Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Blackout médiatique contre l'État islamique

En savoir plus

DÉBAT

Rentrée économique en France : croissance, inflation... Tableau noir pour l'exécutif?

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Hamas : accord impossible?

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile divisée à propos de Darren Wilson

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Adèle Haenel, nouveau visage du cinéma français

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : le Cameroun ferme ses frontières avec le Nigeria

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Moins d'un Français sur deux est imposable

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Vers une police sous surveillance ?

En savoir plus

DÉBAT

Syrie, la guerre oubliée

En savoir plus

  • Ukraine : "C’est le début de la Troisième Guerre mondiale"

    En savoir plus

  • Gaza : pourquoi les négociations sur un cessez-le-feu permanent sont un cauchemar ?

    En savoir plus

  • Libération de Paris : où étaient les combattants noirs de la 2e DB ?

    En savoir plus

  • Ce qu'il faut retenir de la vidéo de la décapitation de James Foley par l'EI

    En savoir plus

  • Netanyahou compare le Hamas aux jihadistes de l'État islamique

    En savoir plus

  • Fabius veut coordonner avec l'Iran la lutte contre l'État islamique

    En savoir plus

  • Darius, ce jeune Rom lynché en juin et SDF en août

    En savoir plus

  • Heurts à Bangui entre soldats français et individus armés

    En savoir plus

  • Vidéo : après une nuit plus calme, la situation reste tendue à Ferguson

    En savoir plus

  • Hollande : "La situation internationale est la plus grave depuis 2001"

    En savoir plus

  • Gaza : la trêve une nouvelle fois rompue, Israël vise un chef du Hamas

    En savoir plus

  • La Fifa interdit au FC Barcelone de recruter

    En savoir plus

  • Au bord de l'éruption, le volcan islandais Bardarbunga menace le trafic aérien

    En savoir plus

  • Quand l’Égypte sermonne Washington sur les émeutes de Ferguson

    En savoir plus

  • Reportage : les combattants kurdes reprennent le barrage de Mossoul

    En savoir plus

Amériques

États-Unis : le "shutdown" fait le bonheur et le malheur des Indiens d'Amérique

© Archives - AFP

Texte par Stéphanie TROUILLARD

Dernière modification : 12/10/2013

En raison de la paralysie budgétaire qui frappe les États-Unis, les réserves indiennes profitent d'un afflux de touristes car les musées nationaux sont fermés. Les tribus sont toutefois durement touchées, faute de fonds pour les programmes sociaux.

En raison de la paralysie budgétaire, qui frappe les États-Unis, les réserves indiennes profitent d'un afflux de touristes car les musées nationaux sont fermés. Les tribus sont toutefois durement touchées, faute de fonds pour les programmes sociaux.

Depuis le début de l’impasse budgétaire, le 1er octobre, les réserves indiennes ne désemplissent plus. Alors que les parcs nationaux qui dépendent de l’État fédéral américain sont fermés, les Amérindiens continuent d'accueillir les touristes.

Un record d'affluence

Comme le rapporte la radio publique NPR à travers un reportage, les visiteurs qui ne peuvent plus accéder au parc national du Grand Canyon, "peuvent toutefois admirer la vue sur la partie ouest du site, détenue par la tribu des Hualapai" ou "se rendre sur les terres des Navajos situées du côté est" de ce site touristique, mondialement connu.

Le vice-président de la tribu des Havasupai (les seuls habitants vivant en permanence dans le Grand Canyon) se réjouit de ce record d’affluence. Selon, Matthew Putesoyse "il y a quatre fois plus de visiteurs qu’à l’ordinaire à cette saison". "Le tourisme est l’épine dorsale de notre tribu. Nous n’avons pas vraiment d’autres activités", précise-t-il.

Le responsable du poste de traite d’Antelope Canyon est lui aussi particulièrement ravi de la situation. Ses guides n’en finissent plus de faire explorer la région aux touristes venus du monde entier : "nous recevons tous une petite part du morceau, et nous serons bien nourris avant l’hiver."

Des coupes dans les aides sociales

Ces communautés du nord de l’Arizona profitent donc économiquement du désaccord sur le budget au Congrès entre démocrates et républicains, à l'origine du "shutdown", mais pour d’autres tribus voisines, la situation est beaucoup plus délicate.

Le quotidien "USA Today" explique que "22 communautés amérindiennes d’Arizona dépendent fortement de l’argent fédéral pour permettre à leurs quelque 200 000 membres d’accéder à l’éducation, aux services de santé et de sécurité, ainsi qu'aux logements".

Le sénateur républicain d’origine Navajo, Albert Hale, s’inquiète de la situation : "le gouvernement fédéral est tellement présent dans les réserves indiennes, que la moindre coupe budgétaire aura un énorme impact".

Dans les autres réserves du pays, les prochaines semaines s’annoncent tout aussi difficiles. Interrogé par Associated Press, le Bureau national des affaires indiennes, qui aide plus de 1,7 million d’Amérindiens, regroupés dans plus de 500 communautés, explique que "les services essentiels comme la justice, les pompiers et quelques services sociaux vont continuer, mais que d’autres programmes comme les foyers pour enfants ou adultes ou les assistances financières pour les pauvres seront touchés".

Pour le Congrès national des Amérindiens et des chefs de tribus, les conséquences du "shutdown" montrent finalement à quel point "ils sont vulnérables par rapport au budget fédéral". "Notre destinée est en quelque sorte entre les mains de quelqu’un d’autre", souligne le porte parole de la tribu des Chippewa Cree, Larry Denny.

Première publication : 11/10/2013

  • ÉTATS-UNIS

    Shutdown : les républicains proposent un geste d'apaisement

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    "Shutdown" : des familles de soldats américains privées d'argent pour les funérailles

    En savoir plus

  • "Shutdown" : Washington au bord de l’asphyxie financière

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)