Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Simon Serfaty, professeur en relations internationales

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile dénonce les incursions russes en Ukraine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"L'agneau russe"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le président du Parlement nigérien inquiété dans une affaire de trafic de bébés

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"J'aime les socialistes"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

BCE : la semaine de Mario Draghi ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Barack Obama, en costume clair et sans stratégie

En savoir plus

SUR LE NET

Transparence de la vie publique : la France rattrape son retard

En savoir plus

SUR LE NET

Guerre d'intimidation : EIIL contre les États-Unis

En savoir plus

  • À Saint-Nazaire, les Mistral voguent vers leur destin russe

    En savoir plus

  • Les troupes ukrainiennes abandonnent l'aéroport de Lougansk

    En savoir plus

  • République centrafricaine : les ravages de la haine

    En savoir plus

  • Des manifestants investissent le siège de la télévision d'État à Islamabad

    En savoir plus

  • Embargo russe : les producteurs français redoutent la concurrence polonaise

    En savoir plus

  • Importante victoire de l’armée irakienne face aux jihadistes de l’EI

    En savoir plus

  • Ligue 1 : le PSG frappe fort, Bordeaux lève le pied

    En savoir plus

  • Quand des selfies volés de stars nues enflamment la Toile

    En savoir plus

  • Vladimir Poutine évoque la création d’un État dans l’est de l’Ukraine

    En savoir plus

  • Israël décide de s'approprier 400 hectares de terres en Cisjordanie

    En savoir plus

  • Un immeuble s'effondre en banlieue parisienne, au moins sept morts

    En savoir plus

  • Un navire ukrainien bombardé au large de Marioupol

    En savoir plus

  • "J'aime les socialistes" ou l'opération séduction de Manuel Valls à La Rochelle

    En savoir plus

  • Un présumé recruteur pour le jihad en Syrie arrêté à Nice

    En savoir plus

  • Judo : les Françaises sacrées championnes du monde par équipe

    En savoir plus

  • Situation toujours aussi confuse au lendemain du coup d’État au Lesotho

    En savoir plus

  • Golan : les Casques bleus philippins "saufs", les fidjiens toujours détenus

    En savoir plus

  • Après deux ans de captivité au Mali, deux diplomates algériens libérés

    En savoir plus

Economie

Le groupe chinois Dongfeng pourrait prendre 30 % du capital de PSA

© AFP

Texte par Dépêche

Dernière modification : 12/10/2013

La compagnie automobile chinoise Dongfeng Motors, déjà partenaire de PSA Peugeot Citröen en Chine, serait sur le point d'entrer au capital du constructeur français à hauteur de 30 %. En 2012, GM était devenu le deuxième actionnaire de PSA avec 7 %.

PSA Peugeot Citroën prépare une augmentation de capital de trois milliards d'euros
qui verrait l'Etat français et le chinois Dongfeng prendre chacun une participation substantielle dans le constructeur automobile, a-t-on appris vendredi de sources
proches du dossier.

Selon ces sources, qui ont requis l'anonymat, une délégation de PSA, de représentants du gouvernement français et de banquiers est en route pour la Chine afin de préparer un protocole d'accord qui pourrait être signé d'ici quelques semaines.

Le projet, que PSA aimerait boucler d'ici la fin de l'année, prévoit que l'Etat français et Dongfeng Motors contribuent chacun à hauteur de 1,5 milliard d'euros, ce qui leur donnerait tous deux une participation de 20 à 30 % dans le constructeur
automobile français.

Selon les sources, la famille Peugeot laisserait au passage sa participation se diluer à nouveau, et renoncerait à contrôler l'entreprise qu'elle a fondée deux siècles plus tôt.

L'injection d'argent frais s'accompagnerait d'un élargissement de la coentreprise actuelle entre PSA et Dongfeng à d'autres technologies du groupe français et à d'autres marchés de la région Asie, alors que cette JV est actuellement centrée
sur la Chine, ont-elles ajouté.

"PSA confirme étudier de nouveaux projets de développement industriel et commercial avec différents partenaires, ainsi que les modalités de financement qui les accompagneraient", a simplement déclaré un porte-parole du groupe. "Aucun de ces
projets n'est à maturité à ce stade."

Le ministère de l'Economie et des Finances a refusé de faire un commentaire. Dongfeng et GM n'ont pu être joints dans l'immédiat pour commenter ces informations.

Vers une dilution des Peugeot et de GM

PSA s'est retrouvé en grande difficulté financière fin 2011 en raison de sa forte exposition à un marché européen en berne. Il a lancé en 2012 un vaste plan social en France pour réduire ses coûts et ajuster ses capacités de production, et compte
endiguer son hémorragie de cash d'ici la fin 2014.

Mais sur un marché ultraconcurrentiel, la question du financement de son développement à plus long terme, notamment à l'international, reste entière. Ses difficultés financières, qui se sont traduites l'an dernier par une perte record de cinq
milliards d'euros, l'ont déjà conduit à suspendre plusieurs projets industriels et de R&D.

L'augmentation de capital, qui représenterait près de 70% de la capitalisation boursière actuelle de PSA (4,4 milliards d'euros à la clôture de vendredi) entraînerait inévitablement une nouvelle dilution de la famille Peugeot, principal actionnaire du groupe avec 25,4% du capital.

Selon les sources, l'opération prendrait en partie la forme d'une émission d'actions nouvelles que la famille Peugeot céderait à l'Etat français. L'autre partie serait levée via une augmentation de capital réservée.

Les Peugeot ont déjà laissé diluer leur participation lors de l'augmentation de capital d'un milliard d'euros organisée en mars 2012 dans le cadre de l'alliance avec General Motors. Avant cette opération, qui a vu GM entrer au capital à hauteur de 7 %, la participation de la famille était de 30,96 %.

Fin juin, des sources proches du dossier avaient indiqué à Reuters que la famille était désormais prête à céder le contrôle du groupe, et à tomber sous la barre des 33 %, en cas de nouvelle augmentation de capital. Elles avaient également dit que PSA
cherchait à convaincre General Motors de renforcer son alliance, mais tout en tenant des discussions exploratoires avec Dongfeng en vue d'une prise de participation de 30%. Selon ces sources, les discussions n'avaient alors pas abouti.

Vendredi, les sources ont précisé que GM se laisserait probablement lui aussi diluer lors de la nouvelle augmentation de capital qui se profile.

L'actuelle association avec le constructeur public chinois Dongfeng, dénommée DPCA, est la plus ancienne des deux coentreprises de PSA en Chine. Renforcée en 2010, elle possède trois usines d'assemblage basées à Wuhan. Les deux premières
affichent une capacité de 450.000 voitures par an, tandis que la troisième, inaugurée cet été, présentera une capacité initiale de 150.000 voitures en année pleine, puis à terme de 300.000 voitures.

La Chine, fer de lance de la stratégie d'internationalisation à marche forcée de PSA, est désormais le premier marché automobile du groupe devant la France. Le
constructeur vise 557.000 ventes en 2013, soit une croissance de 26% par rapport à 2012. Dans l'intervalle, PSA attend une baisse d'environ 5% du marché automobile européen.

Reuters

Première publication : 12/10/2013

  • INDUSTRIE AUTOMOBILE

    PSA a enregistré plus de 5 milliards de pertes en 2012

    En savoir plus

  • INDUSTRIE AUTOMOBILE

    À Francfort, les constructeurs automobiles veulent croire en des jours meilleurs

    En savoir plus

  • FRANCE

    Après Aulnay, PSA va fermer le site de Meudon

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)