Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Libye : terre d'accueil des jihadistes?

En savoir plus

DÉBAT

Conférence à Paris sur l'Irak : quelle réponse face à l'organisation de l'EI ? (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Conférence à Paris sur l'Irak : quelle réponse face à l'organisation de l'EI ? (Partie 1)

En savoir plus

FOCUS

La ville libanaise d'Arsal face aux jihadistes de l'EI

En savoir plus

À L’AFFICHE !

CharlElie Couture, l’immortel de la chanson française

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Les Noirs Africains attaqués à Tanger et le harcélement filmé au Caire

En savoir plus

BILLET RETOUR

Abbottabad peut-elle tourner la page Ben Laden ?

En savoir plus

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

Culture : Bruxelles contre les artistes ?

En savoir plus

  • Deuxième grand oral pour le Premier ministre Manuel Valls

    En savoir plus

  • Ebola : Obama prévoit d'envoyer 3 000 militaires en Afrique de l’Ouest

    En savoir plus

  • Air France : la grève devrait s'intensifier mardi

    En savoir plus

  • Près de 500 migrants portés disparus après un naufrage en Méditerranée

    En savoir plus

  • PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

    En savoir plus

  • Centrafrique : l'ONU prend en charge le maintien de la paix

    En savoir plus

  • Projet de loi anti-jihadiste : la France suit l’exemple du Royaume-Uni

    En savoir plus

  • Microsoft achète Minecraft, le jeu qui valait 2,5 milliards de dollars

    En savoir plus

  • Netflix débarque en France : le test de France 24

    En savoir plus

  • Le parti de Gbagbo claque la porte de la commission électorale

    En savoir plus

  • Fifa : Sepp Blatter et son entourage de nouveau soupçonnés de corruption

    En savoir plus

  • Le Medef et son million d'emplois en cinq ans, un effet d'annonce ?

    En savoir plus

  • François Hollande : "Il n'y a pas de temps à perdre" face à l’EI

    En savoir plus

  • La ville libanaise d'Arsal face aux jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Le footballeur français Nicolas Anelka signe un contrat en Inde

    En savoir plus

Asie - pacifique

Plus de mille interpellations à Moscou suite à des émeutes anti-immigrés

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 14/10/2013

Un rassemblement nationaliste en hommage à un jeune russe tué par un "non slave" s'est transformé en affrontement avec les forces de l'ordre, dimanche à Moscou. Quelque 1 200 personnes ont été interpellées à la suite des faits.

Plusieurs milliers de personnes se sont rassemblées dimanche 13 octobre à Moscou, après l'assassinat, jeudi dernier, d'un Russe par un homme d'origine "non slave". La manifestation a dégénéré en de violentes émeutes anti-immigrés.

Les émeutiers, des jeunes, pour la plupart, parmi lesquels des nationalistes radicaux, ont enfoncé les portes du centre commercial Biriouza, dans le quartier de Biriouliovo (sud de la capitale), frappé des membres de la sécurité et brisé des vitres et devantures, avant de tenter d'incendier le bâtiment, selon la radio Echo de Moscou. La foule a ensuite enfoncé les portes d'un entrepôt de légumes voisin où travaillent de nombreux immigrés, que les habitants accusent d'être responsables du taux de criminalité très élevé dans ce secteur, a constaté un photographe de l'AFP.

"La Russie aux Russes", ont scandé les protestataires, qui ont brûlé et renversé quelques voitures. Les émeutiers ont brisé les vitres et les phares d'un camion garé sur le territoire de l'entrepôt, avant de se disperser, selon le photographe de l'AFP. Dix autocars des forces spéciales de la police avaient été dépêchés sur les lieux, selon la radio Écho de Moscou.

Quelque 1 200 personnes ont été interpellées dimanche et lundi, selon l'agence Interfax. Objectif : "Vérifier leur implication dans le crime, lors d'un raid au marché de gros de Birioulovo", où travaillent essentiellement des migrants du sud du pays ou de pays du Caucase et d'Asie centrale, a indiqué le service de presse de la police de Moscou, cité par l'agence. Une enquête pour "hooliganisme" a été ouverte à la suite de ces émeutes, a annoncé la police de Moscou.

Un million de roubles pour retrouver le meurtrier

Quelque 200 personnes s'étaient réunies près du centre Biriouza, avant que le rassemblement ne prenne de l'ampleur et tourne à l'émeute, pour protester contre le meurtre d'Egor Chtcherbakov, 25 ans, un habitant du quartier tué le 10 octobre d'un coup de couteau sous les yeux de sa fiancée. Le meurtrier, qui a réussi à s'enfuir, serait originaire d'Asie centrale ou du Caucase, selon des images d'une caméra de vidéosurveillance. Les habitants se sont dit convaincus qu'il s'agit d'un immigré illégal et ont appelé les autorités à prendre des mesures contre l'immigration clandestine à Moscou.

Une enquête pour meurtre a été ouverte, la police proposant une récompense de 1 million de roubles (environ 22 800 euros) à celui qui aidera à arrêter le meurtrier présumé, selon un porte-parole des forces de l'ordre, cité par l'agence publique ITAR-TASS. "Toutes les mesures seront prises pour arrêter le criminel (...), les meilleurs enquêteurs s'occupent de cette affaire", a assuré un responsable de la police de ce quartier, Alexandre Polovinko. Les manifestants réunis près du centre commercial ont accusé la police de ne pas prendre de mesures suffisantes pour la prévention des crimes commis par des personnes originaires d'autres pays.

La crainte des "nationalistes agressifs"

Les mesures de sécurité ont été renforcées dimanche soir dans toute la capitale, notamment dans le centre-ville. "Des patrouilles de police supplémentaires ont été envoyées sur les places centrales de Moscou, notamment la place du Manège (située à deux pas du Kremlin, NDLR ), les gares et les sorties du métro", a indiqué un porte-parole de la police locale, citée par l'agence publique ITAR-TASS.

Le maire de Moscou a annoncé lundi de vastes opérations policières de contrôle des immigrés. Vladimir Sobianine a fait cette annonce après une réunion avec le président Vladimir Poutine. "Il a été décidé lors de cette réunion de mobiliser des forces supplémentaires pour ramener l'ordre, y compris les services de contrôle migratoire", a-t-il déclaré, cité par Interfax.

La Fédération des immigrés en Russie a appelé les étrangers à ne pas sortir dans les rues de Moscou dimanche, en les mettant en garde contre des "attaques" éventuelles de la part de "nationalistes agressifs".

La lutte contre l'immigration illégale a été le thème numéro un des candidats à l'élection du maire de Moscou, et de multiples raids contre les personnes en situation irrégulière ont été effectués à l'approche de ce scrutin, qui a eu lieu le 8 septembre. La Russie, qui manque de main d'œuvre notamment en raison d'une grave crise démographique, accueille des millions d'immigrés, essentiellement des ressortissants d'ex-républiques soviétiques d'Asie centrale. Ces immigrés travaillent généralement au noir dans des ateliers de confection ou sur les chantiers et marchés de Moscou et d'autres grandes villes russes, et vivent dans des conditions très difficiles.

Avec dépêches

 

Première publication : 14/10/2013

  • RUSSIE

    Une Pussy Riot raconte l'enfer des camps de travail dans une lettre

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS - RUSSIE

    John McCain aux Russes : "Poutine ne croit pas en vous"

    En savoir plus

  • RUSSIE

    Municipales à Moscou : le Kremlin défié par l’opposant Alexeï Navalny

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)