Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le projet de nouvelle Constitution adopté en Conseil des ministres en Côte d'Ivoire

En savoir plus

FOCUS

La France va-t-elle rendre à Alger les crânes d’Algériens du XIXème siècle ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Les 7 mercenaires", il était une deuxième fois dans l’Ouest

En savoir plus

FACE À FACE

Les révélations de Buisson, nouveau coup dur pour Sarkozy ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Opep : le bras de fer entre l'Arabie saoudite et l'Iran continue

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Shimon Peres, ou la bataille "domquichottesque" pour la paix"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Nicolas Sarkozy, ses amis, ses affaires, ses emmerdes"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Investiture d'Ali Bongo au Gabon , l'opposition dénonce un "coup d'Etat électoral"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Débat Trump vs Clinton : les réactions sur la Toile

En savoir plus

Afrique

Pour FRANCE 24, le Premier ministre libyen revient sur sa "prise en otage"

© AFP | Photo d'archive d'Ali Zeidan, Premier ministre libyen

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 11/10/2013

Quelques heures après son bref enlèvement par un groupe d'ex-rebelles, le Premier ministre libyen Ali Zeidan s'est exprimé sur FRANCE 24. Il assure que ses ravisseurs ont pour projet de renverser le gouvernement.

Le ton est plus sec, les propos plus accusateurs. Quelques heures après avoir joué l'apaisement, le Premier ministre libyen Ali Zeidan, enlevé pendant six heures par un groupe d'ex-rebelles à Tripoli, a dénoncé sur l'antenne de FRANCE 24 un véritable agenda politique derrière sa capture.

"C’est un parti politique qui veut déstabiliser le gouvernement actuel, précipiter sa chute par tous les moyens, a déclaré le Premier ministre libyen Ali Zeidan. "Pour avoir parlé avec ceux qui m’ont pris en otage, j’ai compris les raisons de mon enlèvement. Ils veulent destituer le gouvernement par la force ou par la voie démocratique. Dans les jours qui viennent, je donnerai plus d’informations sur ce parti politique qui a organisé mon enlèvement", a-t-il insisté.

Âgé d'une soixantaine d'années, Ali Zeidan, avait été enlevé à l'aube, jeudi 10 octobre, à l'hôtel Corinthia, l'un des lieux les mieux protégés de la capitale, où il réside comme de nombreux hauts fonctionnaires et diplomates.

Peu après sa libération, le Premier ministre avait pourtant appelé à l'apaisement. "J'espère que ce problème (mon enlèvement, ndlr) sera réglé avec raison et sagesse", en évitant "l'escalade", avait-il déclaré lors d'une allocution retransmise à la télévision.

Les milices au-dessus des lois

Depuis la chute de Kadhafi en octobre 2011, les autorités de transition peinent à contrôler les groupes d'ex-rebelles ayant combattu l'ancien régime.

Aguerries par leurs combats contre les forces du dictateur déchu, lourdement armées et empreintes d'un sentiment de légitimité et d'impunité selon les observateurs, ces milices sont montées en puissance, refusant obstinément de déposer les armes.

Première publication : 11/10/2013

  • LIBYE

    Libéré, le Premier ministre libyen Ali Zeidan joue l'apaisement

    En savoir plus

  • LIBYE

    Le Premier ministre libyen Ali Zeidan a été enlevé par des hommes armés

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)