Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Transparence de la vie publique : la France rattrape son retard

En savoir plus

SUR LE NET

Guerre d'intimidation : EIIL contre les États-Unis

En savoir plus

SUR LE NET

Des militants anti-avortement s'opposent au "Ice Bucket Challenge"

En savoir plus

SUR LE NET

Après "l'Ice Bucket Challenge", place au "Rice Bucket Challenge"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Manuel Valls fait disparâitre ses tweets...

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Barack Obama, en costume clair et sans stratégie

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 1)

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Laurent Fabius sur France 24 : le ministre s'exprime sur la diplomatie française

En savoir plus

  • Manuel Valls à La Rochelle : "La gauche n’a jamais été aussi nécessaire"

    En savoir plus

  • Ukraine : l'UE pose un ultimatum à la Russie avant de nouvelles sanctions

    En savoir plus

  • La contestation anti-gouvernementale vire au chaos à Islamabad

    En savoir plus

  • Golan : les Casques bleus philippins "saufs", les fidjiens toujours détenus

    En savoir plus

  • Après deux ans de captivité au Mali, deux diplomates algériens libérés

    En savoir plus

  • Offensive irakienne et frappes américaines contre l'EI à Amerli

    En savoir plus

  • UE : Tusk président du Conseil, Mogherini chef de la diplomatie

    En savoir plus

  • Les frondeurs du PS ne sont pas à La Rochelle "pour rompre"

    En savoir plus

  • Nouvelle peine de prison à vie pour le guide suprême des Frères musulmans

    En savoir plus

  • Judo : Teddy Riner décroche un 7e titre de champion du monde

    En savoir plus

  • Selon Pretoria, le Lesotho est en proie à un "coup d'État"

    En savoir plus

  • Taubira "assume les conséquences" de sa présence chez les frondeurs du PS

    En savoir plus

  • Un cargo ukrainien s'écrase dans le sud de l'Algérie

    En savoir plus

  • Les États-Unis appellent à une coalition mondiale contre l'État islamique

    En savoir plus

  • Grande Guerre : l'exode oublié des Belges en France

    En savoir plus

  • Affaire Tapie : le FMI renouvelle sa confiance à Christine Lagarde

    En savoir plus

  • Un premier cas d'Ebola détecté au Sénégal

    En savoir plus

  • Laurent Fabius sur France 24 : "Il faut être ferme face à la Russie"

    En savoir plus

asie

L'Iran refuse d'envoyer à l'étranger son uranium enrichi

© AFP | Abbas Araghchi, chef des négociateurs du nucléaire iranien

Texte par Dépêche

Dernière modification : 14/10/2013

À deux jours de nouvelles négociations avec les "5+1" sur le nucléaire iranien à Genève, Téhéran, que les Occidentaux soupçonnent de vouloir fabriquer l'arme atomique, a affirmé son refus d'expédier à l'étranger ses stocks d'uranium enrichi.

L'Iran refuse d'envoyer à l'étranger son stock d'uranium enrichi et entend poursuivre l'enrichissement sur son sol, a affirmé le chef des négociateurs nucléaires iraniens, Abbas Araghchi, cité dimanche par le site de la télévision d'Etat.

Les ambitions nucléaires de l'Iran

Les grandes puissances tentent de décourager les ambitions nucléaires de Téhéran, qu'elles soupçonnent de vouloir fabriquer l'arme atomique sous couvert de son programme nucléaire civil.

L'Iran, qui a toujours démenti ces accusations, est soumis à des sanctions de l'ONU, renforcées depuis 2012 par un embargo pétrolier et bancaire des États-Unis et de l'Union européenne qui a fait plonger le pays dans une grave crise économique.

"La ligne rouge de l'Iran dans les négociations est l'enrichissement d'uranium (...) Nous pouvons discuter de la forme, de la quantité et du niveau d'enrichissement mais l'envoi à l'étranger de notre production (d'uranium) constitue notre ligne rouge", a déclaré M. Araghchi, qui doit participer mardi et mercredi à Genève aux négociations nucléaires avec les grandes puissances.

"Nous ne permettons pas qu'un seul gramme d'uranium enrichi ne quitte le pays", a poursuivi M. Araghchi, qui a précisé que l'Iran refusait également toute suspension de l'enrichissement d'uranium.

Selon le dernier rapport de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) publié fin août, l'Iran possède 6.774 kilogrammes d'uranium enrichi à 3,5%, et 186 kg d'uranium enrichi à 20%. Le pays a également transformé 187 autres kg d'uranium enrichi à 20% en barres de combustibles. L'Iran possède plus de 19.000 centrifugeuses, dont 1.000 de la nouvelle génération, bien plus puissantes que les précédentes.

Les pays occidentaux et Israël soupçonnent Téhéran de vouloir fabriquer l'arme atomique sous couvert de son programme nucléaire civil, ce que l'Iran a toujours démenti.

Le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, a récemment multiplié les interviews aux médias européens pour exiger l'arrêt par Téhéran de toute activité d'enrichissement d'uranium et de la construction du réacteur à eau lourde d'Arak.
M. Araghchi a expliqué que l'équipe des négociateurs iraniens "défendra les droits de l'Iran et ne reculera pas d'un iota sur ce que la nation iranienne est en droit d'avoir conformément aux règles internationales".

"La République islamique d'Iran utilisera tous ses droits pour maîtriser la technologie nucléaire civile, notamment l'enrichissement d'uranium", a-t-il martelé.
Les représentants de l'Iran et des pays du groupe 5+1 (Etats-Unis, France, Royaume-Uni, Russie, Chine et Allemagne) doivent se retrouver à Genève pour relancer les négociations nucléaires interrompues depuis le mois d'avril.
M. Araghchi a affirmé que l'Iran allait "présenter son plan (...) et espérait aboutir à un accord dans un délai raisonnable".

Le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, doit participer à la séance d'ouverture mardi. Le vice-ministre Araghchi dirigera ensuite les négociations avec le 5+1.

"Il n'est pas question que nous cédions sur nos droits légitimes", a déclaré de son côté le général Mohammad Ali Jafari, le chef des Gardiens de la révolution, corps d'élite du régime iranien, cité par l'agence Fars. Le général Jafari a récemment critiqué le président iranien Hassan Rohani, estimant qu'il avait fait une "erreur tactique" en acceptant une conversation téléphonique historique avec le président américain Barack Obama en marge de l'Assemblée générale de l'ONU fin septembre à New York.

Concernant les négociations de Genève, l'agence officielle Irna a indiqué dimanche que l'Iran allait présenter un "calendrier précis" et un cadre fixant les différentes étapes des négociations nucléaires.

"Ce plan aura un calendrier précis et fixe les pas que chaque partie doit accomplir au début et à la fin du processus de négociations", a déclaré à l'agence une source proche des négociateurs iraniens, qui a requis l'anonymat.

Selon l'agence Mehr, "les lignes rouges" de l'Iran sont "l'enrichissement d'uranium sur le sol iranien", "le refus d'envoyer à l'étranger le stock d'uranium déjà produit", "le refus de fermer" le site d'enrichissement souterrain de Fordo (centre), et "le refus d'arrêter la construction du réacteur" d'Arak, qui doit entrer en fonction fin 2014.

AFP
 

Première publication : 13/10/2013

  • DIPLOMATIE

    Hollande assure Israël de "sa fermeté" sur l'Iran

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS - IRAN

    Obama-Rohani : un entretien téléphonique historique

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    Iran : Rohani demande aux Occidentaux de lui faire confiance

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)