Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Gilles Kepel : "Plus Israël réplique, plus le Hamas remporte une victoire politique"

En savoir plus

FOCUS

Inde : Carrefour jette l’éponge

En savoir plus

REPORTERS

L’essor du tourisme "100 % halal"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Jean Ping, ancien ministre des Affaires étrangères du Gabon

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Contre-productif"

En savoir plus

SUR LE NET

Les initiatives réclamant la paix à Gaza se multiplient

En savoir plus

SUR LE NET

"Tor", nouvelle cible de la NSA

En savoir plus

SUR LE NET

Un selfie pris à Auschwitz scandalise la Toile

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 25 juillet (partie 2)

En savoir plus

  • Reprise des bombardements à Gaza, l'espoir d'une trêve s'éloigne

    En savoir plus

  • La France prête à accueillir les chrétiens persécutés en Irak

    En savoir plus

  • Transferts : l'attaquant français Antoine Griezmann signe à l'Atletico

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : Paris et Alger sous le feu des critiques

    En savoir plus

  • Gilles Kepel : "Plus Israël réplique, plus le Hamas remporte une victoire politique"

    En savoir plus

  • Un Français soupçonné de recruter des djihadistes arrêté au Maroc

    En savoir plus

  • Photos à l'appui, Washington accuse Moscou de bombarder l'Ukraine

    En savoir plus

  • Vol d'Air Algérie : les boîtes noires arrivées en France, le pays en deuil

    En savoir plus

  • Sous le choc, Sloviansk découvre sa première fosse commune

    En savoir plus

  • Vol MH17 : l’arrivée des experts de nouveau repoussée en raison des combats

    En savoir plus

  • 28 juillet 1914 : l'empire des Habsbourg signe son arrêt de mort

    En savoir plus

  • Ebola : après le Nigeria, un cas mortel confirmé à Freetown, au Sierra Leone

    En savoir plus

  • Jean Ping, ancien ministre des Affaires étrangères du Gabon

    En savoir plus

  • La France demande à ses ressortissants de quitter la Libye

    En savoir plus

  • Tour de France : le requin Nibali s'offre un premier sacre

    En savoir plus

  • Boko Haram kidnappe la femme du vice-Premier ministre camerounais

    En savoir plus

  • MH 17 : des combats autour du site du crash bloquent les enquêteurs

    En savoir plus

  • L'épave du Costa Concordia arrive dans le port de Gênes

    En savoir plus

Amériques

"Shutdown" : des familles de soldats américains privées d'argent pour les funérailles

© AFP

Vidéo par Florence GAILLARD

Texte par Stéphanie TROUILLARD

Dernière modification : 15/10/2013

En raison de la paralysie budgétaire qui frappe les États-Unis, des familles de soldats tués en Afghanistan n'ont pas reçu d'indemnisation pour les funérailles. Le Pentagone a fait appel à une fondation privée pour verser normalement cette aide.

Le secrétaire d’Etat américain à la Défense ne se déplace qu'occasionnellement sur la base de Dover aux États-Unis pour accueillir les dépouilles des combattants tombés au combat. Chuck Hagel était pourtant bien là mercredi 9 octobre pour saluer à la sortie de l’avion les cercueils de quatre soldats et un marine tués la semaine dernière en Afghanistan. Le chef du Pentagone a voulu marquer sa solidarité avec les familles de ces militaires qui ont appris qu’elles ne seraient pas indemnisées pour leur perte en raison de l’impasse budgétaire qui frappe le pays depuis le 1er octobre.

La une du 9 octobre du Daily News sur les conséquences du shutdown pour les funérailles des soldats

"J’ai honte et je suis scandalisé de voir que la paralysie budgétaire a empêché le département de la Défense de remplir cette responsabilité des plus importantes en un temps décent", a ainsi déploré Chuck Hagel dans un communiqué.

Les familles de soldats tués en mission reçoivent normalement dans les trois jours 100 000 dollars, des facilités de logement ainsi que des frais pour payer les funérailles. Mais faute d'un accord sur le budget au Congrès entre démocrates et républicains à l'origine du "shutdown", ces fonds ont été suspendus depuis le 1er octobre dernier. Le président américain avait bien promulgué le 30 septembre une loi assurant le versement des salaires des militaires, même en cas de paralysie de l’Etat fédéral, mais ce texte n’inclut pas les indemnisations versées aux proches des militaires morts au combat.

Le désarroi des familles

Meurtries par la disparition de leur père, leur frère ou leur mari, les familles de soldats doivent aussi faire face désormais aux difficultés financières. "C’est rageant car mon époux est mort pour son pays, et maintenant on laisse sa famille dans l’inquiétude. Il me disait pourtant toujours que si quelque chose lui arrivait, on s’occuperait de nous", a ainsi témoigné sur NBC Ashley Peters, la femme de Joseph M. Peters, tué dimanche 6 octobre au cours d’une attaque dans la province de Kandahar.

Le père du jeune soldat Cody Patterson, mort au cours de ce même combat, s’est lui aussi emporté contre cette paralysie budgétaire qui frappe de plein fouet les familles. "Si les membres du Congrès étaient coincés dans une voiture qui coulerait dans une rivière, je nagerai jusqu’à la vitre et leur dirai en les regardant droit dans les yeux : 'Vous pouvez vous noyer'", s’est emporté Randall Patterson sur la chaîne américaine.

Un reportage de CBS News sur la famille du soldat Jennifer Moreno tuée en Afghanistan (en anglais)

"J’ai honte"

Le désarroi de ces familles a touché de nombreux membres du Congrès qui se sont empressés de dénoncer ce blocage. Le sénateur démocrate Harry Reid a ainsi déclaré qu’il s’agissait d’une situation "honteuse et embarrassante" et que l’Amérique "laissait tomber les familles de ses héros". Même son homologue républicain John McCain a fait part de sa colère en pleine session : "Je suis honteux et vous devriez tous l’être !"

La chambre des Représentants a finalement adopté à l’unanimité mercredi une loi en faveur du rétablissement de ces indemnités, mais ce vote nécessite ensuite l’accord du Sénat et du président Barack Obama. En attendant une issue à ce blocage politique et pour éviter tout scandale, l’administration Obama a décidé d’accélérer les choses en faisant appel à une fondation privée, La Fisher House Foundation, qui vient en aide aux anciens combattants. Cet organisme a accepté de verser de l’argent aux familles concernées et sera remboursé quand un nouveau budget aura été voté.

Malgré cette mesure, la polémique risque de s’aggraver dans les prochaines semaines. Comme l’explique le Washington Post, le secrétaire d'État aux Anciens combattants a en effet prévenu que si le blocage budgétaire se poursuit, près de 3,8 millions de vétérans ne vont pas toucher leurs pensions au mois de novembre.

Première publication : 10/10/2013

  • ÉTATS-UNIS

    Shutdown : les républicains proposent un geste d'apaisement

    En savoir plus

  • "Shutdown" : Washington au bord de l’asphyxie financière

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Obama : "la réputation des États-Unis souffre du 'shutdown'"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)