Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Croissance : l'Insee prévoit embellie en 2015

En savoir plus

DÉBAT

Rapprochement États-Unis - Cuba : la fin du castrisme ?

En savoir plus

DÉBAT

Russie : Poutine sous pression en pleine crise du rouble

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Albert Ebossé : Une contre autopsie du joueur camerounais conclut à un assassinat

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Russie: il ne faut pas pas vendre la peau de l'ours

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Retour à la terre, avec le paysan-philosophe Pierre Rabhi

En savoir plus

POLITIQUE

France : "La principale opposition au gouvernement, c’est le groupe socialiste !"

En savoir plus

POLITIQUE

France : "On est dans une séquence du quinquennat très difficile"

En savoir plus

FOCUS

Journée internationale des migrants : l'Italie confrontée à de plus en plus d'enfants

En savoir plus

EUROPE

Le Nobel de la paix à l'OIAC salué, même par les Taliban

© AFP

Vidéo par Pauline PACCARD

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 11/10/2013

La communauté internationale a salué, vendredi, l'attribution du prestigieux prix Nobel de la Paix 2013 à l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC), chargée de superviser le démantèlement de l'arsenal chimique syrien.

Les réactions internationales se multiplient depuis l'attribution, vendredi 11 octobre, du prix Nobel de la paix à l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC). Cette récompense est notamment saluée par les puissances occidentales, car elle met en lumière le périlleux travail de l’OIAC en Syrie. 
 
Cette récompense conforte en outre le processus de démantèlement de l'arsenal chimique syrien, conformément à une résolution du Conseil de sécurité de l'ONU. Ainsi, le président François Hollande a estimé que ce prix était une "consécration" pour la France.
 
"Le prix Nobel vient donner une consécration à tout ce que la France, pas seulement la France, a engagé depuis plusieurs semaines pour dénoncer l'utilisation des armes chimiques, et les éliminer dans un proche avenir", a déclaré le chef de l'État lors d'une visite d'entreprise à Nanterre. Le président français a assuré que Paris "soutient pleinement l'OIAC dans sa mission essentielle de destruction de l'arsenal syrien". La France "apportera tout son appui à son action, et à la promotion de la coopération internationale dans le domaine de l'utilisation pacifique de la chimie".
 
 "Une mission essentielle"
 
Côté américain, le secrétaire d'État John Kerry s'est félicité de cette décision, saluant la "mission essentielle" menée par l'organisation en Syrie, pour y éliminer les armes chimiques. "Le monde n'oubliera jamais la mort de plus de mille innocents syriens, tués dans une attaque insensée avec des armes chimiques le 21 août", a insisté John Kerry dans un communiqué.
 
L'attribution du prix Nobel de la paix à l'OIAC rappelle le danger de ce type d'armes, a estimé de son côté le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon. "Cette récompense arrive presque 100 ans après la première attaque à l'arme chimique, et 50 jours après une révoltante utilisation de ces armes en Syrie. Loin d'être des vestiges du passé, les armes chimiques restent un danger évident, et toujours présent", a-t-il déclaré dans un communiqué.
 
Cette récompense a même fait réagir au Pakistan, où les Taliban pakistanais "se réjouissent" que la jeune militante pour le droit à l'éducation des femmes, Malala Yousafzaï, n'ait pas obtenu le prix Nobel de la paix, a affirmé vendredi leur porte-parole. La veille, ils avaient dénoncé l'attribution du prix Sakharov du Parlement européen à la jeune fille de Swat, qu’ils avaient tenté d’assassiner, en l'accusant de "travailler contre l'Islam

Avec dépêches

Première publication : 11/10/2013

  • PAKISTAN

    Prix Nobel de la paix : les Taliban "se réjouissent" de l'échec de Malala

    En savoir plus

  • DROITS DE L'HOMME

    L'adolescente pakistanaise Malala Yousafzaï lauréate du Prix Sakharov

    En savoir plus

  • SYRIE

    Armes chimiques : selon les experts, la Syrie se montre coopérative

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)