Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Espagne : le difficile combat contre les violences faites aux femmes

En savoir plus

FACE À FACE

Présidence Macron : le début des ennuis ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Wallay", un voyage initiatique au Burkina Faso

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La France, le Rwanda et les secrets des archives"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Code du travail : menu minceur"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

De Rugy élu président de l'Assemblée : une occasion manquée pour la parité

En savoir plus

LE DÉBAT

PMA "pour toutes les femmes" : qu'implique l'avis du Comité d'éthique ?

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Franck Riester : "Tant pis si la droite n'est pas une alternative incontournable au macronisme"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Franck Riester : "François de Rugy se fera respecter car il est respectable"

En savoir plus

Amériques

Capturé en Libye, l’islamiste al-Libi est arrivé aux États-Unis

© DR

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 15/10/2013

Capturé lors d’un raid américain en Libye début octobre, Abou Anas al-Libi, haut responsable présumé d’Al-Qaïda, est arrivé lundi sur le sol américain. Il doit comparaître mardi devant la justice pour être inculpé.

Sa détention en Méditerranée à bord d’un bâtiment de la Navy devait durer plusieurs jours, voire plusieurs semaines. Mais finalement, Abou Anas al-Libi, un des leaders présumés d'Al-Qaïda, est arrivé aux États-Unis lundi 14 octobre, a indiqué un responsable américain.

Débarqué dans la région de New York, l’islamiste va désormais être formellement inculpé. Il doit comparaître dès mardi, selon le procureur fédéral de Manhattan.

Abou Anas al-Libi, l'un des leaders présumés d'Al-Qaïda.

Un “enlèvement”, selon Tripoli

Abou Anas al-Libi, de son vrai nom Nazih al-Ragye, a été capturé en Libye le 5 octobre par un commando des forces spéciales américaines. Traqué par Washington depuis plus de 15 ans, cet homme qui aurait 49 ans est soupçonné d’être impliqué dans les attentats d’août 1998 contre les ambassades des États-Unis à Nairobi (Kenya) et à Dar es Salam (Tanzanie). Deux attentats, revendiqués par Al-Qaïda, qui ont fait 224 morts.

Sa capture par les forces américaines a provoqué une vive réaction du gouvernement libyen qui affirme ne pas avoir été mis au courant des intentions de Washington. Tripoli, qui a demandé des explications, a qualifié l’opération “d’enlèvement”.

Avec dépêches

Première publication : 14/10/2013

  • TERRORISME

    Capture d’Al-Libi : les Américains ont-ils violé le droit international ?

    En savoir plus

  • TERRORISME

    Opération commando des forces spéciales américaines en Somalie et en Libye

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)