Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Berlusconi condamné à rester avec des gens de son âge"

En savoir plus

DÉBAT

Nigeria : un "colosse" économique face au défi sécuritaire (partie 1)

En savoir plus

DÉBAT

Nigeria : un "colosse" économique face au défi sécuritaire (partie 2)

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le Nigeria face à Boko Haram

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ali Benflis répond aux attaques d’Abdelaziz Bouteflika

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Chine : la croissance ralentit à 7,4% au premier trimestre

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Dans l'ombre de Bouteflika"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Booty Looting", un pillage chorégraphié de Wim Vandekeybus

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Bras de fer entre Washington et Téhéran autour d’un ambassadeur

En savoir plus

  • En direct : démonstration de force des pro-Russes dans l'est de l'Ukraine

    En savoir plus

  • En images : des centaines de disparus après le naufrage d’un ferry en Corée du Sud

    En savoir plus

  • Crimes de guerre en Syrie : la France veut faire saisir la CPI

    En savoir plus

  • La police de New York ferme une unité secrète chargée d'espionner les musulmans

    En savoir plus

  • Démission du puissant chef des renseignements saoudiens

    En savoir plus

  • "Injustices et corruption alimentent le cycle de violences au Nigeria"

    En savoir plus

  • Vladimir Poutine : "L'Ukraine est au bord de la guerre civile"

    En savoir plus

  • Violences sexuelles dans l'armée : Le Drian prône la "tolérance zéro"

    En savoir plus

  • Coupe d'Espagne : une finale Barcelone-Madrid sans Ronaldo

    En savoir plus

  • La justice indienne reconnaît l’existence d’un troisième genre

    En savoir plus

  • Kiev passe à l'offensive contre les pro-russes dans l'Est

    En savoir plus

  • Ali Benflis : "La présidence à vie en Algérie, c’est terminé"

    En savoir plus

  • Les prisonniers d'Abou Ghraib transférés face à la menace djihadiste

    En savoir plus

  • Des travaux d'intérêt général pour Silvio Berlusconi

    En savoir plus

  • Vidéo : Yasmina Khadra appelle les Algériens à "chasser" le régime

    En savoir plus

  • Réforme des régions : la Bourgogne et la Franche-Comté sur la voie de la fusion

    En savoir plus

  • Reportage : à Horlivka, les insurgés s'emparent des bâtiments officiels

    En savoir plus

  • Un an après les attentats, Boston rend hommage à ses victimes

    En savoir plus

Afrique

CPI : L'UA demande d'ajourner les procédures contre les chefs d'État

© AFP

Vidéo par Ludovic de Foucaud

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 13/10/2013

L'Union africaine a demandé à l'ONU l'ajournement des procédures de la Cour pénale internationale contre les présidents en exercice. La résolution réclame que cette suspension intervienne avant le début du procès de M. Kenyatta.

Un président en exercice n'a pas à être jugé par la Cour pénale internationale (CPI), ont estimé samedi 12 octobre les ministres des affaires étrangères de l'Union africaine (UA), dont les recommandations doivent être entérinées par les chefs d'État, réunis à leur tour au siège de l'organisation, à Addis-Abeba. L'UA a ainsi décidé que le président kényan Uhuru Kenyatta ne devrait pas se rendre devant la Cour pénale internationale (CPI).

"Il faut souligner que notre objectif n'est pas et ne doit pas être une croisade contre la CPI, mais un appel solennel pour qu'elle prenne sérieusement en compte les préoccupations de l'Afrique", a déclaré le Premier ministre éthiopien Hailemariam Desalegn, à l'ouverture du sommet.

Les ministres ont donc recommandé la suspension des poursuites de la CPI à l'encontre du président kényan, Uhuru Kenyatta, et de son vice-président, William Ruto, inculpés pour la vague de violences post-électorales de 2007.

Le procès de William Ruto s'est ouvert en septembre et celui du président kényan doit démarrer le 12 novembre. Tous deux sont accusés de crimes contre l'humanité.

"Nous avons souligné que les chefs d'État en exercice et les gouvernements en place ne devaient pas être poursuivis tant qu'ils sont en fonction", avait déclaré la veille le chef de la diplomatie éthiopienne Tedros Adhanom après avoir élaboré les recommandations en vue du sommet.

Son homologue kényanne Amina Mohamed s'est déclarée satisfaite de l'issue de la réunion, ajoutant que ne pas poursuivre un président en fonction était "un principe inscrit depuis longtemps" dans le droit international.

"Deux poids, deux mesures"

Le seul prévenu condamné à ce jour par la CPI est Africain, comme tous les autres inculpés, ce qui alimente l'idée répandue en Afrique que la Cour fait deux poids deux mesures.

"Nous avons rejeté la politique de deux poids deux mesures que la CPI applique lorsqu'elle rend la justice internationale", a dit le ministre éthiopien des Affaires étrangères aux délégués présents à Addis-Abeba, en ajoutant que juger le président
kényan et son vice-président enfreignait la souveraineté de ce pays.

"Par conséquent, nous avons souligné que les chefs d'État et les gouvernements ne devaient pas être poursuivis tant qu'ils sont en fonction", a répété Tedros Adhanom.

"Exiger le respect est pour l'Afrique la moindre des choses", a dit à Reuters la ministre rwandaise des Affaires étrangères, Louise Mushikiwabo. "Mais je n'aime pas que l'on se méprenne là-dessus, comme nous l'avons vu faire par certains des détracteurs de cette initiative - et que l'on pense que les Africains recherchent l'impunité. Ce n'est pas le cas", a-t-elle souligné.

Avec dépêches

Première publication : 12/10/2013

  • CPI

    Le vice-président kényan William Ruto devant la Cour pénale internationale

    En savoir plus

  • KENYA

    Kenya : les députés veulent que le pays se retire de la CPI

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)