Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Hollande solidaire avec Netanyahou

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Hamas : à qui profite la guerre ? (partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Hamas : à qui profite la guerre ? (partie 1)

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Gérard Mestrallet, président de Paris Europlace et PDG de GDF Suez

En savoir plus

SUR LE NET

Mondial 2014 : le match Allemagne-Brésil inspire le Net

En savoir plus

FOCUS

Le scandale des bébés du "péché" traumatise l'Irlande

En savoir plus

DÉBATS POLITIQUES EN FRANCE

Littérature , histoire et pouvoir

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Frédéric Tissot, ancien consul général de France à Erbil

En savoir plus

FOCUS

La charia a-t-elle sa place dans le droit britannique?

En savoir plus

  • Ces missiles que le Hamas utilise pour "terroriser" Israël

    En savoir plus

  • Obama face à la "crise humanitaire" des mineurs clandestins au Texas

    En savoir plus

  • L'armée ukrainienne avance vers Donetsk, toujours aux mains des pro-russes

    En savoir plus

  • Lancement de la “première application de télékinésie pour Google Glass"

    En savoir plus

  • Allemagne : le chef des services secrets américains expulsé

    En savoir plus

  • Un raid israélien tue neuf spectateurs de la demi-finale du Mondial à Gaza

    En savoir plus

  • Le scandale des bébés du "péché" traumatise l'Irlande

    En savoir plus

  • Le conflit israélo-palestinien change le sens de l'application Yo

    En savoir plus

  • Vidéo : ramadan sous tension pour les musulmans de Pékin

    En savoir plus

  • L'Argentine rejoint l'Allemagne en finale du Mondial

    En savoir plus

  • Un concours lancé en Suisse pour dépoussiérer l'hymne national

    En savoir plus

  • "Gaza est sur le fil du rasoir", l’ONU appelle à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Lunettes danoises de François Hollande : les opticiens français voient rouge

    En savoir plus

  • Chikungunya aux Antilles : "une épidémie majeure" pour Marisol Touraine

    En savoir plus

  • "Le gouvernement de Netanyahou instrumentalise l’assassinat des trois Israéliens"

    En savoir plus

asie

L'Iran refuse d'envoyer à l'étranger son uranium enrichi

© AFP

Texte par Dépêche

Dernière modification : 14/10/2013

À deux jours de nouvelles négociations avec les "5+1" sur le nucléaire iranien à Genève, Téhéran, que les Occidentaux soupçonnent de vouloir fabriquer l'arme atomique, a affirmé son refus d'expédier à l'étranger ses stocks d'uranium enrichi.

L'Iran refuse d'envoyer à l'étranger son stock d'uranium enrichi et entend poursuivre l'enrichissement sur son sol, a affirmé le chef des négociateurs nucléaires iraniens, Abbas Araghchi, cité dimanche par le site de la télévision d'Etat.

Les ambitions nucléaires de l'Iran

Les grandes puissances tentent de décourager les ambitions nucléaires de Téhéran, qu'elles soupçonnent de vouloir fabriquer l'arme atomique sous couvert de son programme nucléaire civil.

L'Iran, qui a toujours démenti ces accusations, est soumis à des sanctions de l'ONU, renforcées depuis 2012 par un embargo pétrolier et bancaire des États-Unis et de l'Union européenne qui a fait plonger le pays dans une grave crise économique.

"La ligne rouge de l'Iran dans les négociations est l'enrichissement d'uranium (...) Nous pouvons discuter de la forme, de la quantité et du niveau d'enrichissement mais l'envoi à l'étranger de notre production (d'uranium) constitue notre ligne rouge", a déclaré M. Araghchi, qui doit participer mardi et mercredi à Genève aux négociations nucléaires avec les grandes puissances.

"Nous ne permettons pas qu'un seul gramme d'uranium enrichi ne quitte le pays", a poursuivi M. Araghchi, qui a précisé que l'Iran refusait également toute suspension de l'enrichissement d'uranium.

Selon le dernier rapport de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) publié fin août, l'Iran possède 6.774 kilogrammes d'uranium enrichi à 3,5%, et 186 kg d'uranium enrichi à 20%. Le pays a également transformé 187 autres kg d'uranium enrichi à 20% en barres de combustibles. L'Iran possède plus de 19.000 centrifugeuses, dont 1.000 de la nouvelle génération, bien plus puissantes que les précédentes.

Les pays occidentaux et Israël soupçonnent Téhéran de vouloir fabriquer l'arme atomique sous couvert de son programme nucléaire civil, ce que l'Iran a toujours démenti.

Le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, a récemment multiplié les interviews aux médias européens pour exiger l'arrêt par Téhéran de toute activité d'enrichissement d'uranium et de la construction du réacteur à eau lourde d'Arak.
M. Araghchi a expliqué que l'équipe des négociateurs iraniens "défendra les droits de l'Iran et ne reculera pas d'un iota sur ce que la nation iranienne est en droit d'avoir conformément aux règles internationales".

"La République islamique d'Iran utilisera tous ses droits pour maîtriser la technologie nucléaire civile, notamment l'enrichissement d'uranium", a-t-il martelé.
Les représentants de l'Iran et des pays du groupe 5+1 (Etats-Unis, France, Royaume-Uni, Russie, Chine et Allemagne) doivent se retrouver à Genève pour relancer les négociations nucléaires interrompues depuis le mois d'avril.
M. Araghchi a affirmé que l'Iran allait "présenter son plan (...) et espérait aboutir à un accord dans un délai raisonnable".

Le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, doit participer à la séance d'ouverture mardi. Le vice-ministre Araghchi dirigera ensuite les négociations avec le 5+1.

"Il n'est pas question que nous cédions sur nos droits légitimes", a déclaré de son côté le général Mohammad Ali Jafari, le chef des Gardiens de la révolution, corps d'élite du régime iranien, cité par l'agence Fars. Le général Jafari a récemment critiqué le président iranien Hassan Rohani, estimant qu'il avait fait une "erreur tactique" en acceptant une conversation téléphonique historique avec le président américain Barack Obama en marge de l'Assemblée générale de l'ONU fin septembre à New York.

Concernant les négociations de Genève, l'agence officielle Irna a indiqué dimanche que l'Iran allait présenter un "calendrier précis" et un cadre fixant les différentes étapes des négociations nucléaires.

"Ce plan aura un calendrier précis et fixe les pas que chaque partie doit accomplir au début et à la fin du processus de négociations", a déclaré à l'agence une source proche des négociateurs iraniens, qui a requis l'anonymat.

Selon l'agence Mehr, "les lignes rouges" de l'Iran sont "l'enrichissement d'uranium sur le sol iranien", "le refus d'envoyer à l'étranger le stock d'uranium déjà produit", "le refus de fermer" le site d'enrichissement souterrain de Fordo (centre), et "le refus d'arrêter la construction du réacteur" d'Arak, qui doit entrer en fonction fin 2014.

AFP
 

Première publication : 13/10/2013

  • DIPLOMATIE

    Hollande assure Israël de "sa fermeté" sur l'Iran

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS - IRAN

    Obama-Rohani : un entretien téléphonique historique

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    Iran : Rohani demande aux Occidentaux de lui faire confiance

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)