Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Nigeria : Muhammadu Buhari a été investi Président

En savoir plus

DÉBAT

Boko Haram, économie... Buhari à la reconquête du Nigeria ? (partie 1)

En savoir plus

DÉBAT

Boko Haram, économie... Buhari à la reconquête du Nigeria ? (partie 2)

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

FIFA : Sepp Blatter réélu malgré le scandale

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Quatre résistants au Panthéon : de la mémoire nationale au symbole politique

En savoir plus

TECH 24

"One Heart One Tree" : l'œuvre tech et arty à décourvir sur Kickstarter

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Impôts : retour à la source ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le jeu dangereux de David Cameron

En savoir plus

#ActuElles

Sortir les femmes des oubliettes de l’Histoire

En savoir plus

Tous les matins, nous vous proposons un reportage tourné par nos correspondants sur un sujet qui fait l’actualité dans leur pays. Du lundi au vendredi, à 7h45.

FOCUS

FOCUS

Dernière modification : 14/10/2013

Au Liban, la cohabitation avec les réfugiés syriens devient difficile

Aujourd’hui, le Liban accueille plus d’un million de réfugiés syriens. Jusqu’ici les tensions avec les autorités et la population sont restées relativement limitées. Mais, alors qu’un flot constant de réfugiés continue de déferler sur le Liban, la situation se dégrade. La ville de Jezzine au sud du pays, incarne parfaitement ce phénomène.

Au Liban, le nombre de réfugiés syriens avoisine désormais 1,3 million de personnes, selon le gouvernement libanais. Soit près de 30 % de la population locale. Et après deux ans et demi de crise syrienne, alors qu'un flot constant de réfugiés continue de déferler sur le pays du Cèdre, la situation se dégrade. Expulsions, couvre-feux : certaines municipalités libanaises prennent des mesures radicales à l’encontre des réfugiés syriens.

 C’est notamment le cas à Jezzine, la principale ville chrétienne du Sud-Liban, où la mairie a pris des mesures drastiques, comme celle d’interdire les rassemblements de Syriens. La municipalité se plaint également d'une délinquance en recrudescence.

 Cette semaine, la police municipale doit expulser trente familles de réfugiés installées dans des échoppes commerciales, bien qu'elles paient un loyer. "Le premier problème d'insécurité ce sont les vols", explique à FRANCE 24, Charbel Hanna, commandant de la police municipale de Jezzine. "Les ouvriers syriens qui habitent dans la ville en sont les principaux responsables". Et d’ajouter "Nous n'avons pas de problèmes avec les familles, notre seul objectif est d'améliorer leurs conditions de vie, de les faire sortir de ces échoppes pour qu'ils s'installent dans des maisons. Il ne s’agit pas de les chasser définitivement de Jezzine."

 "Punition collective"

 Certaines familles de réfugiés, qui sont au nombre de 1 500 à Jezzine, s'apprêtent à repartir en Syrie, faute de solution durable. "Ils sont venus chez nous, et nous ont menacés en nous disant ‘tel jour, il faut quitter les lieux’. Nous étions écœurés", témoigne Oum Amine, une réfugiée syrienne. "Nous avons commencé à chercher ailleurs, mais nous n'avons rien trouvé".

 À Aley, ville touristique située dans la montagne du Chouf, près de Beyrouth, les autorités municipales ont instauré un couvre-feu pour les Syriens. Oudaï Tikriti vit ici depuis plusieurs mois. Il qualifie cette mesure de "punition collective", tout en admettant les difficultés auxquelles le Liban est confronté. "Moi, je prends en considération le fait qu'il y a un État ici, et que Le Liban est un petit pays, qui n'a pas les moyens d'accueillir un nombre aussi énorme de réfugiés syriens", admet-il. "Mais il faut trouver un équilibre entre les difficultés économiques du pays et la question humanitaire".

 Mais, à mesure que la guerre s'éternise en Syrie, cet équilibre semble de plus en plus difficile à trouver. Le Liban a d’ailleurs demandé à plusieurs reprises une aide internationale pour pouvoir gérer le flot des réfugiés syriens. Fin septembre, à la tribune de l’ONU, le président libanais, Michel Sleiman, a lancé un appel à l’aide aux "pays amis" pour supporter le "lourd fardeau" de plus d’un million de réfugiés syriens, ce qui "dépasse les capacités d’accueil du Liban".

Par Selim EL MEDDEB

COMMENTAIRE(S)

Les archives

29/05/2015 États-Unis

Immigration aux États-Unis : Nashville accueille la première communauté kurde du pays

L'immigration fait partie de l'ADN des États-Unis : chaque Américain ou presque est descendant d'immigrés. Pourtant, aujourd'hui, 11 millions de personnes sans-papiers aux...

En savoir plus

28/05/2015 Soudan

Darfour, le conflit oublié

Ces dernières années, le Darfour a pratiquement disparu des couvertures médiatiques internationales. Pourtant, douze ans après le début du conflit, il y a toujours des combats et...

En savoir plus

27/05/2015 Thaïlande

Migrants en Asie du Sud-Est : la traque des trafiquants en Thaïlande

Face au drame des migrants en Asie du Sud-Est, et notamment des Rohingyas - minorité musulmane apatride -, qui fuient la Birmanie, la Thaïlande est pointée du doigt pour son...

En savoir plus

26/05/2015 Népal

Népal : difficile retour sur les bancs de l'école, un mois après le séisme

Un mois après le séisme au Népal, ce lundi était une journée de recueillement dans le pays. Le tremblement de terre du 25 avril, suivi d'une autre forte secousse le 12 mai, a...

En savoir plus

25/05/2015 guerre

Le Liban, une année sans chef d'État

Depuis le 25 mai 2014, date de la fin du mandat de Michel Sleimane, les Libanais sont sans président. Deux poids lourds de la scène politique libanaise sont en lice, mais les...

En savoir plus