CecilTheLion : le chasseur devient la proie

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

EDF va prendre le contrôle des réacteurs nucléaires d’Areva

En savoir plus

FRANCE

Sans-papiers : rester ou partir?

© FRANCE 24

Vidéo par Eve IRVINE , Sonia PATRICELLI

Texte par Sonia PATRICELLI , Eve IRVINE

Dernière modification : 10/10/2013

Chaque année, 100 000 étrangers sont naturalisés en France. Simple formalité administrative pour les uns, ou fin d’un long parcours du combattant pour les autres. FRANCE 24 est allée à la rencontre de ces nouveaux Français. Reportage.

Chaque année, 100 000 étrangers sont naturalisés en France. Cela peut être la fin d’un long parcours du combattant, ou pour certains une "formalité administrative". D’autres migrants sont allés de désillusion en désillusion. Ces derniers font le choix de retourner dans leur pays.

Le moment est très solennel en préfecture. Nous avons suivi Mariam Diall, une Malienne, commerciale à la Bank of Africa. Elle avait déjà obtenu cet emploi, avant d'arriver en France, et nous explique, que pour elle, cela n’a pas été "très compliqué" d'être naturalisée.

À l’inverse, nous avons rencontré Clotaire, ivoirien, dans un parc de Paris. Il s’est enfui d’Italie, car il se sentait en danger après avoir dénoncé son patron, qui ne lui payait pas l’intégralité de son salaire.

Clotaire est déçu et en colère, car il estime avoir "tout fait". Il a occupé le poste de soudeur dans un port, où il démontait des bateaux, puis celui de mécanicien de voitures de luxe. Il est fatigué de ces dix ans passés en Europe. Sans papiers, il a décidé de rentrer en Côte d’Ivoire.

Première publication : 10/10/2013

  • FRANCE - IMMIGRATION

    Sans-papiers : Valls recadre l'attribution des titres de séjour

    En savoir plus

  • FRANCE

    Sans-papiers : le Sénat approuve la création "d'une retenue" pour remplacer la garde à vue

    En savoir plus

  • PRÉSIDENTIELLE AMÉRICAINE

    Le sort de millions de sans-papiers suspendu au résultat de l’élection américaine

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)