Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Données personnelles : les pratiques des géants du Net dénoncées

En savoir plus

SUR LE NET

Hommages aux victimes du naufrage en Corée du sud

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Abdelaziz Bouteflika réélu pour un quatrième mandat

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Aquilino Morelle : Un "caillou" dans la chaussure de François Hollande

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Crise ukrainienne : vers une nouvelle guerre du gaz ?

En savoir plus

#ActuElles

Carrière envers et contre tout ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

50 milliards d'économies : un plan d'austérité qui ne dit pas son nom ?

En savoir plus

  • La prise d'otages, "monnaie d'échange" pour les djihadistes en Syrie

    En savoir plus

  • Ukraine : fusillade à Sloviansk, les séparatistes demandent l'aide de Moscou

    En savoir plus

  • Les héritiers de Renault ne désespèrent pas de revoir quelques milliards

    En savoir plus

  • Kabylie : affrontements entre manifestants et forces de l'ordre à Tizi Ouzou

    En savoir plus

  • Tournoi de Monte-Carlo : Wawrinka bat Federer en finale

    En savoir plus

  • Bientôt Pâques sans chocolat ?

    En savoir plus

  • Bachar al-Assad se rend dans la ville chrétienne de Maaloula pour la fête de Pâques

    En savoir plus

  • De retour en France, les ex-otages évoquent des conditions de détention "rudes"

    En savoir plus

  • Algérie : 14 soldats tués dans une embuscade en Kabylie

    En savoir plus

  • Vidéo : pour RSF, la Syrie ne doit pas devenir "un trou noir" de l’information

    En savoir plus

  • Grand Prix de Chine : Hamilton et Rosberg offrent un nouveau doublé à Mercedes

    En savoir plus

  • Grande Guerre : les animaux, ces grands oubliés des tranchées

    En savoir plus

  • Le Paris Saint-Germain se console avec la Coupe de la Ligue

    En savoir plus

  • "Nous avons traversé la frontière à tête découverte, les mains dans les poches"

    En savoir plus

  • En images : les célébrations de Pâques dans le monde

    En savoir plus

  • Corée du Sud : une vingtaine de corps repêchés du ferry naufragé

    En savoir plus

  • En images : Rencontres internationales de cerfs-volants à Berck-sur-Mer

    En savoir plus

  • Reportage interactif : Cambodge, les sacrifiés du sucre

    En savoir plus

FRANCE

À la recherche des salafistes de Brignoles (2/3)

© Sarah Leduc

Texte par Sarah LEDUC

Dernière modification : 13/10/2013

En votant pour le Front national (FN), arrivé en tête du premier tour des élections cantonales partielles du 6 octobre, certains électeurs cherchent à se prémunir contre une "menace salafiste". Deuxième épisode de notre série à Brignoles.

Résultats du premier tour de la cantonale

Abstention : 67,6%
Laurent Lopez (FN) : 40,4%
Catherine Delzers (UMP) : 20,8%
Laurent Carratala (PC) : 14,6%
Jean-Paul Dispard (Parti de la France) : 9,1%
Magda Igyarto-Arnoult (EELV) : 8,9%

"Vous vous rendez compte, il y a une boutique de niqab à Brignoles… En  Provence, on aura tout vu !" Même si la boutique en question a fermé, Michel ne s’en remet pas. En parlant de "niqab", il n’est pas sûr que ce Brignolais retraité ait vraiment eu en tête le voile islamique, qui ne laisse apparaître que les yeux des femmes. Une tenue quasiment invisible dans les rues de Brignoles, petite ville du sud de la France. Selon le maire de la ville, Claude Gilardo, seules deux femmes portant le niqab ont été aperçues. Mais en cette période électorale, les fantasmes ont la dent dure.

Le Front national, qui a remporté le premier tour des élections cantonales partielles du 6 octobre, a mis une sourdine sur l’islamisation de la France. À Brignoles, les militants frontistes policent leur langage, et demandent l’autorisation de parler au chef, Laurent Lopez, arrivé en tête du premier tour de la cantonale partielle du 6 octobre. Les troupes sont bien cadrées ; les sympathisants moins.
 
