Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Yémen : couvre-feu à Sanaa, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Nigeria : assaut mortelle de Boko Haram à Mainok, dans le nord du pays

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France battue par le Brésil en demi-finales

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : la PAF interpelle deux adolescentes à Marseille

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison Blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

Amériques

"Shutdown" : des familles de soldats américains privées d'argent pour les funérailles

© AFP

Vidéo par Florence GAILLARD

Texte par Stéphanie TROUILLARD

Dernière modification : 15/10/2013

En raison de la paralysie budgétaire qui frappe les États-Unis, des familles de soldats tués en Afghanistan n'ont pas reçu d'indemnisation pour les funérailles. Le Pentagone a fait appel à une fondation privée pour verser normalement cette aide.

Le secrétaire d’Etat américain à la Défense ne se déplace qu'occasionnellement sur la base de Dover aux États-Unis pour accueillir les dépouilles des combattants tombés au combat. Chuck Hagel était pourtant bien là mercredi 9 octobre pour saluer à la sortie de l’avion les cercueils de quatre soldats et un marine tués la semaine dernière en Afghanistan. Le chef du Pentagone a voulu marquer sa solidarité avec les familles de ces militaires qui ont appris qu’elles ne seraient pas indemnisées pour leur perte en raison de l’impasse budgétaire qui frappe le pays depuis le 1er octobre.

La une du 9 octobre du Daily News sur les conséquences du shutdown pour les funérailles des soldats

"J’ai honte et je suis scandalisé de voir que la paralysie budgétaire a empêché le département de la Défense de remplir cette responsabilité des plus importantes en un temps décent", a ainsi déploré Chuck Hagel dans un communiqué.

Les familles de soldats tués en mission reçoivent normalement dans les trois jours 100 000 dollars, des facilités de logement ainsi que des frais pour payer les funérailles. Mais faute d'un accord sur le budget au Congrès entre démocrates et républicains à l'origine du "shutdown", ces fonds ont été suspendus depuis le 1er octobre dernier. Le président américain avait bien promulgué le 30 septembre une loi assurant le versement des salaires des militaires, même en cas de paralysie de l’Etat fédéral, mais ce texte n’inclut pas les indemnisations versées aux proches des militaires morts au combat.

Le désarroi des familles

Meurtries par la disparition de leur père, leur frère ou leur mari, les familles de soldats doivent aussi faire face désormais aux difficultés financières. "C’est rageant car mon époux est mort pour son pays, et maintenant on laisse sa famille dans l’inquiétude. Il me disait pourtant toujours que si quelque chose lui arrivait, on s’occuperait de nous", a ainsi témoigné sur NBC Ashley Peters, la femme de Joseph M. Peters, tué dimanche 6 octobre au cours d’une attaque dans la province de Kandahar.

Le père du jeune soldat Cody Patterson, mort au cours de ce même combat, s’est lui aussi emporté contre cette paralysie budgétaire qui frappe de plein fouet les familles. "Si les membres du Congrès étaient coincés dans une voiture qui coulerait dans une rivière, je nagerai jusqu’à la vitre et leur dirai en les regardant droit dans les yeux : 'Vous pouvez vous noyer'", s’est emporté Randall Patterson sur la chaîne américaine.

Un reportage de CBS News sur la famille du soldat Jennifer Moreno tuée en Afghanistan (en anglais)

"J’ai honte"

Le désarroi de ces familles a touché de nombreux membres du Congrès qui se sont empressés de dénoncer ce blocage. Le sénateur démocrate Harry Reid a ainsi déclaré qu’il s’agissait d’une situation "honteuse et embarrassante" et que l’Amérique "laissait tomber les familles de ses héros". Même son homologue républicain John McCain a fait part de sa colère en pleine session : "Je suis honteux et vous devriez tous l’être !"

La chambre des Représentants a finalement adopté à l’unanimité mercredi une loi en faveur du rétablissement de ces indemnités, mais ce vote nécessite ensuite l’accord du Sénat et du président Barack Obama. En attendant une issue à ce blocage politique et pour éviter tout scandale, l’administration Obama a décidé d’accélérer les choses en faisant appel à une fondation privée, La Fisher House Foundation, qui vient en aide aux anciens combattants. Cet organisme a accepté de verser de l’argent aux familles concernées et sera remboursé quand un nouveau budget aura été voté.

Malgré cette mesure, la polémique risque de s’aggraver dans les prochaines semaines. Comme l’explique le Washington Post, le secrétaire d'État aux Anciens combattants a en effet prévenu que si le blocage budgétaire se poursuit, près de 3,8 millions de vétérans ne vont pas toucher leurs pensions au mois de novembre.

Première publication : 10/10/2013

  • ÉTATS-UNIS

    Shutdown : les républicains proposent un geste d'apaisement

    En savoir plus

  • "Shutdown" : Washington au bord de l’asphyxie financière

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Obama : "la réputation des États-Unis souffre du 'shutdown'"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)