Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Albert Ebossé : Une contre autopsie du joueur camerounais conclut à un assassinat

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Russie: il ne faut pas pas vendre la peau de l'ours

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Retour à la terre, avec le paysan-philosophe Pierre Rabhi

En savoir plus

POLITIQUE

France : "La principale opposition au gouvernement, c’est le groupe socialiste !"

En savoir plus

POLITIQUE

France : "On est dans une séquence du quinquennat très difficile"

En savoir plus

FOCUS

Journée internationale des migrants : l'Italie confrontée à de plus en plus d'enfants

En savoir plus

FACE À FACE

Discours sur l'immigration : François Hollande à la reconquête de la gauche ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

L'œuvre lumineuse d'Olafur Eliasson éclaire la Fondation Louis Vuitton

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile indienne affiche sa solidarité avec le Pakistan

En savoir plus

Afrique

Deux ados poursuivis pour un baiser : le “Kiss-in” de Rabat a peu mobilisé

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 13/10/2013

Seules 40 personnes sur les 2 000 attendues se sont rassemblées devant le Parlement à Rabat pour soutenir les adolescents poursuivis pour “atteinte à la pudeur” après avoir diffusé sur Facebook une photo de leur baiser.

L’affaire a provoqué un tollé sur les réseaux sociaux mais a finalement peu mobilisé sur le terrain. Seules quelques dizaines de personnes se sont rassemblées, samedi 12 octobre, à Rabat, au Maroc, pour un "baiser symbolique" en soutien aux adolescents poursuivis pour “atteinte à la pudeur” après avoir posté sur Facebook leurs photos en train de s'embrasser.

Faible participation

Une quarantaine de personnes, dont une dizaine de couples, étaient présentes devant le Parlement de la capitale marocaine, selon un participant interrogé par l'AFP. Sur la Toile, ils étaient près de 2 000 à avoir indiqué qu’ils se rendraient à cet événement, un décalage qui prouve le fossé existant entre l’activisme en ligne et les véritables mobilisations dans la rue.

Le rassemblement s’est globalement déroulé dans le calme, devant des dizaines de badauds et plusieurs médias marocains et étrangers. "Pour nous, c'est un succès. Il y a des couples et des célibataires, et les couples se sont embrassés en public", a déclaré Ibtissam Lachgar, l'une des organisatrices de cet événement. "Notre message est qu'il y a des gens qui défendent l'amour, la liberté d'aimer et de s'embrasser librement. Ces gens-là étaient présents aujourd'hui", a-t-elle ajouté.

Bousculades et altercations

Bien que les manifestants aient pu aller au bout de leur démarche, une légère altercation a eu lieu lorsque des témoins de la scène, visiblement opposés au mouvement, ont tenté de mettre un terme au rassemblement en bousculant les couples et en leur lançant des chaises depuis une terrasse d'un café. "On est dans un pays islamique et s'embrasser en public est interdit. Un simple bisou peut mener à autre chose. Ce sont des athées qui agissent contre l'islam", s'est insurgé un des contre-manifestants.

Le rassemblement s'est ensuite déplacé près du marché aux fleurs, avant de se disperser pacifiquement.

La fille et le garçon incriminés, âgés respectivement de 14 et 15 ans, ainsi que l'ami auteur des clichés avaient été interpellés le 4 octobre et détenus pendant trois jours dans un centre pour mineurs à Nador, dans le nord-est du royaume. Leur arrestation avait immédiatement enflammé les réseaux sociaux, où de nombreux jeunes, en signe de rébellion contre l’état d’esprit conservateur, ont à leur tour posté des photos de baisers. Sous la pression populaire, les autorités judiciaires de Nador ont été contraintes de libérer, le 7 octobre, les trois adolescents.

Les poursuites à leur encontre sont toutefois maintenues et leur procès, qui s’est ouvert au matin du 11 octobre, a aussitôt été ajourné au 22 novembre.

Avec dépêches

Première publication : 13/10/2013

  • MAROC

    Maroc : deux adolescents arrêtés pour une photo de baiser sur Facebook

    En savoir plus

  • FRANCE

    Un couple homosexuel franco-marocain enfin autorisé à se marier

    En savoir plus

  • MAROC

    Les islamistes du PJD en recul dans le nouveau gouvernement marocain

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)