Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libération de Karim Wade : une décision dénoncée par des militants anti-corruption

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Condamnation de Moïse Katumbi : l'opposition dénonce un "harcèlement"

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dans les coulisses des palaces parisiens

En savoir plus

LE DÉBAT

Le Royaume-Uni quitte l'Union Européenne, un pays et une Europe sous le choc

En savoir plus

TECH 24

Fintech : quand les startups font trembler la banque

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 2)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 1)

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Refaire passer le chef de l’État par une primaire ne me paraît pas logique »

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Nous sommes arrivés à un moment où il n’y a plus de débat démocratique ni de dialogue social »

En savoir plus

EUROPE

Belgique : Louboutin obtient le retrait de ses chaussures d’une publicité anti-islam

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 14/10/2013

Le créateur de chaussures de luxe, Christian Louboutin, a obtenu lundi l’interdiction d’une campagne publicitaire anti-islam en Belgique, qui utilisait sa célèbre paire d’escarpins.

Voyant que ses escarpins phares avaient été utilisés pour les besoins d’une publicité anti-islam, le créateur français Christian Louboutin a vu rouge. Lundi 14 octobre, il a obtenu de la justice belge l’arrêt de ladite campagne publicitaire, menée par une association proche de l’extrême droite flamande, intitulée "Femmes contre l'islamisation". Le tribunal de commerce d’Anvers a ainsi exigé le retrait des dites affiches.

Ces dernières, frappées du slogan "Liberté ou islam ?", figuraient les jambes d’une femme graduées d’après les codes de la Charia. Des traits laissaient entendre quelle hauteur de jupe était "acceptable", ou non aux yeux des musulmans, de "conforme à la Charia" [jusqu'aux pieds] à "lapidation" [en haut des cuisses]. Aux pieds du mannequin - qui n’est autre qu’une ancienne Miss Belgique, devenue sénatrice du parti d'extrême droite Vlaams Belang [l'Intérêt flamand] - , se trouvaient les fameuses chaussures aux semelles rouges.

En réaction à la décision de justice, qualifiée de "politique" par le mannequin, le chef de file de ce parti, Filip Dewinter, a publié sur Twitter une nouvelle affiche légèrement modifiée : la sénatrice est désormais en position couchée et porte un modèle similaire de chaussures à hauts talons.

Par ailleurs, la diffusion de cette pub a donné lieu à un autre dépôt de plainte, en Belgique. Rosea Lake, une étudiante canadienne auteure de la dite affiche affirme l'avoir initialement créée pour dénoncer les jugements sexistes, dont sont victimes les femmes, avant qu'elle ne soit récupérée par l'extrême droite.

Avec dépêches

Première publication : 14/10/2013

COMMENTAIRE(S)