Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

asie

Cyclone : En Inde, l'évacuation massive limite le nombre de victimes

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 13/10/2013

La côte est de l'Inde a essuyé, dimanche, les vents du cyclone Phailin, le plus violent qu'ait connu le pays en 14 ans. Les autorités, qui estiment avoir limité le nombre de victimes grâce à une évacuation massive, ont annoncé un bilan de 14 morts.

L'Est de l'Inde continuait dimanche matin d'être battu par les vents et les précipitations apportés par le cyclone Phailin, le plus violent à frapper le pays en 14 ans. Le dernier bilan fait état d'au moins 14 morts, malgré l'évacuation d'un million de personnes.

"Il y a 13 morts dans l'Orissa et un mort dans l'Andhra Pradesh, nous avons réussi à minimiser le nombre de victimes", a dit le vice-président de l'agence nationale de gestion des catastrophes, Shashidhar Reddy, lors d'une conférence de presse.

Quelques heures auparavant, une source gouvernementale avait évoqué le nombre de six morts au total dans l'Orissa et l'Andhra Pradesh, les deux États les plus touchés par la tempête.

Plus d'un million de personnes évacuées

Le mouvement d'évacuation des populations organisé par l'Inde, avant l'arrivée du cyclone Phailin, est le plus important jamais mis en œuvre par le pays en raison d'un phénomène climatique ont également indiqué dimanche à l'AFP les autorités.
"La précédente évacuation d'importance remonte à 1990 dans l'Andhra Pradesh, mais cette dernière est bien plus vaste", a déclaré Tripti Parule, porte-parole de l'agence de gestion des catastrophes naturelles. Au Bengale occidental, les hôtels de la côte avaient été évacués. Dans la ville côtière de Gopalpur (Orissa), des centaines d'habitants terrifiés ont passé la nuit dans des abris, des écoles et des bâtiments publics.

Le gouvernement de l'Orissa, peuplé de 40 millions de personnes, a fixé un objectif de "zéro victime" et de 100% d'évacuation des populations des zones les plus à risques.
En 1999, un cyclone arrivé sur la côte indienne orientale avait causé la mort de plus de 8 000 personnes.

La force d'intervention en cas de catastrophe naturelle, la NDRF, qui dépend de l'armée, a envoyé 1.200 soldats en Orissa et 500 dans l'Andhra Pradesh.
"Dès que la fureur du cyclone se calmera, nos gars commenceront leur travail", a déclaré à la presse Krishna Chaudhary, directeur général de la NDRF.

Les dégâts, humains et matériels, ne seront véritablement évalués qu'en cours de journée, mais le directeur général de la météo indienne, L.S. Rathore, a indiqué que le cyclone avait été particulièrement violent sur une bande de 150 km le long des côtes.

Phailin a commencé à faiblir à mesure qu'il progressait dans l'intérieur des terres, dans les États d'Odisha (ex-Orissa) et d'Andhra Pradesh.

Au lever du jour, dimanche, ses vents étaient déjà tombés à 90 km/h, contre 200 km/h samedi soir, lorsque Phailin avait atteint les terres près de la ville de Gopalpur, dans l'État d'Odisha.

Avec dépêches

 

Première publication : 13/10/2013

  • INTEMPÉRIES

    Inde : le cyclone Phailin balaie la côte est, 500 000 personnes évacuées

    En savoir plus

  • INTEMPÉRIES

    Au Mexique, le bilan de la tempête s'alourdit à plus de 160 morts et disparus

    En savoir plus

  • INTEMPÉRIES

    Mali : inondations meurtrières à Bamako

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)