Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Bitcoin, une révolution monétaire?

En savoir plus

SUR LE NET

Nigeria : les internautes mobilisés contre les violences

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sur les traces d'Agatha Christie : l'Orient Express fait escale à Paris

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Mansouria Mokhefi, spécialiste de l’Algérie

En savoir plus

DÉBAT

L'Algérie d'aujourd'hui : économie, sécurité... le pays inquiet (partie 1)

En savoir plus

DÉBAT

L'Algérie d'aujourd'hui : économie, sécurité... le pays inquiet (partie 2)

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Après le 17, le 18"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

France : les prestations sociales gelées jusqu'en octobre 2015

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Après moi, le déluge"

En savoir plus

  • En direct : 23,25 % de participation en Algérie à 14 heures

    En savoir plus

  • En images : un condamné à mort iranien gracié par la mère de sa victime

    En savoir plus

  • Crise ukrainienne : Poutine s'adresse aux Russes, les diplomates réunis à Genève

    En savoir plus

  • Le 67e Festival de Cannes signe le retour de Jean-Luc Godard

    En savoir plus

  • Nigeria : confusion autour du sort des 129 lycéennes enlevées par des islamistes

    En savoir plus

  • La justice sénégalaise décide du maintien de Karim Wade en détention

    En savoir plus

  • En images : mince espoir de retrouver des survivants du ferry en Corée du Sud

    En savoir plus

  • Étape cruciale des élections législatives en Inde

    En savoir plus

  • Coupe du Roi : le Real Madrid enfonce le FC Barcelone

    En savoir plus

  • Jacques Servier, le père du Mediator, est décédé

    En savoir plus

  • Vidéo : les Algérois partagés entre fatalisme et peur de l’avenir

    En savoir plus

  • RD Congo : qui en veut au directeur du parc des Virunga, blessé par balles ?

    En savoir plus

  • Transfert d'argent : l'Afrique perd près de 2 milliards de dollars par an

    En savoir plus

  • Daniel Cohn-Bendit fait ses adieux au Parlement européen

    En savoir plus

  • Economies : Valls demande aux fonctionnaires de "participer à l'effort commun"

    En savoir plus

  • L'aviation jordanienne détruit plusieurs véhicules blindés venant de Syrie

    En savoir plus

  • Crimes de guerre en Syrie : la France veut faire saisir la CPI

    En savoir plus

  • Anelka affirme ne pas avoir accepté l’offre du club brésilien

    En savoir plus

Amériques

"Shutdown" : des familles de soldats américains privées d'argent pour les funérailles

© AFP

Vidéo par Florence GAILLARD

Texte par Stéphanie TROUILLARD

Dernière modification : 15/10/2013

En raison de la paralysie budgétaire qui frappe les États-Unis, des familles de soldats tués en Afghanistan n'ont pas reçu d'indemnisation pour les funérailles. Le Pentagone a fait appel à une fondation privée pour verser normalement cette aide.

Le secrétaire d’Etat américain à la Défense ne se déplace qu'occasionnellement sur la base de Dover aux États-Unis pour accueillir les dépouilles des combattants tombés au combat. Chuck Hagel était pourtant bien là mercredi 9 octobre pour saluer à la sortie de l’avion les cercueils de quatre soldats et un marine tués la semaine dernière en Afghanistan. Le chef du Pentagone a voulu marquer sa solidarité avec les familles de ces militaires qui ont appris qu’elles ne seraient pas indemnisées pour leur perte en raison de l’impasse budgétaire qui frappe le pays depuis le 1er octobre.

La une du 9 octobre du Daily News sur les conséquences du shutdown pour les funérailles des soldats

"J’ai honte et je suis scandalisé de voir que la paralysie budgétaire a empêché le département de la Défense de remplir cette responsabilité des plus importantes en un temps décent", a ainsi déploré Chuck Hagel dans un communiqué.

Les familles de soldats tués en mission reçoivent normalement dans les trois jours 100 000 dollars, des facilités de logement ainsi que des frais pour payer les funérailles. Mais faute d'un accord sur le budget au Congrès entre démocrates et républicains à l'origine du "shutdown", ces fonds ont été suspendus depuis le 1er octobre dernier. Le président américain avait bien promulgué le 30 septembre une loi assurant le versement des salaires des militaires, même en cas de paralysie de l’Etat fédéral, mais ce texte n’inclut pas les indemnisations versées aux proches des militaires morts au combat.

Le désarroi des familles

Meurtries par la disparition de leur père, leur frère ou leur mari, les familles de soldats doivent aussi faire face désormais aux difficultés financières. "C’est rageant car mon époux est mort pour son pays, et maintenant on laisse sa famille dans l’inquiétude. Il me disait pourtant toujours que si quelque chose lui arrivait, on s’occuperait de nous", a ainsi témoigné sur NBC Ashley Peters, la femme de Joseph M. Peters, tué dimanche 6 octobre au cours d’une attaque dans la province de Kandahar.

Le père du jeune soldat Cody Patterson, mort au cours de ce même combat, s’est lui aussi emporté contre cette paralysie budgétaire qui frappe de plein fouet les familles. "Si les membres du Congrès étaient coincés dans une voiture qui coulerait dans une rivière, je nagerai jusqu’à la vitre et leur dirai en les regardant droit dans les yeux : 'Vous pouvez vous noyer'", s’est emporté Randall Patterson sur la chaîne américaine.

Un reportage de CBS News sur la famille du soldat Jennifer Moreno tuée en Afghanistan (en anglais)

"J’ai honte"

Le désarroi de ces familles a touché de nombreux membres du Congrès qui se sont empressés de dénoncer ce blocage. Le sénateur démocrate Harry Reid a ainsi déclaré qu’il s’agissait d’une situation "honteuse et embarrassante" et que l’Amérique "laissait tomber les familles de ses héros". Même son homologue républicain John McCain a fait part de sa colère en pleine session : "Je suis honteux et vous devriez tous l’être !"

La chambre des Représentants a finalement adopté à l’unanimité mercredi une loi en faveur du rétablissement de ces indemnités, mais ce vote nécessite ensuite l’accord du Sénat et du président Barack Obama. En attendant une issue à ce blocage politique et pour éviter tout scandale, l’administration Obama a décidé d’accélérer les choses en faisant appel à une fondation privée, La Fisher House Foundation, qui vient en aide aux anciens combattants. Cet organisme a accepté de verser de l’argent aux familles concernées et sera remboursé quand un nouveau budget aura été voté.

Malgré cette mesure, la polémique risque de s’aggraver dans les prochaines semaines. Comme l’explique le Washington Post, le secrétaire d'État aux Anciens combattants a en effet prévenu que si le blocage budgétaire se poursuit, près de 3,8 millions de vétérans ne vont pas toucher leurs pensions au mois de novembre.

Première publication : 10/10/2013

  • ÉTATS-UNIS

    Shutdown : les républicains proposent un geste d'apaisement

    En savoir plus

  • "Shutdown" : Washington au bord de l’asphyxie financière

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Obama : "la réputation des États-Unis souffre du 'shutdown'"

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)