Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"La République des juges ?"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Assistants parlementaires au FN : Marine Le Pen snobe la police

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Cameroun : Des milliers de déplacés, fuyant Boko Haram, menacés par la famine

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Lutte contre le groupe État islamique : où en sont les offensives contre les djihadistes ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

France – Présidentielle 2017 : alliances, retraits et tentatives d’union de la semaine

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des arts de Virginie Lemoine

En savoir plus

#ActuElles

L'humour a-t-il un sexe ?

En savoir plus

TECH 24

"Bring back our Internet" : le hashtag de ralliement des Camerounais

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Grèce : une crise sans fin ?

En savoir plus

FOCUS

Un reportage tourné par nos correspondants sur un sujet qui fait l’actualité dans leur pays, suivi du décryptage de notre invité. Du lundi au vendredi, à 14h15.

Dernière modification : 14/10/2013

Au Liban, la cohabitation avec les réfugiés syriens devient difficile

Aujourd’hui, le Liban accueille plus d’un million de réfugiés syriens. Jusqu’ici les tensions avec les autorités et la population sont restées relativement limitées. Mais, alors qu’un flot constant de réfugiés continue de déferler sur le Liban, la situation se dégrade. La ville de Jezzine au sud du pays, incarne parfaitement ce phénomène.

Au Liban, le nombre de réfugiés syriens avoisine désormais 1,3 million de personnes, selon le gouvernement libanais. Soit près de 30 % de la population locale. Et après deux ans et demi de crise syrienne, alors qu'un flot constant de réfugiés continue de déferler sur le pays du Cèdre, la situation se dégrade. Expulsions, couvre-feux : certaines municipalités libanaises prennent des mesures radicales à l’encontre des réfugiés syriens.

 C’est notamment le cas à Jezzine, la principale ville chrétienne du Sud-Liban, où la mairie a pris des mesures drastiques, comme celle d’interdire les rassemblements de Syriens. La municipalité se plaint également d'une délinquance en recrudescence.

 Cette semaine, la police municipale doit expulser trente familles de réfugiés installées dans des échoppes commerciales, bien qu'elles paient un loyer. "Le premier problème d'insécurité ce sont les vols", explique à FRANCE 24, Charbel Hanna, commandant de la police municipale de Jezzine. "Les ouvriers syriens qui habitent dans la ville en sont les principaux responsables". Et d’ajouter "Nous n'avons pas de problèmes avec les familles, notre seul objectif est d'améliorer leurs conditions de vie, de les faire sortir de ces échoppes pour qu'ils s'installent dans des maisons. Il ne s’agit pas de les chasser définitivement de Jezzine."

 "Punition collective"

 Certaines familles de réfugiés, qui sont au nombre de 1 500 à Jezzine, s'apprêtent à repartir en Syrie, faute de solution durable. "Ils sont venus chez nous, et nous ont menacés en nous disant ‘tel jour, il faut quitter les lieux’. Nous étions écœurés", témoigne Oum Amine, une réfugiée syrienne. "Nous avons commencé à chercher ailleurs, mais nous n'avons rien trouvé".

 À Aley, ville touristique située dans la montagne du Chouf, près de Beyrouth, les autorités municipales ont instauré un couvre-feu pour les Syriens. Oudaï Tikriti vit ici depuis plusieurs mois. Il qualifie cette mesure de "punition collective", tout en admettant les difficultés auxquelles le Liban est confronté. "Moi, je prends en considération le fait qu'il y a un État ici, et que Le Liban est un petit pays, qui n'a pas les moyens d'accueillir un nombre aussi énorme de réfugiés syriens", admet-il. "Mais il faut trouver un équilibre entre les difficultés économiques du pays et la question humanitaire".

 Mais, à mesure que la guerre s'éternise en Syrie, cet équilibre semble de plus en plus difficile à trouver. Le Liban a d’ailleurs demandé à plusieurs reprises une aide internationale pour pouvoir gérer le flot des réfugiés syriens. Fin septembre, à la tribune de l’ONU, le président libanais, Michel Sleiman, a lancé un appel à l’aide aux "pays amis" pour supporter le "lourd fardeau" de plus d’un million de réfugiés syriens, ce qui "dépasse les capacités d’accueil du Liban".

Par Selim EL MEDDEB

COMMENTAIRE(S)

Les archives

24/02/2017 France

En France, une prime au retour pour inciter les migrants à rentrer

Depuis le début de l'année, plus de 13 000 migrants ont traversé la Méditerranée pour rejoindre l'Europe, déjà plus que l'an dernier à la même période. Mais ils sont aussi de...

En savoir plus

23/02/2017 Émirats arabes unis

Salon de l'armement à Abu Dhabi : les dépenses militaires n'ont jamais été aussi élevées

Le salon de l'armement IDEX, le plus important du Moyen-Orient, se tient actuellement à Abu Dhabi, aux Émirats arabes unis. Depuis plusieurs jours, les grandes entreprises du...

En savoir plus

22/02/2017 Cameroun

#BringBackOurInternet : la bataille numérique au Cameroun anglophone

Depuis le 17 janvier, les zones anglophones du Cameroun sont privées d'Internet. C'est dans ces régions que des mouvements de contestation – notamment une grève des enseignants –...

En savoir plus

21/02/2017 Libye

Crise migratoire en Europe : la formation des garde-côtes libyens est-elle suffisante?

Depuis plusieurs mois, l'Union européenne tente de fermer la route de la Méditerranée centrale empruntée par des dizaines de milliers de migrants et de candidats à l'asile. Pour...

En savoir plus

20/02/2017 États-Unis

Dakota du Nord : les Amérindiens demandent le gel du chantier de l'oléoduc

Aux États-Unis, dans le Dakota du Nord, les membres de la tribu indienne de Standing Rock tiennent tête aux multinationales du pétrole et aux forces de l'ordre depuis plusieurs...

En savoir plus