"Lavée à l’Omo dans l’oued"
 
Un couple de personnes âgées ralentit le pas devant les drapeaux tricolores du petit local frontiste installé dans le centre-ville. "Merci !", lance l’homme au petit groupe de militantes, qui distribuent sourires et amabilités sans compter. "J’ai l’impression de ne plus être en France… avec tous ces salafistes…", reprend-il. "Parce qu’il y a des salafistes à Brignoles ?", demande-t-on surpris ? "Vous savez, ceux là, avec la barbe et la tunique blanche, lavée à l’Omo dans l’oued !" Il est le seul à en rire. Silence de Nathalie Monnot, suppléante du candidat FN. "C’est juste ce que pensent les gens, hein…", tient-elle à préciser.
 
Vérifions donc ce que pensent "ces gens". Mohammed Rgoud, imam de l’une des deux mosquées de Brignoles, sort justement de sa salle de prière, qui accueille régulièrement une centaine de fidèles. Il porte la barbe bien brossée, mais pas la "tunique" : il n’a qu’un banal pantacourt et un gilet zippé jusqu’au menton. Fervent défenseur de la laïcité, cet immigré algérien, qui a pris la nationalité française, refuse d’afficher ses convictions religieuses en public.
 
Quand on l’interroge sur l’éventuelle présence de salafistes à Brignoles, il hausse les sourcils, las. Il ne supporte plus de voir tous les projecteurs se braquer sur le FN et sur les fantasmes de certains de ses électeurs : "Vous leur faites de la publicité. Les gens ne sont pas sortis de chez eux pour aller voter, et ils récoltent ce qu’ils sèment. C’est tout ! Je suis musulman français, je vis à Brignoles depuis 42 ans, et je n’ai jamais eu de problème", assure-t-il. "Non, ici les gens ne sont pas vraiment Front national."
 
"C’est vous à la télé qui montrez tout le temps des terroristes !"
 
Des salafistes ? Voyons l’autre mosquée, qui sera peut-être plus prometteuse. "Si vous ne la trouvez pas, demandez à un jeune barbu…Vous verrez, ceux-là ne vous serviront pas le même discours, ils sont plus jeunes, plus radicaux !", nous avait prévenu une collaboratrice du maire. Sans guide, trouver la deuxième mosquée est en effet une gageure. Personne n’a l’air de connaître la rue Saint-Joseph, où elle est installée. "Vous cherchez le couvent ?", s’enquiert une vieille dame. "Non, la mosquée !" "Ah… Je ne connais pas... Pourtant je vis ici depuis 50 ans…"
 
La mosquée de l’Unicité se dévoile finalement au hasard d’une ruelle sinueuse, dans les hauteurs de la vieille ville. On n’y trouve qu’un abstentionniste, qui repeint la façade de la petite salle de prière, accueillant quotidiennement une vingtaine de personnes. Lui aussi a une barbe. Lui non plus ne porte pas de djellaba. Rapidement, il se met à poser les questions : "qu’est ce que vous pensez de ceux qui se font sauter ? Je vous le dis, ils n’ont rien compris à l’islam !" Pour les salafistes, on repassera…
 
Le jeune homme de 27 ans, qui préfère garder l’anonymat, a passé sa vie à Brignoles, et, selon lui, la peur de l’islam est moins le fait de la présence de musulmans dans la ville, que la faute des médias. "C’est vous, à la télé, qui montrez tout le temps des terroristes !" Le score du FN, il en a vaguement entendu parler, et cela ne le surprend ni ne l’effraie. "Mon voisin m’a dit ce matin qu’il avait voté FN ! On se dit bonjour tous les jours ! Alors vous voyez, il est pas vraiment raciste... " Il n'ira pas non plus voter dimanche prochain.
 
Et nous ne saurons donc pas s'il y a ou non des salafistes à Brignoles. 

Première publication : 11/10/2013

  • REPORTAGE

    À Brignoles, le lepénisme prend l'accent de Pagnol (1/3)

    En savoir plus

  • POLITIQUE

    Le FN premier parti de France, selon un sondage du "Nouvel Observateur"

    En savoir plus

  • FRANCE

    Cantonale de Brignoles : l'extrême droite rafle près de 50% des voix, la gauche éliminée

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)